www.snuipp.fr

Section SNUipp-FSU des Ardennes


Vous êtes actuellement : Actualités 

A propos d’une "lettre aux syndicats" Nous avons reçu quelques jours avant les élections professionnelles un texte, signé par des collègues de différentes écoles, et qui appelle quelques observations...

D’abord, le texte de cette lettre :

Les enseignants de l’école primaire de .............. contatent que réforme après réforme leurs conditions de travail se dégradent. La modification des obligations de service allonge d’une demi-heure à une heure la journée de travail pour le soutien scolaire et multiplie les réunions. Elles ont appris que 2 EPEP se mettraient en place à la rentrée et que des jardins d’éveil payants viendraient prendre la place de la Maternelle.

Nous voulons rester fonctionnaires d’Etat et non être les employés d’un Conseil d’administration aux ordres des politiques locaux. Nous ne voulons pas de directeur chef d’établissement et choisi par l’Inspecteur d’académie. Nous voulons que les nominations sur poste se fassent au barème et soient contrôlées par les délégués du personnel élus. Nous avons besoin de collègues spécialisés pour faire face aux difficultés scolaires les plus graves.

La scolarisation des deux ans doit être préservée et comptabilisée dans les effectifs.

Nous voulons le retrait des décrets DARCOS et du projet de loi sur les EPEP.

Le constat fait dans ce texte est parfaitement correct et correspond totalement à ceux faits par notre syndicat. Nous partageons l’ensemble et même le détail des revendications inscrites dans ce texte.

Cela nous confirme qu’au sein de la profession la nécessité de rejoindre et d’accentuer le travail syndical prend de l’ampleur. Nos collègues sont alertés et, de plus en plus, prêts à agir, comprenant que l’attentisme et l’à-quoi-bonisme ne sont pas des solutions.

Cela nous encourage à réaffirmer que l’éducation est bien plus qu’un job comme les autres et que les enseignants sont profondément attachés aux valeurs qu’ils véhiculent à travers leur travail quotidien.

Toutefois, les dernières lignes du texte, qui ont trait à l’action nous amènent à une question en retour. On nous dit : « J’estime que ces revendications exigent un appel commun de tous les syndicats à l’ensemble de la profession pour une montée à Paris au ministère. »

Alors un doute s’empare de nous : Avons nous bien informé nos collègues ?

Savent-ils que dès le 7 octobre nous avons appelé à une grève (internationale) pour le travail décent, dont le but était de protester, entre autres, contre la précarisation, la remise en cause des statuts et contre la perte du pouvoir d’achat ?

Savent-ils que le 19 octobre, 80 000 enseignants de toute la France sont montés à Paris, pour crier au ministre leur attachement au service public ?

Savent-ils que le 20 novembre, l’ensemble des syndicats (à l’exception de Force Ouvrière) se sont unis, au delà de leur concurrence pour les élections professionnelles, pour refuser la politique actuelle dans une grève qui a eu un retentissement très important ?

Savent-ils que le 10 décembre, dans les Ardennes comme dans toute la France, des collègues de différents syndicats ont manifesté et fait signer sur les marchés pour alerter les parents d’élèves et les citoyens des attaques menées par Monsieur le « Ministre de l’Irritation Nationale » ?

Il est indispensable de lutter contre la division syndicale qui semble parfois injustifiée, mais cela ne doit pas conduire, paradoxe suprème, à ignorer l’action commune lorsqu’elle est au rendez-vous.

Le SNUipp n’a pas signé les protocoles sur la direction d’école avec le SE-UNSA et le SGEN-CFDT, mais cette divergence ne peut servir de prétexte à une posture arrogante qui viserait à les ostraciser pour l’avenir. Les derniers mois ont placé les syndicats les plus conciliants devant leurs impuissances : le ministre s’est servi d’eux, et ne les écoute pas plus que les autres.

Le syndicat Force Ouvrière, vêtu de lin blanc et de probité candide, a été absent des derniers mouvements de grève unitaires, et n’a trouvé d’autre issue à son isolement que d’appeler seul, le 23 octobre dernier, à une grève, très peu suivie. Le 20 novembre, il a refusé de s’associer à l’appel national à la grève et a participé par raccroc à la manifestation sans faire le travail d’information.

Concernant le S.M.A, cette attaque majeur contre le droit de grève, le SNUDI-FO, contacté pour mettre en place une riposte commune a été le seul syndicat à ne pas répondre. Et malgré tout, ses dirigeants locaux se permettent de donner des leçons d’unité proposant, en lieu et place des actions communes, des « montées au ministère », actions rituelles de ce syndicat, qui sont loin d’avoir prouvé une quelconque efficacité.

Alors, nous sommmes persuadés que parmi les collègues qui ont signé cette lettre beaucoup ont pris part aux actions communes et que tous ont signé le texte sans aucune arrière pensée. Cependant il était important de mettre quelques détails au point.

Le plus important c’est que nous nous retrouvons tous pour défendre l’école de la République. Tous ensemble, nous le sommes pour la défense des RASED. Le SNUipp insiste sur le fait que ce n’est pas une défense catégorielle, mais la défense des conditions d’enseignement de tous les collègues, qui ont besoin des RASED, et des conditions pour tous les enfants que nous accueillons. Cela n’empêche pas de prendre en compte le sort de nos collègues spécialisés qui seront les premiers à subir les conséquences de la réforme, bien au contraire.

Le SNUipp 08 vous encourage à participer aux actions menées contre la politique destructrice du gouverment actuel et à vous tenir informés des actions menées sans exclusive. Vous trouverez ci-joint le texte de la pétition destinée aux parents et aux citoyens de base et qui recueille un franc succès. Elle sera retournée au député de la circonscription pour informer qui de droit.

C’est un des moyens, parmi d’autres d’oeuvrer à un recul du ministre sur les dossiers qui nous tiennent tous à coeur. L’opinion commence à s’éveiller, continuons la prise de conscience !

A Bientôt.

L’équipe du SNUipp 08

 

*Top
©Copyright 2006 - Section SNUipp-FSU des Ardennes, tous droits réservés. Mentions légales