www.snuipp.fr

SECTION SNUIPP-FSU DES ARDENNES


Vous êtes actuellement : Actualités 

T1-T2 : résister aux tentatives d’intimidation ! Lors de la réunion de rentrée à laquelle ils sont tous convoqués, la hiérarchie tente de mettre en condition les néo-titulaires. Victimes de la politique de rationnement , les Académies vont devoir rendre de nombreux postes. Anticipant les éventuelles protestations auxquelles pourraient légitimement se joindre les jeunes collègues, une I.E.N. a signifié aux T1&T2 qu’ils "n’avaient pas à signer une quelconque pétition avec les familles des futures écoles touchées par une fermeture de classe" au nom de leur "neutralité en tant que fonctionnaire " BIGRE !

N’hésitez pas à faire part à vos élus SNUipp d’éventuelles menaces qui pourraient être exercées sur des collègues souhaitant s’impliquer contre les fermetures de classes.

Et rappelez vous que le succès massif d’un mouvement est la meilleure garantie contre ces pressions sur les personnels. Les propos les plus pompeux étant les plus insignifiants.

Pour info : (cliquer sur le lien ci-dessous)

Postes PE2, couplages de services , ... Les représentants du personnel du SNUIPP ont exprimé leur insatisfaction quant à la préparation de cette phase et font observer un certain nombre de dérapages en contradiction avec les pratiques départementales actées.

Lien : Compte-rendu de la CAPD du 28 juin 2007

Consignes syndicales permanentes

C-2-1-2-1 Qui fait grève ?

L’ensemble des instituteurs et des professeurs des écoles ont droit de grève, les adjoints comme les directeurs, les personnels spécialisés, les enseignants en stage, les titulaires, les non-titulaires, les stagiaires, les professeurs des écoles recrutés sur liste complémentaire, les conseillers pédagogiques, les aides-éducateurs, les assistants d’éducation ...

Les aides-éducateurs et les assistants d’éducation ont également le droit de grève.

Les seuls personnels n’ayant pas le droit de grève sont les chefs d’établissement du second degré.

L’ensemble des instituteurs et des professeurs des écoles, titulaires, non titulaires, vacataires, en formation, en stage. Les directeurs d’école et les IMFAIEN peuvent également faire grève car ils ne sont ni chefs d’établissement, ni fonctionnaires d’autorité.

C’est ce qui ressort du décret n˚ 88-343 du 11 avril 1988 qui donne la liste des emplois de chefs d’établissement, et de la réponse du ministre de l’Education à une question écrite (J.O. du 31.1.76) qui établit, à cet égard, une distinction très nette entre le directeur d’école et le chef d’établissement de collège ou de lycée.

C-2-1-2-2 Résister aux tentatives d’intimidation

N’accorder aucun crédit aux informations de la radio, de la télévision, de la presse qui transmettent des communiqués indiquant que les écoles assurent l’accueil des élèves.

Des pressions sont parfois exercées sur les directeurs par l’Administration pour maintenir les écoles ouvertes. Il s’agit d’un abus de pouvoir. Seule une réquisition individuelle, signée du préfet (procédure exceptionnelle, jamais utilisée) est à prendre en considération. L’Inspecteur d’Académie n’en a pas le pouvoir.

En organisant des assemblées générales de grévistes le matin de la grève dans les localités, non seulement les grévistes se donnent les moyens de débattre de l’action, préparer les manifestations diverses etc., mais ils peuvent prendre collectivement toute disposition nécessaire en cas de problème dans un des établissements. La solidarité doit s’organiser pour qu’aucun collègue ne reste isolé.

 

*Top
©Copyright 2006 - SECTION SNUIPP-FSU DES ARDENNES, tous droits réservés. Mentions légales