www.snuipp.fr

Section SNUipp-FSU des Ardennes


Vous êtes actuellement : Actualités 

Le 16 juin, mobilisations pour la santé Après les applaudissements de 20 h, c’est maintenant dans la rue aux côtés des personnels hospitaliers qu’il faudra défendre un grand plan de développement pour l’hôpital public. Une première grande journée nationale d’action qui sera également l’occasion de rappeler le travail et l’importance de tous les services publics lors de cette crise sanitaire.

Rassemblement à 13 h 30 devant l’ARS à Charleville-Mézières et à Sedan, rendez-vous à 18 h place d’Armes.

Un préavis a été déposé par la FSU pour couvrir les agent-es souhaitant se mobiliser le 16 juin.

« Il est des biens et des services qui doivent être placés en dehors des lois du marché » expliquait Emmanuel Macron lors de son allocution du 12 mars dernier. Fort bien ! La FSU, la CGT, FIDL, Solidaires, l’Unef et l’UNL appellent à la mobilisation le 16 juin prochain afin de le lui rappeler.

Le communiqué intersyndical et interprofessionnel publié pour l’occasion indique que "Les personnels de santé, du médicosocial, du social, des Ehpad, dans l’éducation nationale seront mobilisés pour exiger des moyens conséquents pour de bonnes conditions de travail assurant ainsi un service public de qualité pour toutes et tous les usagers et patients.

Cette mobilisation s’inscrit dans une volonté plus générale de changement pour reconstruire le monde d’après. Elle prolonge les propositions du collectif regroupant vingt organisations associatives et syndicales « Plus jamais ça ! Un monde à reconstruire, 34 mesures pour un plan de sortie de crise ». Un plan qui "entend faire la démonstration qu’il y des alternatives au capitalisme néolibéral, productiviste et autoritaire, et que ces alternatives sont crédibles, désirables et réalisables, à condition que les moyens politiques soient mis au service des objectifs de transformation sociale et de préservation de l’environnement".

Les services publics, colonne vertébrale de la société, ont été et continuent d’être démantelés. La crise a montré à quel point ils sont essentiels. Le 16 juin sera l’occasion de revendiquer la reconstruction d’un service public de qualité, au plus près des citoyens et citoyennes dans l’ensemble des territoires. Un premier pas pour que le monde d’après soit différent du monde d’avant...

PDF - 121.2 ko
Communiqué commun Ardennes

Plus jamais ça ! Nous les avons applaudis, maintenant il nous faut les soutenir !

Dans une déclaration commune, 20 organisations associatives et syndicales réunies au sein de la coalition « Plus jamais ça » lancent un appel à soutenir et participer aux mobilisations prévues le 16 juin à l’initiative des personnels de santé.

Le 26 mai nos organisations ont rendu public un plan de sortie de crise regroupant 34 mesures pour répondre aux urgences sociales et écologiques. Parmi ces mesures, le droit à la santé pour toutes et tous partout : la pandémie du Covid 19 a montré à quel point il doit être une priorité absolue. Et à quel point il relie les enjeux sociaux et écologiques.

L’urbanisation et la déforestation sans limites et avec elles, la disparition des espaces naturels, sont une des causes avancées dans la propagation de ce type de virus des espèces sauvages vers l’espèce humaine. Sa propagation sur l’ensemble du globe est quant à elle directement en lien avec le développement exponentiel des transports aériens. De même que la pollution de l’air par les particules fines favorise les maladies respiratoires, et que des maladies chroniques liées à un environnement dégradé ou à une alimentation de mauvaise qualité, comme les cancers, l’obésité ou le diabète, augmentent nettement les risques de cas graves.

Face à cette pandémie, ce gouvernement est défaillant ! La santé de toutes et tous passe par une distribution gratuite des masques, la gratuité des tests et leur accessibilité. Un plan de production du matériel nécessaire doit être engagé avec réquisition des usines et entreprises en capacité de produire masques et matériel médical.

Cette pandémie a aussi montré l’importance de préserver la santé des travailleuses et des travailleurs. De nombreuses décisions de justice ont pointé la responsabilité des employeurs dans le non respect de leurs obligations de sécurité. Parmi les plus exposé-es, les personnels de la santé ont dû faire face à plusieurs pénuries. Pénurie des indispensables protections pour pouvoir exercer au quotidien leurs activités au côté des milliers de malades. Pénurie de personnels pour être en capacité de prendre en charge l’ensemble des malades dans des conditions correctes. Pénurie de lits et notamment de lits de réanimation pour faire face aux nombreux cas graves.

Pourtant depuis des années ces personnels se sont mobilisés pour obtenir les moyens nécessaires à leur activité essentielle et protéger le service public de la santé. Force est de constater qu’il n’y a eu aucune réponse à la hauteur des enjeux. Les politiques néolibérales ont fait totalement faillite et la pandémie a démontré que le système de santé doit échapper à une gestion privée. Il est urgent de réinventer un système public de santé pour satisfaire les besoins de la population, et réduire les inégalités d’accès à la santé sur l’ensemble du territoire, des zones rurales aux banlieues.

Avec l’ensemble des personnels, leurs organisations syndicales et les collectifs, nous exigeons un plan d’urgence pour l’hôpital public, pour garantir l’accès gratuit aux soins de qualité sur l’ensemble du territoire. Il est nécessaire dès à présent d’embaucher du personnel avec un 1er plan de 100.000 recrutements, augmenter les salaires en assurant l’égalité avec les personnels étrangers, revaloriser les postes d’infirmières et d’aide-soignantes, supprimer la sélection et créer des places dans les formations de santé, annuler la dette des hôpitaux et augmenter leurs budgets d’au moins 5 %. Ces premières mesures doivent permettre d’améliorer le fonctionnement de l’ensemble des services et d’ouvrir des lits en nombre suffisant au quotidien comme en période de crise sanitaire. Tous les plans de restructuration et de fermetures de sites ou de services doivent être annulés et une logique de coopération doit être mise en place.

Pour assurer un accès aux soins efficient et équitable pour l’ensemble des personnes résidant sur le territoire français, une revalorisation des dispositifs spécifiques comme l’Aide Médicale d’État ou la PUMa, qui ont été sévèrement revus à la baisse l’année dernière, est plus que jamais essentielle. La France doit également concrétiser son engagement de faire du futur traitement un bien public mondial en conditionnant ses financements à la recherche à la mise en commun des futurs brevets développés. La pandémie du coronavirus ne doit pas servir à enrichir les grands groupes pharmaceutiques.

Ce sont aussi les personnels des EHPAD et de l’aide à domicile – des femmes à plus de 95% – qui doivent être reconnus, revalorisés, mieux formés et recrutés en nombre suffisant. Un grand service public de la perte d’autonomie pour sortir ce secteur de la loi du marché est nécessaire.

Ce ne sont pas des médailles que les personnels réclament mais des actes. Pour les obtenir, ils multiplient les mobilisations devant leurs établissements toutes les semaines et appellent à une grande journée de mobilisation le 16 juin partout en France. Nos organisations appellent l’ensemble de la population à manifester leur soutien et partager leurs exigences en se rendant à ces initiatives, tout en respectant les mesures de protection.

Les organisations signataires :

> 350.org,

> Action Aid,

> Aequitaz,

> ANV Cop 21,

> Alternatiba,

> Attac,

> CGT,

> Communauté de l’Arche non violence,

> Confédération paysanne,

> Convergence services publics,

> Copernic,

> Droit au logement,

> Emmaüs France,

> FSU,

> Greenpeace,

> Les Amis de la Terre,

> Notre Affaire à Tous,

> Oxfam,

> Solidaires,

> UNL

 

*Top
©Copyright 2006 - Section SNUipp-FSU des Ardennes, tous droits réservés. Mentions légales