www.snuipp.fr

Section SNUipp-FSU des Ardennes


Vous êtes actuellement : Outils pratiques 

Actes de violence envers l’enseignant

Il arrive que des collègues soient victimes de violence de la part de parents ou de membres de la famille d’élèves (et exceptionnellement d’élèves eux-mêmes).

Ils sont ainsi amenés à déposer plainte pour obtenir réparation, bien sûr, mais surtout pour faire reconnaître le respect qui leur est dû dans l’exercice de leur fonction enseignante.

Dans les cas d’agression physique ou orale, il est essentiel de recueillir les témoignages des personnes présentes.

En cas de voies de fait, il est nécessaire de faire établir un certificat médical qui devra être joint à la plainte.

En cas d’agression faite par écrit ou oralement, nous sommes alors dans le domaine des injures et de la diffamation.Le droit de retrait permet à un agent de cesser son travail en présence d’un danger grave et imminent pour sa vie ou sa santé ou s’il constate une défectuosité dans les systèmes de protection.

Par danger imminent, la loi entend viser les situations où le risque est susceptible de se réaliser brusquement ou dans des délais rapprochés. La notion de danger doit être entendue, par référence à la jurisprudence sociale, comme étant une menace directe pour la vie ou la santé du fonctionnaire ou de l’agent, c’est-à dire une situation de fait en mesure de provoquer un dommage à l’intégrité physique de la personne : – le danger en cause doit donc être grave et susceptible de produire un accident ou une maladie entraînant la mort ou paraissant devoir entraîner une incapacité permanente ou temporaire prolongée ; – le caractère imminent du danger implique la survenance d’un événement dans un avenir très proche quasi immédiat. Il y a donc danger grave et imminent lorsque la personne est en présence d’une menace susceptible de provoquer une atteinte sérieuse à l’intégrité physique d’un fonctionnaire ou d’un agent, dans un délai très rapproché. La notion de danger grave et imminent concerne plus spécialement les risques d’accidents, puisque l’accident est dû à une action soudaine entraînant une lésion du corps humain. Les maladies sont le plus souvent consécutives d’une série d’événements à évolution lente et sont, a priori, hors champ.

Comment exercer son droit de retrait ?

Aucune formalité particulière : le salarié doit seulement informer immédiatement, même oralement, l’autorité administrative (chef de service) du danger constaté. Il doit également s’assurer que l’arrêt de son travail n’entraînera pas un autre danger pour ses collègues. L’exercice du droit de retrait nécessite, au préalable ou de manière concomitante, l’utilisation de la procédure d’alerte.

La procédure d’ALERTE Le fonctionnaire ou l’agent signale immédiatement à l’autorité administrative (chef de service) ou à son représentant toute situation de travail dont il a un motif raisonnable de penser qu’elle présente un danger grave et imminent pour sa vie ou sa santé, ainsi que toute défectuosité dans les systèmes de protection. À cet égard, même si le décret ne l’impose pas, il apparaît tout à fait opportun qu’un membre du CHS compétent soit informé de la situation en cause. De même, un membre du CHS qui constate un danger grave et imminent, notamment par l’intermédiaire d’un fonctionnaire ou d’un agent qui a fait usage du droit de retrait, en avise immédiatement l’autorité administrative (chef de service) ou son représentant. Dans les deux hypothèses, il convient que ce signalement soit recueilli de façon formalisée par le biais du registre spécial et tenu sous la responsabilité du chef de service.

PDF - 425.5 ko
Droit de retrait
Rectorat d’Aix-Marseille
 

*Top
©Copyright 2006 - Section SNUipp-FSU des Ardennes, tous droits réservés. Mentions légales