www.snuipp.fr

Section SNUipp-FSU des Ardennes


Vous êtes actuellement : Actualités 

Pourquoi j’ai quitté l’Education nationale - 30/01/2020 - Alternatives Economiques n°398 "Salaires en berne, hiérarchie pesante, image dégradée : le métier d’enseignant, on le sait, ne fait plus beaucoup rêver. Et ce n’est pas la réforme en cours des retraites, dont ils risquent fort d’être les grands perdants, qui va améliorer les choses. Mais de là à tout plaquer, il y a un pas, que peu osent encore franchir."

A lire Alternatives Economiques n°398 - 02/2020

"Encore rares mais en forte hausse, les démissions d’enseignants s’inscrivent dans des trajectoires diverses, sur fond d’une commune critique de conditions de travail dégradées.

Salaires en berne, hiérarchie pesante, image dégradée : le métier d’enseignant, on le sait, ne fait plus beaucoup rêver. Et ce n’est pas la réforme en cours des retraites, dont ils risquent fort d’être les grands perdants, qui va améliorer les choses. Mais de là à tout plaquer, il y a un pas, que peu osent encore franchir.

[...]

Le poids de la « paperasse »

Celles-ci se caractérisent par une « redevabilité » (fait de devoir rendre des comptes) croissante : les professeurs des écoles devant détailler dans divers documents (fiches de préparation, cahier journal) les différentes activités menées en classe et la manière dont ils ont mis en œuvre les prescriptions pédagogiques institutionnelles.

[...]

Chronophage, ce travail est souvent perçu comme inutile, en particulier par les plus expérimentés qui ont assisté à sa montée en puissance, sur fond de réformes incessantes des programmes.

La gestion des difficultés scolaires, elle, mobilise depuis 2005 des « équipes éducatives » composées d’enseignants et de spécialistes (orthophonistes, assistantes sociales…) qui doivent, là encore, formaliser leurs décisions dans un projet éducatif ou pédagogique adapté à la situation de l’enfant concerné.

Résultat : des réunions à monter, une liaison à assurer avec les parents et les professionnels et beaucoup de « paperasse ». Par ailleurs, les professeurs des écoles se retrouvent souvent seuls et démunis pour gérer les difficultés que cela pose dans la gestion de la classe.

Le choc des débutants

[...]

Les conditions de travail sont particulièrement rudes pour les débutants qui, J’ai eu simplement “débrouille-toi cocotte”. » Elle a depuis repris son ancien poste.

A cet alourdissement des tâches s’ajoute, selon les chercheuses, « le sentiment de recevoir très peu de gratifications » et d’être « peu soutenus, peu valorisés par leur hiérarchie ». Dans ce contexte, la sécurité de l’emploi ainsi que le caractère « relationnel » et « humain » du métier pèsent de moins en moins lourd face à une autonomie réduite à peau de chagrin et à la faiblesse de la reconnaissance symbolique et matérielle accordée par l’institution.

[...]

1. « Avis présenté au nom de la commission de la culture, de l’éducation et de la communication sur le projet de loi de finances pour 2017 adopté par l’Assemblée nationale. Tome III Enseignement scolaire », par Jean-Claude Carle et Françoise Férat, 2016.

2. Voir « Le statut social des enseignants français au prisme du renouvellement générationnel », par Géraldine Farges, Revue européenne de sciences sociales n° 49-1, 2011."

Alternatives Economiques n°398 - 02/2020

 

*Top
©Copyright 2006 - Section SNUipp-FSU des Ardennes, tous droits réservés. Mentions légales