www.snuipp.fr

Section SNUipp-FSU des Ardennes


Vous êtes actuellement : Carte scolaire / C.T.S.D 

Réunion du comité technique paritaire académique

Compte-rendu du CTP académique

La réunion du Comité Technique Paritaire Académique du mardi 18 janvier avait pour objet l’étude de la carte scolaire académique pour les premier et second degrés.

363 suppressions, c’est le nombre de postes que le recteur a décidé de fermer à la rentrée 2011 dans notre académie.

La FSU a débuté la réunion par la lecture d’une déclaration ayant pour objet de dénoncer ces suppressions massives de postes.

Extrait du début de la déclaration FSU : Moins d’Etat, moins de service public, moins de fonction publique, moins d’école publique, c’est le socle commun de la politique gouvernementale qui se concrétise dans la loi de finances votée par le Parlement et que la FSU condamne fortement. Le dogme du non-remplacement d’un fonctionnaire partant à la retraite sur deux n’est pas remis en cause. L’intérêt des élèves qui sont confiés à l’Education Nationale est devenu secondaire face aux préoccupations d’une politique brutale qui organise le sabordage du service public d’éducation. Il faut du chiffre ! Les interventions du SNUipp FSU concernant les suppressions de postes dans le premier degré.

Le SNUipp a d’abord regretté que de moins en moins de données chiffrées soient communiquées par l’administration pour permettre aux représentants des personnels d’analyser les conséquences des choix de l’administration de l’Education nationale. Le refus de transparence ne peut que faire naître la suspicion et mettre à mal la confiance dans l’institution scolaire. Nous avons dénoncé l’opacité du Recteur dans la gestion des budgets académiques en constatant que cette année l’équivalent de 17,5 emplois disponibles n’avaient pas été utilisés alors que des besoins existaient dans les départements.

Extrait du document de l’administration : Afin de limiter l’impact des suppressions d’emplois, l’académie a fait le choix de mobiliser des emplois d’intervenants extérieurs non encore implantés dans les départements à hauteur de 17,5 emplois.

Le SNUipp a demandé la répartition des suppressions au titre de l’évolution des effectifs, et au titre des différents leviers d’économie d’emplois proposés par le ministère. Le recteur a répondu :

- Au titre de l’évolution de la démographie, 8 emplois supprimés
- Sur les moyens de remplacement, 24 emplois supprimés
- Sur les postes hors classes (RASED, maitres supplémentaires, postes en circonscription..), 36 emplois de supprimés
- Sur la taille des classes, les fusions et regroupement d’écoles, 35 emplois de supprimés
- Sur les intervenants extérieurs et assistants étrangers langue vivante, 28 suppressions d’emplois

Il est dommage que les inspecteurs d’académie présents ne soient pas intervenus pour expliquer les choix opérés dans leur département. Espérons qu’au cours des comités techniques paritaires départementaux, ils soient plus loquaces.

Sur l’évolution des effectifs :

L’année dernière la suppression de 15 emplois pour les écoles de l’académie avait été faite sur la base d’une baisse prévisible de 340 élèves. Il apparaît qu’au regard du constat de rentrée, la baisse des effectifs d’élèves n’est que de 222 élèves de moins. Pour la rentrée 2011, l’administration prévoit une baisse de 342 élèves, à mettre en parallèle avec la suppression de 131 emplois soit environ un poste supprimé pour 3 élèves de moins.

Comment penser qu’avec des moyens toujours en baisse, la réussite des élèves va s’améliorer ? Autre intervention du SNUipp :

Avec la CGT, nous avons dénoncé le report des opérations de carte scolaire au mois d’avril. Report uniquement dicté par la volonté des élus locaux de la majorité de ne pas assumer les conséquences des choix budgétaires de leur parti politique.

Le SNUipp a contesté l’un des points de la conclusion de la synthèse académique sur les rythmes scolaires. Extrait de cette synthèse : bon nombre d’enseignants semblent être favorables à la semaine de 4 jours et demi. Nous avons interrogé le recteur sur la signification de l’expression « bon nombre d’enseignants ». A notre connaissance la concertation instituée par l’académie, n’a concerné que quelques dizaines d’enseignants du premier degré. Le recteur a répondu qu’il essaierait de modifier les termes de la conclusion. Sans illusion !!

 

*Top
©Copyright 2006 - Section SNUipp-FSU des Ardennes, tous droits réservés. Mentions légales