www.snuipp.fr

SECTION SNUIPP-FSU DES ARDENNES


Vous êtes actuellement : Formation initiale 

Réforme de la formation et du recrutement

« Mastérisation » : Sous couvert d’un recrutement au niveau du master, le ministère souhaite transférer la formation initiale dans le cursus master.

Les nouveaux enseignants et CPE débuteraient leur carrière immédiatement à temps plein et l’année de stage ne serait plus une année pleine et entière de formation.

Au bout du compte : moins de formation professionnelle, pas de réelle élévation de qualification disciplinaire, une entrée dans le métier fortement dégradée. De plus aucun dispositif d’aides sociales et de pré- recrutement n’est envisagé.

Projet initial du ministère :

● Justifier de l’obtention d’un master pour être recruté,

● Un étudiant en M2 pourra s’inscrire aux concours, mais devra valider le master pour être recruté,

● Concours limités à trois épreuves « disciplinaires » (« évaluer la culture disciplinaire, la capacité à concevoir et organiser un enseignement adapté aux niveaux de classe, aux situations d’apprentissage ») et une épreuve sur la connaissance du système éducatif incluant des membres de la société civile,

● Une affectation à temps plein dès la réussite au concours, supprimant de fait toute formation professionnelle pendant l’année de stage,

● Une formation initiale limitée à des stages d’observation pendant l’année de M2,

● Formation initiale liée au compagnonnage et au mimétisme d’enseignants ou CPE « expérimentés »,

● La revalorisation limitée aux seuls enseignants nouvellement recrutés.

● Même si ce projet permet une élévation du niveau de recrutement des enseignants et CPE, le SNES considère qu’il est inacceptable et il ne l’acceptera pas :

● Disparition de la formation après l’admission au concours et mise en place d’un système de compagnonnage supprimant ainsi toute réflexion de la part des stagiaires sur le métier, leur pratiques,

● Allongement de la durée des études avec des aides insuffisantes et sans pré-recrutements,

● Des concours qui ne prennent pas en compte les spécificités disciplinaires,

● Des jurys de concours dans lesquels apparaissent des membres de la société civile,

● La titularisation soumise au seul arbitraire des inspecteurs et des chefs d’établissement,

● L’absence de référence aux IUFM pour assurer la formation professionnelle.

● En Outre, une réforme pilotée par des objectifs budgétaires : réduction du nombre de postes aux concours, suppression d’emplois de stagiaires.

Projet actuel du ministère

(Courriers de X. Darcos du 20 mars et du 10 avril 2009)

● Justifier de l’obtention d’un master pour être recruté,

● Un étudiant en M2 pourra s’inscrire aux concours, mais devra valider le master pour être recruté,

● Maintien des concours dans leurs formes actuelles pour la session 2010,

● Mise en place de conditions transitoires pour l’inscription aux concours ,

● Mise en place d’un dispositif social avec des bourses supplémentaires et des emplois d’AED réservés,

● Les enseignants et CPE stagiaires bénéficieront d’une décharge d’un tiers de décharge de service pour suivre une formation « en dehors de l’établissement »,

● Les étudiants de M2 en stage « en responsabilité » ne seront pas utilisés comme des moyens d’enseignement,

● Apparition du terme IUFM pour la première fois dans le courrier du 10 avril,

● Prise en compte de la problématique des non-titulaires dans le recrutement,

Le Ministre annonce la mise en place de groupes de travail de « concertation » sur la réforme et l’ouverture de discussions pour la revalorisation de l’ensemble des personnels Le SNUipp estime que ces propositions restent insuffisantes et demande l’abandon de la réforme dans sa forme actuelle, au profit d’une autre réforme permettant l’élévation du niveau de recrutement des enseignants et CPE au master et garantissant une meilleure formation professionnelle.

 

*Top
©Copyright 2006 - SECTION SNUIPP-FSU DES ARDENNES, tous droits réservés. Mentions légales