www.snuipp.fr

Section SNUipp-FSU des Ardennes


Vous êtes actuellement : Actualités 

Réunion au ministère du 13 mars 2020 suite à la fermeture généralisée des écoles Vous trouverez ci-dessous quelques informations « brutes » qui détaillent ce que signifie la fermeture des écoles. Elles sont contradictoires avec les consignes reçues localement.

La FSU a été reçue vendredi 13 mars par le ministre et son cabinet avec l’ensemble des organisations syndicales à propos de l’épidémie de Coronavirus.

En guise d’avertissement, nous souhaitons signaler que ce compte rendu ne peut être exhaustif tellement les questions sont nombreuses. La FAQ du ministère sera actualisée et nous en assurerons un suivi. Nous transmettrons au MEN une liste des questions restées sans réponses. Les informations évoluaient en cours de réunion, par exemple concernant les DROM l’application du principe énoncé dans le compte rendu (décision préfectorale) pourrait aboutir à des fermetures généralisées dans plusieurs territoires.

Cette réunion était importante pour clarifier la situation, donner une cohérence nationale à la continuité scolaire, et non pédagogique, dans ces conditions exceptionnelles en prévenant les injonctions locales contradictoires et excessives dont vous nous aviez déjà fait part. 

En effet, le ministère n’a pas du tout anticipé la fermeture généralisée des écoles et tout cela se ressent sur le terrain.

La FSU a argumenté pour obtenir une consigne ministérielle claire qui indique une confiance aux équipes enseignantes en les laissant décider des modalités de la continuité d’une forme d’activité scolaire. En effet, il s’agit de maintenir la continuité du service public d’éducation en fonction des réalités et possibilités locales et également en respectant les droits des personnels.

Le ministère n’a pas apporté de réponse orale structurée à cette demande et ne s’est engagé qu’à produire un message aux personnels au plus vite. Le ministre évoque à la fois des règles communes et l’autonomie du terrain mais on peut penser que cette dernière est étroitement liée dans son esprit à la hiérarchie locale, IENs et chefs d’établissements.

Dès que les consignes écrites du ministère seront connues nous interpellerons également, si besoin, le ministère.

Vous trouverez ci-dessous quelques informations « brutes » qui détaillent ce que signifie la fermeture des écoles. Elles sont contradictoires avec les consignes reçues localement.

Nous communiquerons de nouveau dès que nous aurons davantage d’informations.

************

Tout d’abord, la fermeture des écoles n’est pas une fermeture physique mais une suspension de l’accueil des élèves dans les écoles. Le ministère « espère » qu’elle ne dépassera pas les vacances de printemps, c’est à dire début mai. Les DROM restent eux soumis à des fermetures au cas par cas, ils ne sont qu’aux stades épidémiologique 1 ou 2.

Les ESMS eux ne seraient pas concernés par la fermeture généralisée. L’exception à cette règle de non accueil des élèves est le service minimum pour les enfants des personnels soignants des hôpitaux. Ce dernier est censé s’organiser de la façon suivante : accueil lundi dans l’école habituelle de scolarisation (sur justificatif type fiche de paye ou carte professionnelle) et ensuite l’organisation s’affine dans la semaine pour faire des classes cohérentes de 8-10 élèves, de préférence de même niveau scolaire, dans des écoles au plus proche des hôpitaux. C’est quelque peu improvisé et contradictoire avec les consignes sur les enseignant-es.

Sur la situation des enseignant-es lundi le ministère affirme que la solution du télé-travail (à domicile) doit être la norme autant que possible. Les horaires de travail ne peuvent pas être identiques car le distanciel n’est pas le présentiel. Les personnels ne pouvant télé-travailler, les AESH par exemple, seront eux en ASA à leur domicile.

Pour les enseignants eux-mêmes parents, il faut privilégier le télétravail lorsqu’il est possible sinon ils bénéficieront d’une ASA.

Pour les personnels présentant des facteurs de risques, la liste précise des pathologies concernées va paraître rapidement. A titre conservatoire ils restent systématiquement en télétravail et bénéficieront d’une ASA au plus vite. Ils ne doivent pas être mobilisées pour la scolarisation des enfants de personnels hospitaliers.

Sur la présence physique dans les écoles, le ministre avance le bon sens et l’inventivité locale dans ces circonstances exceptionnelles mais semble soumettre tout cela à l’avis de l’autorité hiérarchique. La secrétaire générale du ministère indique, elle, que les enseignants ne sont pas obligés de venir lundi dans les écoles. Seuls les personnels essentiels à la continuité administrative, c’est à dire les directeurs et directrices pour le premier degré doivent être présent-es dans les écoles, mais il faudra toutefois accueillir les enfants des personnels hospitaliers… Tout cela est un peu confus et nécessite d’être éclairci par un écrit dans la FAQ qui sera remise à jour ce soir ou demain. 

Le ministère n’a pas répondu à la question des modalités de transmission autres que par mail du matériel « pédagogique » propre aux équipes (envoi par courrier ? remise en main propres aux familles dans l’école ?... ).

Par ailleurs, l’agenda social du ministère n’est pas suspendu, le CHSCT ministériel par exemple se réunira bien vendredi prochain comme prévu. Les concours sont maintenus également mais dans des salles plus petites avec de grandes distances entre les candidat-es.

 

*Top
©Copyright 2006 - Section SNUipp-FSU des Ardennes, tous droits réservés. Mentions légales