www.snuipp.fr

Section SNUipp-FSU des Ardennes


Vous êtes actuellement : Actualités 

Plus de maîtres que de classes : généraliser c’est bien, stabiliser c’est mieux Et pas au détriment des autres besoins dans les départements.
Si le SNUipp-FSU accueille favorablement l’engagement de la ministre à généraliser le « Plus de maîtres que de classes » à toutes les écoles de l’éducation prioritaire, il souhaite que cette mesure s’inscrive dans la durée et s’élargisse à la scolarisation des moins de trois ans et à l’allègement de service des enseignants. Il demande aussi qu’elle ne se déploie pas au détriment des autres besoins dans les départements.

Le communiqué

La ministre de l’Éducation nationale s’est engagée le 7 janvier dernier à généraliser le dispositif "Plus de maîtres que de classes" à la rentrée 2017 dans toutes les écoles de l’éducation prioritaire.

Le SNUipp-FSU accueille favorablement cet engagement, comme un pas vers la transformation de l’école. Ce dispositif permet de sortir de l’exercice solitaire du métier. Il impacte positivement le travail collectif en favorisant un regard pluriel autour des élèves.

Pour qu’il soit efficace, il nécessite du temps reconnu, de la formation pour rendre plus explicites les démarches et de la confiance dans la professionnalité des enseignants pour favoriser la réussite de tous les élèves.

Le SNUipp-FSU veillera aussi à ce qu’il trouve sa réalité dans tous les départements. Il ne peut dépendre d’arbitrages locaux et donc ne pas se déployer au détriment de nécessaires ouvertures de classes, des moyens destinés à la formation ou en lieu et place des RASED.

Pour renforcer leur action, les enseignants en éducation prioritaire ont besoin également de pouvoir travailler collectivement via des allègements de service afin de permettre aux équipes entières de se réunir autour de problématiques didactiques et pédagogiques en lien avec les besoins des élèves. C’est aussi là que les conditions doivent être créées pour développer prioritairement la scolarisation des moins de trois ans.

L’éducation prioritaire souffre d’empilement de réformes. Ces dispositifs doivent être soutenus et stabilisés parce que ce sont ces leviers qui contribuent à rendre l’école plus juste en réduisant les inégalités.

Lors du colloque national du SNUipp-FSU du jeudi 26 janvier prochain, ces dispositifs feront l’objet de témoignages et d’analyse de leurs modalités de fonctionnement.

Des intervenants comme Marie Toullec-Thery, Stéphane Kus et Stéphane Bonnery seront présents pour apporter le fruit de leurs recherches qu’ils pourront croiser avec l’enquête du SNUipp-FSU sur l’allègement de service et le dispositif « Plus de maîtres que de classes » qui sera rendue publique ce jour-là.

Paris, le 10 janvier 2017

 

*Top
©Copyright 2006 - Section SNUipp-FSU des Ardennes, tous droits réservés. Mentions légales