www.snuipp.fr

Section SNUipp-FSU des Ardennes


Vous êtes actuellement : Carte scolaire / C.T.S.D 

CTA 21 janvier : les moyens dans les Ardennes pour la rentrée 2019 et les projets rectoraux de restructuration SEGPA et PIAL Déclaration préalable - Compte rendu - Questions diverses
Suite au vote unanime contre sur les 3 points pour avis : carte des formations, postes 1er degré et postes 2nd degré, le CTA est reconvoqué le lundi 4 février à 14h30.

Moyens

- 12 postes pour les Ardennes.

Ardennes : - 12 postes,

Aube : + 5,

Marne : + 16,

Haute-Marne : -9.

PNG - 63.1 ko
Extrait Doc prép. CTA 21janvier 2019

Déclaration préalable

PDF - 86.2 ko
déclaration FSU CTA du 21 janvier 2019

Projet rectoraux sur les SEGPA et la mise en place des PIAL

Face aux projets de la Rectrice, la coordination académique du SNUipp-FSU a posé les questions diverses suivantes :


- les projets de classes de 6e inclusive totale : les implantations, les objectifs, les moyens et les schémas de mise en oeuvre,

- les projets de Pôles Inclusifs d’Accompagnement Localisés : les implantations, les objectifs, les moyens et les schémas de mise en oeuvre.

A l’envoi des questions, l’administration nous a répondu qu’elle ne répondrait probablement pas à nos questions diverses... Désormais, elle prévient à l’avance qu’elle n’y répondra pas... alors qu’il s’agit de questions qui concernent des restructurations majeures pilotées par la Rectrice...

Deux GT départementaux sont prévus en janvier : nous interrogerons bien évidemment la DSDEN.

> SEGPA : instaurer la 6e inclusive totale - ce qui veut dire disparition de la 6e SEGPA, cela allant plus loin que la circulaire de 2015. Pour les détails d’organisation et de fonctionnement ? Type RASED voire Spé. F en personnels ressources (cf. CAPPEI) ou *... ?
- 4 SEGPA concernées pour 2019 : Le Lac, Salengro, Vrigne et Fumay (tous les moyens SEGPA seraient conservés la 1ère année.),
- toutes les SEGPA pour 2020,
- les SEGPA sont des dispositifs : négation de la circulaire de 2015 qui réaffirme grâce au SNU que ce sont des structures,
- aussi, à terme : inclusion totale des 5e - 4e - 3e : sic !

Ce sont des consignes rectorales.

Remarque : La SEGPA inclusive 6e-5e-4e-3e existe déjà, elle intègre de nombreux élèves d’ULIS, d’établissements spé. depuis des années, dans l’impossibilité de suivre une scolarité en collège ordinaire.

Projet totalement hors sol !

> PIAL :

- Le département sera partiellement découpé en PIAL :

- Asfeld - Château-Porcien,

- Vouziers,

- Rouget-de-l’isle - Mozart - Joliot-Curie,

- Rimogne - Rocroi,

soit 4 zones, pour le moment, en lien avec un établissement spé., un collège...

(A terme, objectif ministériel de 80 % des élèves d’UE en classes ordinaires, cf. ci-dessous.)

Avec mutualisation des AESH. Création d’une mission à mi-temps pour accompagner les PIAL et les 6e inclusives (bon courage !). Mélange très dangereux de restructurations pour récupérer des moyens et d’idéologie inclusive pour emballer le tout, à marche forcée.

Un point de vigilance sur les PIAL, les Pôles Inclusifs d’Accompagnement Localisés.

Les PIAL ont été annoncés en juillet dernier par le ministère. Le vocable est à chaque fois le même... un "pôle", pour simuler une innovation qui ne consistera vraisemblablement qu’en une usine à gaz pour gérer la pénurie de moyens et le transfert des place d’ITEP et d’IME vers le milieu ordinaire... mais sans les moyens qui vont avec bien sûr !

Que nous réservent ces PIAL ?

L’objectif est de mettre tous les acteurs de l’inclusion (parents, enseignants, AESH, partenaires du médico-social) au même niveau, au nom d’une hypothétique réciprocité, dans la perspective du transfert de 80% des places d’ITEP et d’IME vers le milieu ordinaire d’ici 2020 (même s’il est probable que cela ne pourra se faire dans ces proportions).

L’enjeu annoncé par le ministère, c’est celui du traitement des besoins particuliers à l’échelle de l’établissement scolaire, mais établissement entendu au sens très large du terme... et bien sûr, à priori, sans formation, sans temps formel de concertation, etc.

Sous prétexte de donner plus de consistance à la communauté éducative, le gouvernement est en train d’engendrer une nouvelle usine à gaz qui n’aura d’autre vocation que de complexifier la tâche des professionnels en créant un échelon supplémentaire de coordination (voir ici Michel Chauvière sur cette question).

Aussi certaines associations de parents d’enfants handicapés en attendent un recrutement des personnels par les chefs d’établissement sur la base d’un projet « inclusif » de l’établissement, une sorte de recrutement sur la base d’un profilage. Il s’agit pour ces associations de parents de constituer des équipes pédagogiques homogènes pour éviter les ruptures dans les parcours des enfants en privilégiant le recrutement d’enseignants qui seraient “sensibles” à la question du handicap.

Synthèse de la note de service envoyée aux recteurs concernant l’expérimentation des PIAL

Expérimentation de pôles inclusifs d’accompagnement localisés (PIAL) dans chaque académie.

Des pôles inclusifs d’accompagnement localisés (PIAL) seront expérimentés dans chaque académie à partir de la rentrée 2018.

L’objectif de l’expérimentation est d’améliorer l’accompagnement des élèves en situation de handicap dans un projet collectif où s’élaborent et s’articulent :

• Évaluation des besoins éducatifs particuliers ; 

• Diversité de l’offre de formation ; 

• Différenciation pédagogique ; 

• Organisation de l’aide humaine ; 

• Projet d’établissement. 

L’organisation des moyens d’accompagnement au niveau des établissements ou des circonscriptions apparaît comme une modalité d’action intéressante qui engage toute la communauté éducative au service du processus inclusif. Dans le cadre de cette expérimentation, le focus de la compensation est déplacé vers celui de l’organisation pédagogique : 

• Coordination des moyens d’accompagnement en pôle, dans une organisation plus globale des aides humaines, pédagogiques, éducatives et thérapeutiques ;

• Mobilisation de tous les enseignants pour identifier les besoins des élèves et mettre en œuvre les réponses adéquates au niveau de la classe, mais aussi de l’établissement (personnes ressources expertes, dispositifs spéciaux, groupes d’aides, unités d’inclusion, environnement humain, environnement technique, etc).

Mise en œuvre de l’expérimentation 

Cette expérimentation s’inscrit dans une démarche plus générale d’auto-évaluation et d’amélioration continue de la qualité, au niveau de l’établissement scolaire, du premier et du second degré. À cet effet, un outil d’auto-évaluation - Qualinclus - est mis à disposition des établissements engagés. 

Dans chaque académie, une dizaine d’établissements (écoles, collèges, LGT, LP) pourront participer à l’expérimentation. Les établissements avec ULIS ou UE seront privilégiés, ainsi que ceux déjà engagés dans la démarche Qualéduc. Une personne ressource itinérante pourra être sollicitée par les équipes pour la mise en place et le suivi de l’expérimentation, le conseiller technique ASH et le référent Qualéduc seront également mobilisés à cet effet.

 

*Top
©Copyright 2006 - Section SNUipp-FSU des Ardennes, tous droits réservés. Mentions légales