www.snuipp.fr

Section SNUipp-FSU des Ardennes


Vous êtes actuellement : Actualités 

Faire caler Macron avec une grève par mois jusqu’au printemps ? Non, poursuivre et amplifier dès maintenant quitte à perdre quelques centaines d’euros tout de suite plutôt que 800 euros par mois avec sa réforme des retraites ! Ça se confirme ! Comme évoqué, il est plus que probable qu’un troisième temps fort national soit annoncé le 10 au soir pour le jeudi 12 décembre. Par précaution, il est nécessaire de déclarer toutes les dates jusqu’aux vacances dans votre déclaration d’intention !

Jeudi 12 décembre : Temps fort national.

À l’appel, probablement, de : CGT, F0, FSU, Solidaires, FIDL, MNL, UNL, UNEF.

Grève nationale interprofessionnelle.

Confirmation annoncée le 10 au soir.

Rappel / Lire : A propos des grèves du 5 et du 10 et des suites... Préavis, déclarations d’intention et retraits de salaire

Attention !

Les déclarations d’intention de grève devront être envoyées par mail avant lundi soir minuit.

Par précaution, il est nécessaire de déclarer toutes les dates jusqu’aux vacances dans votre déclaration d’intention.

NB 1 : Certains IEN imposent des formulaires ou des mails en provenance des messageries pros. Ce sont des tentatives d’intimidation. Merci de toutes nous les transmettre.

NB 2 : Certains IEN reprochent à nos collègues d’informer que l’école sera fermée, cela étant de la seule compétence du préfet. Dont acte. Informez de l’absence des enseignants, pour le reste, renvoyez les parents vers la mairie et l’IEN.

JPEG - 60.1 ko
Le Canard enchaîné - 27 novembre 2019

Un problème de financement ? Faux !

Les dernières projections du COR (conseil d’orientation des retraites) du déficit de tous les régimes confondus sont basées sur les hypothèses les moins favorables.

La dette de la SS sera remboursée à l’horizon 2025 et de nouveaux fonds seront disponibles.

Les proportions des déficits prévus sont à mettre en regard de celles des suppressions de cotisations sociales dont les effets sur l’emploi sont nulles (leur prétendu objectif).

Vrai, en partie, à cause du chômage.

Trop de retraités, pas assez d’actifs ?

Vrai, en partie, à cause du chômage.

La hausse de la productivité (richesse créée par chaque travailleur) des actifs permet de compenser.

Une question d’équité public-privé ?

Faux ! Les taux de remplacement (pourcentage de la pension par rapport au dernier salaire) sont équivalents.

Alors, pourquoi ?

Cette réforme a pour but principal de contenir les dépenses nationales en faveur des retraités. Dans cette optique et au vu de l’augmentation du nombre de retraités dans les années à venir, le niveau des pensions baissera.

L’objectif dissimilé est de le faire comprendre afin que les futurs salariés se tournent d’ores et déjà vers une capitalisation individuelle (ou collective).

La politique du pouvoir libéral est de faire baisser les dépenses publiques - le haut niveau de la France par rapport aux autres pays s’explique par le système "public" des retraites - mais elles deviendront des dépenses privées - pour ceux qui le pourront - avec beaucoup plus de risques. Il s’agit de réorienter petit à petit ces dépenses vers de l’épargne privée - pour ceux qui le pourront - alimentant des fonds privés censés financer l’activité économique.

C’est le schéma libéral.

Quand on voit le niveau des pensions actuellement, qui peut envisager d’avoir moins ?

Un revalorisation des traitements des enseignants ?

Les promesses n’engagent que ceux qui y croient.

Mais c’est aussi à obtenir sans contrepartie !

Et les régimes spéciaux ?

Regarder ce qui reste de la possibilité de départ à 55 ans devenu 57 ans des instituteurs. Rien ou presque étant donné la durée de cotisation augmentée et la décote imposée.

Et vous croyez que c’est différent pour les autres salariés ?

Une pension minimale de 1 000 € ?

Mais, c’est juste un peu plus que le minimum vieillesse actuel !

Cela vaudra quoi dans 5, 10, 20 ans ?

 

*Top
©Copyright 2006 - Section SNUipp-FSU des Ardennes, tous droits réservés. Mentions légales