www.snuipp.fr

Section SNUipp-FSU des Ardennes


Vous êtes actuellement : Actualités 

Retour sur la grève du 10 novembre : CR audience Préfet et DASEN / Entretien professionnel "piscine" / Interview télévisée au 12/13 Le SNUipp-FSU sur tous les fronts !

Compte rendu de l’audience avec Monsieur le Préfet et Monsieur le DASEN

A l’occasion de cette journée nationale d’action, la FSU et d’autres organisations syndicales ont été reçues en Préfecture par Monsieur le Préfet et Monsieur le DASEN.

- Protocole sanitaire « renforcé » et réorganisation des établissements scolaires

La FSU remercie Monsieur le préfet et Monsieur le DASEN d’accorder aux représentants des personnels ce temps d’échanges, de proposer ce dialogue constructif espère-t-elle… qui a pour objectif, en cette journée bien particulière de grève sans rassemblement ni manifestation, d’avertir, d’alerter, d’interpeller le Ministère et le gouvernement sur de nombreux sujets (les mesures sanitaires mais aussi les conditions de travail, les contenus pédagogiques, la gestion de l’Education nationale,…), de relayer les grandes inquiétudes voire la réelle colère des personnels, plus grande encore depuis lundi dernier et le traitement qui a été fait de l’hommage à notre collègue assassiné… La FSU revient sur le terme de « renforcé » du nouveau protocole sanitaire mis en place en cette rentrée de novembre qui n’a rien de renforcé…

Second degré

… et il a fallu la pression des personnels et l’annonce d’une journée de grève pour que le Ministre concède une réorganisation des lycées ! Réorganisation qui se fait au cas par cas, qui est encore floue, chacun essaie de faire pour le mieux dans l’urgence, situation qui pose beaucoup de questions quant à l’aménagement des enseignements (présentiel/distanciel), qui se fait sans cadrage national et sans réflexion sur les programmes… Et rien n’est dit/proposé pour les collèges dont les classes sont également chargées, où les élèves se croisent dans les couloirs, à la récréation, à la cantine, … La FSU estime qu’on « navigue à vue », que le Ministre ne donne aucune ligne directrice, aucune perspective, que tout le monde sait que cette année scolaire ne sera pas « normale », qu’il faut donc repenser les choses (organisation structurelle et pédagogique) sur le long terme de toute l’année scolaire. Elle déplore que cette réflexion n’ait pas été menée dès juin-juillet pour une autre rentrée de septembre qui aurait ainsi été beaucoup plus sereine pour tous. Elle rappelle son souhait de maintenir à tout prix les écoles, collèges et lycées ouverts mais dans d’autres conditions et avec d’autres moyens (effectifs allégés, ½ groupes, alternance, recrutements de personnels enseignants et non enseignants, agents, …).

1er degré : alerte sur les conditions de travail des directeurs/trices : demande d’une aide pérenne administrative, du temps de décharges supplémentaires.

La FSU alerte sur les difficultés d’appliquer la distanciation et les gestes barrières dans des classes surchargées : elle demande l’ouverture de la liste complémentaire pour abonder en enseignants (remplacements, dédoublements des classes, décharges de directeurs/trices). Toutes les écoles ne disposent pas suffisamment de gel, de masques pour les élèves qui n’en ont pas . De plus, les masques fournis par l’EN ne sont pas assez protecteurs.

La FSU fait état de nombreuses remontées d’établissements où l’entretien des locaux n’est pas correctement assuré, où l’aération, la ventilation, la désinfection ne sont pas suffisantes. Elle alerte également sur le problème du respect du protocole sanitaire pour la piscine et relaie la demande des professeurs d’EPS quant à l’attribution de masques chirurgicaux, les élèves enlevant leur masque lors de certaines pratiques sportives.

La FSU demande l’abolition du jour de carence. Depuis le confinement, les personnels de l’EN qui contractent la covid devraient avoir une reconnaissance de maladie professionnelle. La FSU attire également l’attention sur la situation de certains personnels vivant avec une personne vulnérable.

- Hommage à Samuel Paty :

La FSU fait part de remontées inquiétantes dans certains lycées d’enseignement général et dans les LP. Elle demande que soit réalisé un travail de fond autour de la liberté d’expression. Selon elle, une « heure de laïcité » imposée (sous quelle forme ?) dans le courant du mois de novembre ainsi qu’une journée de la laïcité le 9 décembre ne sont pas suffisantes pour aborder les questions de fond. Il faut un temps banalisé dans les établissements pour que les équipes et toute la communauté éducative s’emparent de ces questions (laïcité, valeurs de la République, liberté d’expression) et construisent un projet solide.

Réponses de Monsieur le Préfet :

Ce contexte de crise et de gestion de crise exceptionnelles rend les choses compliquées pour tout le monde et peut expliquer qu’il y ait la nécessité de s’adapter vite avec des règles qui peuvent évoluer rapidement. Il remercie celles et ceux qui se sont mobilisés pour faire en sorte que les établissements scolaires restent ouverts. Pour les lycées, le préfet est favorable à une adaptation au cas par cas en fonction de la spécificité de l’établissement (typologie des élèves, locaux...)

Le contexte sanitaire reste préoccupant (500/100 000). Il y a depuis quelques jours un léger fléchissement mais il est encore trop tôt pour dire que le pic a été atteint. Les semaines qui arrivent seront douloureuses car les hôpitaux ont atteint leurs limites. La situation va donc être encore compliquée pendant plusieurs semaines. Le contexte sécuritaire est pris au sérieux dans les Ardennes. Le dispositif Sentinelle est mobilisé avec en plus un renfort depuis ce week-end de 3 groupes de 8 militaires qui patrouillent sur Charleville et Sedan (zone Police). Ces patrouilles assurent des rondes (lieux de cultes, hôpitaux, établissements scolaires).

En dehors de Charleville et Sedan, 181 réservistes se relaient à hauteur de 20 par jour soit 5 patrouilles/jour.

Le Préfet a participé à l’hommage de Samuel Paty dans un établissement de Charleville, hommage intense et émouvant et échanges riches avec les élèves. Il regrette également les changements de dernière minute concernant la rentrée décalée...

Les remontées de signalements sont nécessaires et il demande à l’EN de s’améliorer à ce sujet. « Il ne faut rien laisser passer ». Des procédures disciplinaires devront être systématiques dans l’EN et il pourrait y avoir même un traitement judiciaire dans certains cas.

Monsieur le Préfet dit avoir bien entendu nos sollicitations, nos inquiétudes et nos alertes. IL transmettra nos demandes.

Réponses de Monsieur le DASEN :

Le DASEN remercie les équipes pour leur engagement. Adaptation et organisation dans un délai contraint de la part du ministère pour les lycées. L’ensemble des protocoles ont été validés (réduction des effectifs soit en dédoublant les classes soit en dédoublant par niveau).

Pour les collèges, il n’y a pas d’arbitrage national. Seuls quelques cas ponctuels (rapport entre la configuration des locaux et le nombre d’élèves) pourraient être examinés.

Lors du conseil d’IEN, un état des lieux circonscription par circonscription a été effectué sur la situation des directeurs-trices d’école et sur l’application de la nouvelle circulaire sur les tâches des directeurs-trices. La DSDEN réduit ses enquêtes à renseigner et va mettre en place prochainement le référent.

Concernant l’engagement des collectivités /locaux, la DSDEN a eu 2 audiences par semaine avec les élus.

Concernant les difficultés liées à la piscine, le DASEN a entendu que les conditions de sécurité doivent être respectées. Il a reçu en audience la veille une enseignante à ce sujet et entendu ses arguments.*

Selon lui, nous devons être « agiles », faire preuve d’adaptation et d’ingéniosité…

Enfin, nous questionnons Monsieur le DASEN sur le million de tests rapides à destination des personnels de l’EN annoncés dans les médias…, il a eu l’information comme nous et ne peut pas nous en dire plus…

* Le SNUIpp-FSU a accompagné la collègue pour un "entretien professionnel".

Piscine : Entretien "professionnel" collègue - DASEN

L’IA-DASEN rappelle les difficultés dues à la crise sanitaire et au terrorisme.

Il rappelle la nécessité de respecter le cadre.

Il donne la parole à la collègue qui rappelle point par point toutes les difficultés de respect des règles sanitaires soulevées par les séances de piscine (espace pour se déchausser, vestiaires, 2 par cabine étroite, problèmes de surveillance, portes ouvertes, filles et garçons dans le même vestiaire, bouton poussoir douche, masque au bord du bassin, expectations des enfants en sortant de l’eau...). La collègue ajoute que la référence avancée par le DASEN - l’analyse de l’eau des piscines publiques par la Société française d’hygiène hospitalière de mars 2020 - ne dit justement rien sur le SARS-Covid2.

Le DASEN rappelle l’importance de l’enseignement de la natation dans notre département (fleuve, rivières).

Il dit entendre ce que dit la collègue et lui promet de trouver une solution d’ici la prochaine séance : dédoublement des groupes en en laissant un à l’école. Il dit ne pas contester les éléments avancés par la collègue et prendre note que le bus n’est pas désinfecté.

Le DASEN dit que "l’on est dans une position agile" (nouvel élément de langage ?), que "l’on est contraint de s’adapter", répète qu’il a toujours été ouvert à la discussion, qu’il s’entretient régulièrement avec les OS dans ce but.

Nous rappelons que la collègue n’a pas enfreint le cadre : recherche de solutions, interrogation de l’IEN, grève : tout cela est légal. Voire même constitutionnel.

Le DASEN et l’IENa disent qu’ils ont limité les séances de natation au cycle 3 (qu’il n’y a plus de brassage entre classes) et à certaines piscines, là où les conditions peuvent être respectées : La Ronde Couture serait fermée puis réouverte...

Tout cela n’est pas très clair. Nous mentionnons que nous n’en avons pas été informés et que certains collègues semblent aussi l’ignorer (discussions sur réseaux et questions à la section).

A la fin de cette audience, nous transmettons le mécontentement des collègues qui se sont vus confier dans un tract distribué aux parents par la communauté Ardennes Thiérarche, la distribution et le ramassage de masques sans même en avoir été informés par elle.

Interview télévisée au 12/13 du 10 novembre

12/13 du mardi 10 novembre (un peu avant la 6ème minute) :

https://france3-regions.francetvinfo.fr/grand-est/emissions/jt-1920-champagne-ardenne

 

*Top
©Copyright 2006 - Section SNUipp-FSU des Ardennes, tous droits réservés. Mentions légales