www.snuipp.fr

Section SNUipp-FSU des Ardennes


Vous êtes actuellement : Actualités 

Mobilisation pour l’Education - Mercredi 24 juin 2020 Rassemblement devant la DSDEN à Charleville-Mézières à partir de 15 h 00
A l’appel de la FSU, CGT Educ’Action, FNEC-FP-FO, Sud Éducation

Rassemblement devant la DSDEN à Charleville-Mézières à partir de 15 h 00

Ecole d’un seul homme ou école de toutes et tous La crise sanitaire a impacté l’école et impactera aussi l’avenir de l’école.

La période de confinement a mis en évidence l’impéritie d’un ministère qui, malgré nombre de déclarations médiatiques souvent immédiatement contredites, a prôné une “continuité pédagogique” qu’il n’était pas en mesure de faire assurer. Le confinement et le déconfinement ont été l’occasion d’injonctions paradoxales qui imposaient des mesures sanitaires draconiennes tout en laissant croire que les conditions d’une « continuité pédagogique » et d’un retour massif à l’école étaient remplies. Cela a entraîné des pressions de la hiérarchie qui ont exposé les enseignant-es aux risques psycho-sociaux et les ont mis en porte-à-faux face aux parents. La FSU continue d’affirmer le fait que l’école s’est arrêtée le 13 mars dernier. Ni la pseudo continuité pédagogique ni la réouverture sous contrôle sanitaire ne sont de l’école. De son côté, le ministre met en place une stratégie du choc : il profite de cette période pour poursuivre et tenter de légitimer son projet pour une école libérale : individualisation des apprentissages renforcée par l’utilisation du numérique, resserrement des contenus sur les « fondamentaux », ouverture à un marché de l’éducation, 2S2C et « vacances apprenantes » entraînant de plus fortes inégalités territoriales et une école à plusieurs vitesses, instauration d’un statut des directeurs qui ne dit pas son nom… Loin de répondre de manière satisfaisante aux urgences exprimées, la proposition de loi visant à créer une « fonction de directeur d’école », dégraderait le fonctionnement de l’école et les conditions de travail de l’ensemble des personnels et contribuerait au renforcement du nouveau management public.

La FSU exige la fin des injonctions ministérielles et notamment l’arrêt des évaluations nationales standardisées.

La FSU s’oppose à la mise en place des 2S2C, source d’inégalités territoriales qui contribueraient à vider l’école de sa substance en limitant le rôle des professeur-es des écoles à l’enseignement des fondamentaux.

Alors que les enseignant-es se sont engagé-es sur le terrain et ont œuvré à garder le lien coûte que coûte avec les élèves et les familles, la FSU dénonce l’école d’un seul homme et œuvre à la convergence des acteurs-trices pour une école de tou-tes pour tou-tes. C’est le sens de l’appel pour rompre avec l’école du tri social et penser l’école de demain, celle de l’accès émancipateur de toutes et tous à une culture commune, proposé aux autres partenaires syndicaux, associatifs et du monde de la recherche.

Plutôt que de fausses promesses médiatiques, c’est d’un plan d’urgence dont l’école a besoin. Il doit se préparer dès maintenant avec celles et ceux qui font l’école tous les jours et qui savent ce dont les élèves ont besoin pour retrouver le chemin des apprentissages. Cette école de demain ne sera possible qu’avec des mesures concrètes comme la diminution drastique des effectifs en classe, le développement des RASED et du dispositif « plus de maîtres », de meilleures conditions d’exercices des personnels.

La FSU demande une revalorisation substantielle, indiciaire et inconditionnelle des salaires pour toutes et tous, le versement d’une prime d’équipement à tous et une amélioration des conditions de travail et plus largement exige l’abandon formel de la réforme des retraites et la suppression de la loi de transformation de la Fonction publique qui la met à mal. Un véritable paritarisme doit être restauré, le rôle des élu-es du personnel doit être rétabli.

FSU des Ardennes

Les organisations syndicales CGT-Educ’action, SNUipp-FSU, Sud-éducation et SNUDI-FO lancent une pétition en ligne pour rappeler qu’il n’est nul besoin d’une loi ou d’emploi fonctionnel pour répondre aux revendications des personnels.

JPEG - 22.9 ko
 

*Top
©Copyright 2006 - Section SNUipp-FSU des Ardennes, tous droits réservés. Mentions légales