www.snuipp.fr

Section SNUipp-FSU des Ardennes


Vous êtes actuellement : Actualités 

Face à un ministre qui met en péril l’école - Pour éviter une nouvelle fermeture des écoles Grève d’avertissement mardi 10 novembre - Enquête de mobilisation - Lettre aux parents
Devant l’urgence de maintenir les écoles ouvertes et face à un ministre qui les met en péril, le SNUipp-FSU appelle à une grève d’avertissement le mardi 10 novembre. Cinq fédérations syndicales de l’éducation, FSU, FO, CGT éduc’action, Snalc et Sud éducation, appellent ensemble à cette journée.
PNG - 32.1 ko

Les fédération de l’éducation -la FSU, la FNEC-FP-FO, la CGT Educ’action, le SNALC, SUD Education, le SNCL-FAEN - et de la Fonction Publique - la FSU, la FNEC-FP-FO, la CGT Fonction Publique, le SNALC, Solidaires Fonction Publique, le SNCL-FAEN - appellent l’ensemble des personnels, titulaires et contractuels, à faire grève le mardi 10 novembre.

En raison des conditions sanitaires, la FSU n’appelle pas les collègues à se rassembler ou à défiler.

Enquête de mobilisation

Merci de bien vouloir renseigner l’enquête de mobilisation de votre école :

https://mobilisation.snuipp.fr/08/10-novembre-greve-d-avertissement

Face à un ministre qui met en péril l’école

Pour éviter une nouvelle fermeture des écoles

Grève d’avertissement mardi 10 novembre

La priorité du service public d’éducation doit être de maintenir les écoles ouvertes tant une nouvelle fermeture aurait des conséquences scolaires et sociales dramatiques. Mais en ne débloquant aucun moyen supplémentaire et en subordonnant la mise en œuvre des gestes barrière à un « si c’est possible », le ministre de l’éducation met en péril la continuité de l’école. Priorisant une stratégie communicationnelle, il soumet les écoles à des revirements incessants et à des consignes contradictoires, les désorganisant et épuisant les personnels, en particulier les directrices et directeurs.

A l’heure où la seconde vague frappe la société, avec une circulation intense du virus sur l’ensemble du territoire, ce traitement inconséquent est irresponsable.  Pour le SNUipp-FSU, il est impératif de prendre enfin la mesure des enjeux sanitaires et sociaux, de cesser de dénier la réalité, de stopper la dégradation des conditions de travail et d’assurer la protection de toutes et tous. L’école a besoin d’un plan d’urgence comprenant un recrutement massif de professeurs afin d’assurer les remplacements des enseignant.es malades ou vulnérables et pour organiser la mise en place d’effectifs allégés permettant non-brassage et distanciation. 

Devant l’urgence de la situation, le SNUipp-FSU appelle les personnels à se mobiliser pour exiger du ministre les conditions sanitaires indispensables afin de maintenir les écoles ouvertes. Pour mettre en place immédiatement un plan d’urgence le permettant, il appelle les personnels à participer à une première journée de grève d’avertissement mardi 10 novembre pour dénoncer le manque de protection des personnels et des élèves et construit rapidement avec eux les modalités d’une mobilisation encore plus massive.  Il faut une autre politique éducative qui réponde aux enjeux de l’école qui permette une amélioration des conditions de travail et une véritable reconnaissance de nos métiers.

Communiqué de presse

Des conditions sanitaires indispensables au maintien de l’ouverture des écoles

Depuis le début de la crise sanitaire, l’ensemble de la communauté éducative a à cœur de faire fonctionner l’école pour préserver les apprentissages et la scolarisation des élèves.

La priorité est de maintenir les écoles ouvertes, une nouvelle fermeture aurait des conséquences scolaires et sociales dramatiques. Or aujourd’hui, c’est le ministre de l’Éducation nationale qui met en péril la continuité de l’école à l’heure où la seconde vague frappe la société, avec une circulation intense du virus sur l’ensemble du territoire.

Pour le SNUipp-FSU, il est impératif de prendre enfin la mesure des enjeux sanitaires et sociaux, de cesser de dénier la réalité, de stopper la dégradation des conditions de travail et d’assurer la protection de toutes et tous.

Des moyens indispensables, pour assurer la nécessaire protection des élèves comme celle des personnels, sont souvent manquants.

Les conditions actuelles rendent impossibles la limitation du brassage, la constitution de petits groupes d’élèves ou encore la distanciation physique.

L’école souffre d’un manque d’enseignants pour assurer le remplacement des PE absents. Combien de temps les écoles pourront-elles rester ouvertes sans recrutement massif d’enseignants ?

Les multiples interpellations du ministre sont restées à ce jour sans réponse, l’ensemble de la communauté éducative exprime ses craintes et sa fatigue.

C’est pourquoi le SNUipp-FSU appelle les enseignantes et enseignants des écoles à se mettre en grève le mardi 10 novembre pour exiger des conditions sanitaires indispensables au maintien du service public d’éducation, ainsi qu’un plan d’urgence pour l’école.

Paris, le 5 novembre 2020

Appel SNES : https://www.snes.edu/article/alerte-sanitaire-toutes-et-tous-dans-laction/

LETTRE AUX PARENTS

Vous trouverez ci-dessous une proposition de courrier aux parents pour la grève du 10 novembre.

Chers parents,

Depuis le début de la crise sanitaire, l’ensemble de la communauté éducative a à cœur de faire fonctionner l’école pour préserver les apprentissages et la scolarisation des élèves.

Notre priorité est que l’école reste ouverte parce que nous savons qu’une nouvelle fermeture aurait des conséquences scolaires et sociales dramatiques. Or aujourd’hui, c’est le ministre de l’Éducation nationale qui met en péril la continuité de l’école.

Les moyens indispensables pour assurer la nécessaire protection des élèves comme des personnels sont souvent manquants. Les conditions actuelles rendent impossibles la limitation du brassage, la constitution de petits groupes d’élèves, la distanciation physique dans les écoles. Nous manquons déjà d’enseignantes et d’enseignants pour remplacer les maîtres absents et ne savons pas aujourd’hui combien de temps les écoles pourront rester ouvertes, faute de recrutement massif d’enseignants.

C’est aujourd’hui l’ensemble de la communauté éducative qui exprime ses craintes et sa fatigue, après de multiples interpellations du ministre qui sont restées sans réponse.

C’est la raison pour laquelle nous serons en grève le mardi 10 novembre pour exiger les conditions sanitaires indispensables au maintien du service public d’éducation et un plan d’urgence pour l’école.

Nous comptons sur votre soutien.

La déclaration - si vous l’utilisez - d’intention de grève devra être envoyée par mail avant : samedi 7 novembre à minuit.

LA DÉCLARATION INDIVIDUELLE D’INTENTION DE GRÈVE - Si vous souhaitez la faire.

Tout enseignant devant élèves doit déclarer son intention de prendre part à une grève au moins quarante-huit heures au préalable (comprenant au moins un jour ouvré). Les enseignants n’exerçant pas devant élèves ou exerçant en SEGPA/ établissements/ULIS ne sont pas concernés.

La déclaration se fait par écrit, par lettre, télécopie ou mail envoyé via la messagerie électronique professionnelle.

Un simple mail de votre messagerie portant mention : "Je, soussigné, déclare mon intention de participer à la grève du jour/mois." suffit.

Si le nombre de déclarations dans une école est égal ou supérieur à 25%, un service minimum d’accueil des élèves (SMA) est mis en place par la mairie.

Pour le SNUipp-FSU, cette déclaration préalable est une atteinte au droit de grève des enseignants. La consigne nationale est de ne pas l’envoyer.

Si des problèmes surviennent, contactez-nous.

 

*Top
©Copyright 2006 - Section SNUipp-FSU des Ardennes, tous droits réservés. Mentions légales