www.snuipp.fr

SECTION SNUIPP-FSU DES ARDENNES


Vous êtes actuellement : Infos carrière / C.A.P.D (C.A.P.N.) 

Nouvelle circulaire « modalités de formation continue à distance des PE » M@gistère, encore m@gistère, toujours (plus) m@gistère.
La nouvelle circulaire n°2016-115 du 19/08/2016 définissant les modalités de formation continue à distance des professeurs des écoles abroge la circulaire n° 2013-123 du 13-8-2013. Si elle ne transforme pas radicalement les modalités de mise en place et de déploiement de cette formation continue, elle apporte un certain nombre de modifications, de précisions et d’orientations différentes.

Elle est consultable au lien suivant : http://www.education.gouv.fr/pid285/bulletin_officiel.html ?cid_bo=105509

Vous trouverez en annexe à cette circulaire un tableau comparatif des deux circulaires.

PDF - 71.1 ko
Circulaire Formation à Distance

Ce qui ne change pas

La circulaire reste dans le cadre des ORS : les actions de formation continue prévues dans le cadre des 18 h doivent représenter au moins la moitié des 18 h, et tout ou partie peut être mené à distance. Magistère reste l’application de suivi de cette formation. Les modalités d’inscription et de suivi en ligne restent inchangées et sont mises en œuvre par l’équipe de circonscription.

Ce qui constitue des bougés

Contenus de formation et modalités des formations

Si la notion de formation hybride (alternant formation à distance et présentielle) était déjà évoquée dans la circulaire de 2013, elle est ici renforcée et argumentée, notamment parce que cette alternance permet les échanges et l’inscription de la formation dans le temps. Les principes énoncés pour définir les contenus de formation changent. Dans la circulaire de 2013, il était fait référence aux programmes et à des questions pédagogiques. Ici il est fait référence “aux compétences professionnelles des enseignants”, le référentiel de compétences professionnelles est d’ailleurs évoqué (référentiel comprenant 14 compétences communes à tous les personnels de l’éducation et 5 communes aux enseignants). Quelques champs de formation sont évoqués, et tiennent plus des compétences communes que du cœur du métier : “formations orientées vers la liaison école-collège dans le cadre du cycle 3”, formation autour de thématiques transversales dont la construction des emplois du temps en lien avec les nouveaux rythmes scolaires, les APC, l’apprentissage des valeurs de la République, les parcours citoyens, PEAC…

Elle stipule par ailleurs que ces parcours de formation peuvent “s’inscrire dans une logique pluri-annuelle”. “Certains de ces parcours peuvent être ouverts à des publics incluant des professeurs de collège, notamment lorsqu’ils portent sur le cycle 3.”

Elaboration, pilotage de la formation

L’accent est mis ici sur les parcours de formation « élaborés par des experts, sous la responsabilité de la DGESCO, de l’IGEN, de la direction du numérique pour l’éducation, de Canopé, de l’ESEN. » Les ESPE et l’Ifé sont évoqués mais uniquement dans le cadre d’appel à projet. Les équipes départementales sont évoquées en tant que conceptrices de modules uniquement chargées de « répondre à des besoins locaux plus spécifiques ».

En ce qui concerne le pilotage, si la circulaire de 2013 mettait l’accent sur la circonscription, en stipulant qu’il revenait aux IEN de « déterminer les priorités de formation pour leur circonscription, sur la base des besoins qu’ils identifient ou de ceux exprimés par les personnels et des priorités académiques », ici c’est très nettement la constitution de l’offre à l’échelle académique qui est développée. Si le fait de tenir compte des besoins des équipes est rappelé, les termes « besoins exprimés par les personnels » n’apparaissent plus.

Un nouveau point : m@gistère une offre élargie, disponible en libre-accès

A côté des formations hybrides construites pour les 18 h, sera mis en accès libre sur la base du volontariat, un certain nombre de formation. Il ne s’agit bien évidemment pas de condamner des modules de formation en accès libre, non obligatoire. Mais peut-être faudra-il être vigilant, s’assurer qu’il n’y aura aucune velléité de déplacer la formation continue hors des ORS. Cela passe par obtenir des garanties en particulier budgétaires, mais aussi en termes d’orientation, afin que la création de ces modules ne se fasse pas au détriment de l’offre de formation dans le cadre des ORS ou de l’indispensable reconstitution des stages de formation continue.

 

*Top
©Copyright 2006 - SECTION SNUIPP-FSU DES ARDENNES, tous droits réservés. Mentions légales