www.snuipp.fr

Section SNUipp-FSU des Ardennes


Vous êtes actuellement : Actualités 

Grève FP du 9 mai : Les cinq principales organisations syndicales des fonctions publiques ont été reçues à la préfecture des Ardennes. #LoiFonctionPublique #LoiBlanquer
La FSU s’est félicitée du caractère unitaire de cette journée. Elle a été quasiment la seule à pointer les inquiétudes sur les réformes Blanquer en cours et a affirmé sa demande de retrait de la plupart des articles de loi.

Toutes ont dénoncé la réduction des prérogatives des instances voire leur suppression pure et simple. Pourtant celles-ci sont indispensables et sont une soupape.

Les incidences néfastes du projet de réforme ont été soulignées comme celle sur la mobilité (contrainte) des personnels et du traitement de la souffrance au travail traitée en CHSCT.

Après plusieurs années de mise en place chaotique (registre santé sécurité au travail inexistant dans les établissements…) la FSU a indiqué que les collègues s’emparaient petit à petit de ces outils. Les risques psychosociaux ont été pointés (tensions dans les écoles, agressions verbales voir plus vis-à-vis d’enseignant.e.s). En outre, les annonces médiatiques de l’exécutif et injonctions continues donnent le tournis aux collègues. Par exemple, au lendemain de l’annonce de Monsieur le Président de la République de grande section CP CE1 à 24 Sans aucun moyen prévu ni calendrier, des IEN demandent aux équipes de revoir leur organisation pédagogique pour atteindre cet objectif avec pour conséquences une classe triple... Nous souhaiterions simplement pouvoir… Travailler ! Il est donc pour nous primordial de maintenir ces instances et non de les diluer dans les CT.

La FSU s’est félicitée du caractère unitaire de cette journée. Elle a été quasiment la seule à pointer les inquiétudes sur les réformes Blanquer en cours et a affirmé sa demande de retrait de la plupart des articles de loi.

Elle a fait le lien entre cette réforme de la fonction publique et celles de notre ministre de l’éducation nationale :

- Rapprochement écoles-collèges au sein des EPSF avec une perte de proximité dans la gestion et des spécificités du 1er et 2nd degré / Suppression de postes visée dans la loi fonction publique.

- Article 1 visant à intimider toute expression des personnels sur ce qui ne fonctionne pas / Possibilité de sanctionner plus facilement dans la loi fonction publique.

- Appel à des jeunes encore étudiants dans les classes / Recours à des contractuels.

- Obligation de financement des maternelles privées dès trois ans...

À l’heure des conclusions du grand débat national dont la préfecture a récolté les remontées, force est de constater qu’il n’a pas existé dans l’éducation nationale ni la fonction publique.

La FSU a dénoncé :

- La présentation à l’assemblée de la loi école de la confiance pendant ce débat alors qu’il y aurait du y avoir une pause et que le ministre lui-même s’était engagé à ne pas proposer de loi lors de sa prise de fonction.

- Les propos tenus sur les ondes par Monsieur Dussopt annonçant que la réforme fonction publique se ferait quand même en pleine journée de manifestation !

Enfin, la FSU a conclu sur la prise en charge des élèves en situation de handicap les listes d’attente en IME, ITEP, ULIS... et le manque criant d’AVS.

Ce n’est pas d’un projet de loi qui précarise encore plus les fonctionnaires dont nous avons besoin au contraire de statuts plus pérennes pour ces fonctions.

Les questions éducatives ont animé les interventions des délégués d’autres fonctions publiques : un représentant de la fonction publique pénitentiaire terminant l’audience sur cette phrase de Victor Hugo : « Quand on ouvre une école, on ferme une prison »...

Puisse le gouvernement entendre les revendications portées en ce jour dans les Ardennes...

 

*Top
©Copyright 2006 - Section SNUipp-FSU des Ardennes, tous droits réservés. Mentions légales