www.snuipp.fr

Section SNUipp-FSU des Ardennes


Vous êtes actuellement : Actualités 

#ÀParisle18Mai Les motifs des mobilisations : visuels et vidéos / Inscription pour le transport.

18 mai : manifestation nationale à Paris pour le service public d’éducation et ses personnels

Un bus FSU partira le matin de Charleville-Mézières (passera à Rethel et Reims) pour s’inscrire c’est ici : Inscription pour le bus.

#ÀParisle18Mai

Le 18 mai, le SNUipp et la FSU invitent les enseignantes et les enseignants, les parents, les associations et les élus locaux à manifester à Paris pour redire à Jean-Michel Blanquer qu’ils ne veulent pas de sa loi et réclament un autre projet pour l’école.

Sous le soleil, c’est promis, toute la communauté éducative est invitée à manifester dans les rues de Paris le 18 mai prochain. Les uns défileront pour redire au ministre de l’Éducation nationale que décidément non, ils ne veulent pas de ses établissements publics des savoirs fondamentaux. Les autres battront le pavé pour que chaque école garde sa directrice et son directeur, lesquels entendent rester avant tout des collègues, sans autorité hiérarchique sur les équipes. D’autres encore, marcheront pour dénoncer le cadeau fait à l’école privée avec l’instauration de l’instruction obligatoire à 3 ans.

Sur ce côté du boulevard, on réclamera que les effectifs baissent partout, et pas seulement en Grande section, CP et CE1. Et pour que les dédoublements ne se fassent pas au détriment des autres classes.

De l’autre côté du trottoir, on refusera de confier des classes à des étudiantes et des étudiants sans formation. On réclamera aussi que chacun et chacune puisse continuer à livrer librement son opinion sur le métier, sur l’école comme elle va, sans encourir les foudres de l’inspecteur.

Sur tous les tons

En musique, les unes demanderont que leur formation continue ne se limite pas à des animations pédagogiques refermées sur les maths et le français. Et les autres, que cette formation ne se déroule pas pendant les vacances. En chanson, celles-ci, ceux-là, diront que la maternelle doit rester une grande école pour les petits et pas une « prépa » au CP.

Et toutes et tous reprendront en chœur, que vraiment, vraiment... il serait temps d’être mieux payés !

En clair, une manifestation pour que le gouvernement comprenne enfin que la communauté éducative n’en veut pas de cette loi, et qu’elle demande un vrai dialogue, afin de bâtir un vrai projet d’avenir pour l’école.

Communiqué FSU

18 mai : mobilisé-es pour un projet éducatif ambitieux !

Partout en France, depuis de nombreux mois, les actions locales se multiplient, démontrant l’ancrage et la vigueur de la mobilisation de tous les personnels contre les réformes : loi sur l’école de la confiance, lycée Blanquer, enseignement professionnel et Fonction publique. Pour les organisations FSU, CGT-Education et Sud-Education, il est temps de montrer que le gouvernement ne peut pas poursuivre sa politique de destruction de l’Éducation nationale.

Non, les enseignantes et les enseignants, mais également les familles et de nombreux élus ne veulent pas de cette modification radicale de la structuration de l’école avec la mise en place des « établissements des savoirs fondamentaux ». Ils dénoncent le cadeau fait à l’école privée avec l’instauration de l’instruction obligatoire à 3 ans. Et ils n’acceptent pas la possibilité de voir confier des classes à des étudiantes et étudiants sans formation.

De même la profession refuse que soit remise en cause sa liberté d’expression comme le laisse à penser l’article 1 de la loi sur « l’école de la confiance ».

La course de fond « éducation » a commencé avec la loi relative à l’Orientation et à la réussite des étudiants de mars 2018 pour se poursuivre avec les réformes du lycée et du baccalauréat de juillet 2018. En septembre 2018 sortait la loi « pour la liberté de choisir son avenir professionnel », confiant l’information sur l’orientation scolaire aux Régions, et imposant aux lycées professionnels d’accueillir dans les mêmes classes élèves et apprentis. Puis vint la réforme de la voie professionnelle, diminuant les horaires des enseignements généraux (novembre 2018, avril 2019). Ainsi s’empilent des réformes qui remettent en cause 30 ans de démocratisation.

Le 18 mai prochain les personnels de l’Education avec les parents d’élèves seront de nouveau dans la rue à Paris pour dénoncer les différentes réformes en cours et obtenir l’abandon du projet de loi « école de la confiance ».

Les Lilas, 14 mai 2019

En vidéo

https://youtu.be/KewmEfGpIxQ

https://youtu.be/-Oq4eNmu3Uw

https://youtu.be/qYDONv94-JE

https://youtu.be/eOD1btq0BCI

Vidéo complète :

https://youtu.be/PdKw9TEAqBI

JPEG - 701.3 ko
PNG - 564.3 ko
PNG - 662.6 ko
PNG - 566.6 ko
PNG - 604.7 ko
 

*Top
©Copyright 2006 - Section SNUipp-FSU des Ardennes, tous droits réservés. Mentions légales