www.snuipp.fr

Section SNUipp-FSU des Ardennes


Vous êtes actuellement : Actualités 

Epidémie : l’école sous tension / Point sanitaire au 26 mars 2021 Communiqué de presse FSU / Note d’accompagnement

Epidémie : l’école sous tension

JM Blanquer a réuni aujourd’hui les organisations syndicales pour faire un point sur la situation sanitaire puis a présenté les mesures lors d’un point presse.

Au cours de la réunion, la FSU a alerté sur une situation critique et qui se dégrade dans les écoles et établissements scolaires, résultat du manque d’anticipation et d’absence de décisions fortes. La FSU a en particulier insisté sur la nécessité de prendre de manière beaucoup plus systématique des décisions de fermetures de classes et écoles quand la situation le rendait nécessaire. L’accueil des élèves dans les classes lorsque les enseignant-es ne sont pas remplacé-es induit un brassage d’élèves totalement contraire aux préconisations sanitaires. L’annonce, lors de la conférence de presse, de la fermeture de classes dès le premier cas de covid dans les 19 départements dits "confinés" va dans le bon sens. Mais le recrutement annoncé de personnels supplémentaires sera-t-il suivi d’effets ?

Par ailleurs, les "demi jauges" doivent être généralisées à l’ensemble du second degré, à minima dans les zones dites confinées. Or, seule une consigne de "souplesse" a été annoncée par JM Blanquer en cas de demande de fonctionnement en demi jauge d’un collège, on peut craindre qu’elle soit peu suivie d’effets. La FSU a par ailleurs redit qu’elle avait fait des propositions qui n’ont été que très partiellement prises en compte depuis le début de la crise sanitaire : aération des salles, purificateurs d’air, véritable politique de tests, création des postes nécessaires pour faire face à la situation. Elle a rappelé son exigence de mettre en oeuvre dès maintenant une politique de vaccination de l’ensemble des personnels.

Malgré les quelques annonces, ce soir les inquiétudes demeurent. Sans donner réellement les moyens supplémentaires, le Ministre prendrait la responsabilité de ne plus pouvoir éviter la fermeture générale des écoles et établissements. La FSU appelle les personnels à dénoncer toutes les situations de tension rencontrées sur le terrain et à discuter collectivement des actions nécessaires.

Les Lilas, le 26 mars 2021

Point sanitaire au 26 mars 2021

Note d’accompagnement

La très forte poussée épidémique à l’école s’amplifie comme le confirment les dernières données communiquées par le ministère.

Ainsi le nombre de cas positifs parmi les élèves recensé par le ministère, en hausse de 37%, est à nouveau le plus élevé depuis septembre et la mise en place des points sanitaires. De son côté, le nombre de fermetures de classes augmente de 61% et dépasse largement le plus haut niveau constaté en septembre, alors que la règle en vigueur à l’époque était encore de fermer la classe dès le premier cas identifié. Le retour à cette règle protectrice dans les 19 départements sous « mesures sanitaires renforcées » va accroitre encore ce nombre cette semaine.

Le nombre de cas rapportés ayant fréquenté un milieu scolaire (graphique ci-dessous) issu du dernier bilan de Santé publique France augmente lui de 40%, atteint un niveau jamais recensé et montre également, s’il en était besoin, l’impact de l’école sur la diffusion de l’épidémie.

Le taux d’incidence par tranche d’âge scolaire a également flambé avec une envolée marquée en primaire : +42% maternelle et +36% élémentaire et également +24% collège et +22% lycée.

Enfin, et c’est un rappel constant, les données du ministère, reposant sur le déclaratif des familles, sont toujours très loin d’intégrer tous les cas positifs recensés par Santé Public France. Cette semaine, le ministère comptabilise 2,9 fois moins de cas parmi les élèves. Sans oublier que le manque de sens de données hebdomadaires pour une semaine s’arrêtant le jeudi à 13h perdure également.

De premières données sont disponibles concernant les tests salivaires ou PCR-RT effectués dans les écoles et établissements mais restent parcellaires. Il est néanmoins urgent que le ministère propose l’ensemble de ses données en open-data et qu’il se mette en cohérence avec les chiffres du ministère de la Santé.

Face à cette situation, il est prévu que les écoles restent ouvertes sans protection supplémentaire mis à part le retour, enfin, à une règle protectrice de fermeture de classe dès le premier cas dans les 19 départements reconfinés.

Le gouvernement doit au contraire prendre des mesures fortes et protectrices pour permettre le maintien des écoles ouvertes sans qu’elles contribuent à une aggravation de la circulation épidémique :

- priorité d’accès à la vaccination pour les personnels ;

- définition des cas contacts identiques à celles une vigueur dans le reste de la société ;

- retour partout à la règle protectrice de fermeture de classe à partir d’un cas avéré pour casser les chaines de contamination ;

- mise en place effective de tests salivaires massifs réalisés dans les écoles par des équipes mobiles ;

- renforcement de l’aération des locaux ;

- allégement des effectifs ;

- fourniture gratuite de masques chirurgicaux aux élèves…

Ces mesures doivent être prises le plus rapidement possible afin de ne pas mettre en péril la continuité du service public d’éducation et de permettre à tous les élèves de poursuivre leurs apprentissages en présentiel. Le SNUipp-FSU s’adresse solennellement au ministre pour l’exiger.

PDF - 1.3 Mo
Point situation sanitaire 26.03.2021
 

*Top
©Copyright 2006 - Section SNUipp-FSU des Ardennes, tous droits réservés. Mentions légales