www.snuipp.fr

Section SNUipp-FSU des Ardennes


Vous êtes actuellement : Actualités 

4 pages du collectif national et campagne d’action pour les RASED Le SNUipp-FSU maintient son exigence pour la refondation des RASED avec ses 3 composantes, pour prévenir et réduire les difficultés d’apprentissage, par l’intervention directe auprès des élèves et des familles.
Lors du congrès de Perpignan, le SNUipp-FSU a confirmé son combat contre les inégalités scolaires. Il maintient son exigence pour la refondation des RASED avec ses 3 composantes, pour prévenir et réduire les difficultés d’apprentissage, par l’intervention directe auprès des élèves et des familles.

Ces RASED complets doivent pouvoir être présents partout, au plus près des écoles, sur des secteurs raisonnables tenant compte de spécificités géographiques et/ou de difficultés particulières.

Le collectif national RASED, plus que jamais actif, a produit un nouveau document sur lequel peut prendre appui la campagne de refondation des RASED.

Le « 4 pages » :

PDF - 1.5 Mo
4 p. Collectif RASED 2020

Le RASED, un pilier indispensable

À l’occasion de la réunion du dernier collectif RASED, les associations professionnelles et les syndicats membres dont le SNUipp-FSU ont rendu public un document en quatre pages pour rappeler que ce dispositif d’aide aux élèves en difficulté reste à reconstruire.

Dans un "quatre pages" spécial, le collectif national RASED qui regroupe associations professionnelles, syndicats enseignants et organisation de parents rappelle que le dispositif d’aide aux élèves en difficultés doit retrouver ses moyens d’agir. Comme « les réseaux d’aide ont perdu un tiers de leurs effectifs entre 2008 et 2012 », souligne le collectif, les aides spécialisées ont bien du mal à couvrir tout le territoire national. Une série de cartes montre par exemple que la quasi-totalité des départements français ne dispose plus que d’une seule aide à dominante relationnelle (ancienne option G) pour plus de 1250 élèves et que certains n’en disposent plus du tout. Autant dire que les enseignants et les enseignantes des écoles, les familles et les élèves ont perdu la possibilité réelle de faire appel à ce dispositif d’aide dans le quotidien de la classe et des écoles pour prendre en charge la difficulté scolaire.

Enfin, le collectif pointe que « le contexte de la prise en charge de la difficulté scolaire repose aujourd’hui de plus en plus sur des réponses standardisées dictées par les évaluations nationales, à l’aune des neurosciences et de ses protocoles ». Une façon de faire bien éloignée des aides spécialisées des réseaux d’aide qui relèvent au contraire d’une approche cousu-mains « co-construite avec les équipes et les familles pour mettre en place des remédiations appropriées », indique le collectif.

Le collectif rappelle enfin que la circulaire de 2014 fixant le cadre de travail des réseaux d’aide est toujours en vigueur et revendique que des postes soient à nouveau ouverts. Les organisations représentatives demandent que les deux dominantes du parcours « travailler en RASED » restent clairement identifiées et surtout proposées sur tout le territoire pour la formation CAPPEI des enseignantes et enseignants spécialisés.

 

*Top
©Copyright 2006 - Section SNUipp-FSU des Ardennes, tous droits réservés. Mentions légales