www.snuipp.fr

Section SNUipp-FSU des Ardennes


Vous êtes actuellement : Infos carrière / C.A.P.D (C.A.P.N.) 

Les résultats de la CAPD Avancement PE en ligne ! Le SNUIPP 08 a mis en ligne le projet de la CAPD avancement.

Pour consulter les résultats de la CAPD, il vous faut votre code personnel SNUipp que vous pouvez retrouver en nous le demandant, si vous l’avez, petit(e) étourdi(e), égaré. Cliquez sur le lien pour demander votre code.

Ensuite, il vous faut vous rendre sur la page des résultats.

PDF - 261.5 ko
TableauxAvancement_CAPD_29_11_2011

Déclaration préalable à la CAPD du 29 novembre 2011 SNUipp-FSU des Ardennes

Plan de rigueur : le gouvernement persiste et signe !

La fuite en avant des États consistant à sabrer dans les dépenses publiques, aggrave la situation. Dans tous les pays les craintes des citoyens et leur opposition aux plans d’austérité face à l’avenir ne cessent de grandir. En France le gouvernement a présenté son nouveau plan de rigueur, qui tout en fragilisant l’économie, consiste, comme le précédent, à faire porter les efforts essentiellement sur les salariés. En accélérant la réforme des retraites, en transférant les dépenses de santé sur les seuls assurés, en poursuivant la réduction des dépenses de l’État, en mettant en cause le financement des collectivités locales, ce sont effectivement les salariés, du public comme du privé, les chômeurs, les jeunes et les retraités, qui sont mis à contribution sans distinction du niveau des revenus. Cela aggravera encore les inégalités. La désindexation partielle des prestations amènera une nouvelle dégradation du niveau de vie des familles les plus modestes et des privés d’emploi. Dans sa volonté de faire payer la crise aux salariés, le gouvernement tire les droits de tous les salariés vers le bas en proposant de porter à quatre les jours de carence dans le privé et d’instaurer le même principe sous forme d’une journée dans le public. Le SNUipp avec la FSU s’oppose à ces propositions. A l’opposé de mesures injustes, inefficaces et brutales, le SNUipp avec la FSU continue d’affirmer qu’il faut envisager des mesures structurelles (fiscalité, emploi et salaires) permettant à terme une réelle sortie de crise. Les services publics et la Fonction publique sont des leviers pour sortir de la crise et il faut en finir avec la suppression des emplois publics.

Revaloriser nos carrières est devenu indispensable

Les comparaisons internationales montrent qu’en France les enseignants du premier degré sont parmi les moins bien payés des pays de l’OCDE. Pire, la France est le seul pays où le salaire moyen des enseignants a baissé au cours des dix dernières années. Ce déclassement salarial entraîne une moindre attractivité du métier d’enseignant illustré entre autre par la baisse continue du nombre de candidats se présentant au CRPE. Les améliorations indiciaires en début de carrière et le saupoudrage des primes n’ont pu bénéficier qu’à une partie réduite de la profession, tout en accentuant les inégalités. Ces mesures n’ont pas compensé la perte de pouvoir d’achat liée au gel de la valeur du point d’indice dans la fonction publique. Le SNUipp s’est adressé au ministre pour demander l’ouverture de négociations sur la revalorisation du métier d’enseignant. Elle doit déboucher sur des améliorations de carrière pour tous, ce qui entraîne une refonte de la grille indiciaire et une prise en compte de l’inflation dans la revalorisation du traitement indiciaire. En particulier, il n’est pas acceptable que seuls 3,7 % des professeurs des écoles terminent aujourd’hui leur carrière à l’indice terminal de leur corps qui devrait être atteint par tous. Par ailleurs, le SNUipp demande le versement d’une indemnité d’équipement professionnel .

ECLAIR

Un décret met en place une indemnité spécifique pour les ECLAIR avec une part modulable proposée par l’IEN. Il s’agit d’une mesure qui rompt l’équité entre les collègues, introduit le mérite et risque de diviser les personnels. Le SNUipp-FSU demande la même indemnité pour tous et du temps de concertation et de travail en équipe.

Projet d’évaluation des enseignants

Le SNUipp-FSU vient de prendre connaissance des projets de textes modifiant en profondeur les modalités d’évaluation des enseignants et de déroulement de carrière. A partir de la rentrée 2012, les enseignants seraient soumis à des entretiens professionnels menés par l’IEN qui comprendraient pour une part un dispositif d’auto-évaluations. Dès 2015, l’inspecteur de circonscription « distribuera » quelques réductions d’ancienneté quantifiées par le ministère. Pour le reste, l’avancement d’échelon se ferait au rythme le plus défavorable, à savoir l’ancienneté. Cette mesure dégraderait à nouveau le pouvoir d’achat des enseignants alors qu’une réelle revalorisation des carrières est indispensable. De plus, cela aurait des conséquences sur l’échelon au moment du départ à la retraite. Une nouvelle fois, le ministère compte faire des économies sur le dos des enseignants. Si le dispositif actuel d’évaluation est vécu comme injuste tant le poids de la première inspection pèse sur toute la carrière, et inefficace tant il se résume à une simple mise en conformité, le projet du ministère n’améliore absolument pas la situation. Il va créer de la division dans les écoles. Cela ira à l’encontre du travail en équipe nécessaire à la réussite des élèves. Cela accentuera la pression directe et peut renforcer l’arbitraire de la hiérarchie, dans une conception managériale de la gestion des enseignants. La reconnaissance de l’expérience professionnelle liée à l’ancienneté serait complètement minorée. Pour toutes ces raisons, le SNUipp rejette catégoriquement ces évolutions et s’oppose à ce projet. Il exige que les discussions s’engagent sur d’autres bases. Les modalités d’évaluation des enseignants, doivent être déconnectées de l’évolution de carrière, et être concrètement améliorées. Le SNUipp-FSU porte le projet d’une évaluation formative qui soit une aide au développement professionnel pour que les enseignants soient encore mieux armés pour faire réussir tous les élèves. Il défend les principes d’équité, d’égalité de traitement et de carrière, de transparence, garantis notamment par le contrôle paritaire.

IUFM et début de carrière

Le SNUipp-FSU poursuit son enquête sur la mise en place des masters en alternance dans 16 académies. Il dénonce d’ores et déjà le bricolage de cette formation, les disparités dans les contenus, les horaires, les rémunérations ainsi que la surcharge de travail des étudiants. La parution de la circulaire « professionnalisation » de la formation du 14 septembre pose de nombreux problèmes. L’un de ceux-ci est la diminution du salaire hebdomadaire qui passe pour les étudiants en stage en responsabilité massé ou filé de 617,33 € à 495,44 €. Cette situation est inacceptable. Le SNUipp/FSU dénonce le recours à des personnels contractuels en lieu et place d’enseignants titulaires et formés. Dans l’urgence, il demande l’ouverture de la liste complémentaire au concours 2011 par mesure dérogatoire.

Les élus SNUipp-FSU 08 à la CAPD des Ardennes

 

*Top
©Copyright 2006 - Section SNUipp-FSU des Ardennes, tous droits réservés. Mentions légales