www.snuipp.fr

SECTION SNUIPP-FSU DES ARDENNES


Vous êtes actuellement : Infos carrière / C.A.P.D (C.A.P.N.) 

CAPD Avancement PE du 26/11/2009 : compte-rendu

Déclaration préalable du SNUipp

Madame l’Inspectrice d’Académie,

Monsieur Luc CHATEL, Porte-parole du Gouvernement et Ministre de l’Education Nationale, vient de présenter tout récemment aux responsables nationaux de notre organisation syndicale ses propositions concernant la revalorisation du métier d’enseignant.

Pour Monsieur CHATEL, cette revalorisation se résumerait à une augmentation mensuelle d’un montant de 135 € pour nos collègues débutants et éventuellement quelques points d’indice pour les tout premiers échelons. Nous notons que l’enveloppe budgétaire consacrée à cette opération se monterait en tout et pour tout à 198 millions d’euros, à mettre en rapport avec les 450 millions d’euros économisés avec la suppression d’environ 16 000 postes. Nous observons également que cette mesure revient en fait à supprimer les deux premiers échelons qui correspondent actuellement à la première année sur une position de fonctionnaire stagiaire, année qui disparaîtra avec la mise en place de la nouvelle formation.

Quand à la reconstitution de carrière qui pourrait voir la création d’un douzième échelon accessible nous dit-on aux professeurs des écoles les plus méritants, notre organisation s’y opposera fermement, tout comme elle s’oppose à cette politique qui consiste à augmenter la rémunération des enseignants par l’attribution de primes et d’heures supplémentaires et qui s’inscrit dans une logique de fragmentation des carrières à laquelle notre organisation syndicale s’oppose. Pour le SNUIPP, il s’agit bien de revaloriser le traitement de l’ensemble des enseignants des écoles, avec la création d’un échelon supplémentaire accessible à tous nos collègues avec indice terminal de 783.

Dans ce contexte de baisse continu de pouvoir d’achat, nos collègues sont de plus attentifs à l’avancement des professeurs des écoles. Nous formulons le souhait que nos travaux s’opèrent avec un maximum de transparence dans le cadre de l’application des pratiques départementales.

Avancement des PE

Il a été remis en début de séance un document de travail sur les effets du tiers à discussion. Madame l’Inspectrice d’académie souhaitait poser la question de la persistance de cette spécificité départementale. L’ensemble des représentants des personnels ont exprimé leur attachement à cette pratique départementale qui permet quelque peu de corriger les effets pervers du système de promotion. Ce système des promotions est actuellement le seul moyen pour la profession dans son ensemble d’espérer un petit plus financier. Or, d’une part, il est truffé d’injustices et d’aberrations :
- Problème de promouvabilité/période de notation : Les enseignants étant promouvables au bout d’une période déterminée par le mode de promotion, il arrive souvent que l’un d’eux soit promu à l’ancienneté avec un barème supérieur à celui promu prétendument au mérite (grand choix ou choix) : il n’était pas promouvable … au bon moment ! Ou bien son inspection ayant eu lieu après sa période de promouvabilité, il n’a pas été noté … en temps utile.
- Problème des notes pédagogiques : Les enseignant-es sont inspecté-es par des personnes différentes, avec une grille de notation (lorsqu’elle est utilisée) datant du siècle dernier, sans véritable harmonisation et pour couronner le tout, à des fréquences très variables. Même si un correctif de note ancienne est mis en place (passé à 0,20 sur notre proposition), il n’en reste pas moins que le système actuel est inéquitable, certains ayant une note réelle, d’autres une virtuelle.
- Problème de goulet d’étranglement au niveau de certains échelons : Le pourcentage de promouvables n’ayant toujours pas été augmenté, les anciens instituteurs (reclassés par concours ou liste d’aptitude) et les Professeurs d’École passés par l’IUFM se retrouvent en concurrence sur les derniers échelons. Ces PE sont donc condamnés à franchir les futurs paliers à l’ancienneté, tandis que les autres ne sont même pas sûrs d’arriver au 11e et dernier échelon avant de partir à la retraite du fait de leur reclassement très désavantageux dans leur nouveau corps. Inadmissible ! D’autre part, ce système est porteur de valeurs (l’individualisme, la division entre collègues) qui s’opposent à celles que nous défendons : la coopération, le travail en équipe. L’école n’est pas une entreprise, les élèves ne sont pas des marchandises. Chacun sait combien il est difficile de mettre en place un enseignement de qualité adapté à chacun d’eux. Tout-es les enseignant-es sont impliqué-es dans le suivi scolaire de l’enfant. Tous les collègues se battent quotidiennement pour tenir « leur école » à bout de bras. Certaines mesures conduisent à la démolir. Tout-es les enseignant-es sont impliqué-es dans le suivi scolaire de l’enfant. Tous les collègues se battent quotidiennement pour tenir « leur école » à bout de bras. Certaines mesures conduisent à la démolir. C’est pourquoi nous revendiquons, une fois de plus, le système de promotion le plus équitable qui soit : l’avancement au meilleur rythme pour tout-es, comme les IEN. La CAPD réunie le 26 novembre était chargée d’examiner l’avancement de PE pour la période du 1er septembre 2009 au 31 août 2010. Le reliquat du grand choix a permis l’avancement au 11ème échelon de deux PE retraitables ainsi que l’avancement à discussion de deux PE au 11ème. Les reliquats du choix ont été attribués dans les échelons où il y avait le plus fort reste : une promotion a été attribuée à un retraitable au 10ème échelon et un collègue non retraitable a bénéficié d’une promotion au 11ème échelon.

Les tableaux ci-dessous constituent une synthèse des promotions attribuées.

PDF - 46.1 ko
Tableaux Avancement PE CAPD 26/11/2009
 

*Top
©Copyright 2006 - SECTION SNUIPP-FSU DES ARDENNES, tous droits réservés. Mentions légales