www.snuipp.fr

SECTION SNUIPP-FSU DES ARDENNES


Vous êtes actuellement : Infos carrière / C.A.P.D (C.A.P.N.) 

CAPD du 23 novembre 2015 Avancement des PE 2015/2016

Sur l’ordre du jour suivant :

1. Approbation des procès-verbaux des CAPD précédentes,

2. Avancement des professeurs des écoles au titre de l’année scolaire 2015/2016,

3. Informations diverses.

Tous les résultats sur :

http://e-promotions.snuipp.fr/08/les-resultats

La C.A.P.D des promotions des professeurs des écoles s’est réunie le lundi 23 novembre 2015.

Les situations de 756 collègues promouvables ont été examinées sur près de 1800 collègues exerçant sur les Ardennes. Compte tenu du ratio promus / promouvables décidé par le ministère, sur ces 756 collègues, seuls 454 ont pu bénéficier d’une promotion dont seulement 136 au rythme le plus rapide (grand choix).

214 collègues ont été promus au choix et 104 à l’ancienneté.

PDF - 145.6 ko
Tableaux récapitulatifs aux promotions des PE 2015

Nous sommes intervenus suite aux différentes circulaires (rectorale et ministérielle) qui invitent à un contrôle visuel des sacs dans le cadre de Vigipirate renforcé. Nous nous sommes étonnés de telles consignes qui ne font pas partie des compétences des collègues et nous avons interrogés le DASEN sur leur mise en oeuvre effective.

Selon le DASEN, le fonctionnaire d’Etat est légitime dans cette mission. Il doit s’assurer de l’identité de toute personne inconnue.

Concernant les indemnités lors des passages en REP / REP+, les versements ont été effectués sur la paie du mois d’octobre (avec régularisation pour septembre).

Le SNUipp-FSU a constaté toutefois encore des décalages (le rattrapage de la paie de septembre semble parfois ne pas avoir été effectué).

L’administration invite les collègues concernés à contacter les services.

Le SNUipp-FSU appelle les collègues à lui signaler ces éventuels retards de paiement.

Déclaration préalable à la CAPD du 23 novembre 2015 SNUipp-FSU des Ardennes

Les comparaisons internationales montrent qu’en France les enseignants du premier degré sont parmi les moins bien payés des pays de l’OCDE. Les améliorations indiciaires en début de carrière et le saupoudrage des primes n’ont pu bénéficier qu’à une partie réduite de la profession, tout en accentuant les inégalités. Ces mesures n’ont pas compensé la perte de pouvoir d’achat liée au gel de la valeur du point d’indice dans la fonction publique.

Le SNUipp demande des améliorations de carrière pour tous, ce qui nécessite une refonte de la grille indiciaire et une prise en compte de l’inflation dans la revalorisation du traitement indiciaire. L’indice terminal de leur corps devrait être atteint par tous. Dans ce contexte d’austérité, les enseignants ne peuvent voir leur rémunération évoluer que par le biais d’une éventuelle promotion.

Les dernières annonces du ministre de l’économie sur la rémunération des fonctionnaires au mérite nous amènent à rappeler que c’est déjà le cas pour un grand nombre d’entre eux : les enseignants. Au delà de cette approximation, cette idée est le type même de la fausse bonne idée qui constitue un mythe car l’administration est incapable de mesurer le mérite.

Ainsi, le système d’avancement dans l’Education nationale est un des plus défavorable mais il est aussi des plus injustes et arbitraires.

Injuste car les avancements au grand choix et au choix sont soumis à quota, respectivement 30 % et 5/7, ce qui exclut d’emblée respectivement 70 % et 2/7 sans aucune autre forme de procès.

Le système actuel entraîne des différences de traitement considérables entre un collègue qui franchit tous les échelons à la vitesse la plus rapide et un autre qui n’avance qu’à l’ancienneté.

Arbitraire, car il repose sur un barème dans lequel la note pédagogique est fortement coefficientée. En conséquence, l’avancement dépend fortement du rythme des inspections, voire même, simplement de leurs dates. Sans même insister sur l’indigence de ce système d’évaluation professionnelle – un cadre théorique mouvant soumis à une idéologie prégnante et changeante, des observations empiriques ponctuelles focalisées sur des standards officieux – qui n’est finalement qu’un moyen de pression hiérarchique. Dans notre département, l’importance de la note a même été renforcée sous votre administration, Monsieur le Directeur académique, en imposant les niveaux d’appréciation « Bien » et « Très bien ».

Certains départements progressent vers l’acception qui consiste à ne pas ajouter l’arbitraire à l’injustice et certains DASEN ont même eu l’honnêteté et le courage intellectuels, l’intelligence managériale de supprimer la note dans le barème de l’avancement. La vague a-t-elle une chance d’atteindre un jour notre département ? Depuis plusieurs années, le SNUipp-FSU des Ardennes demande l’ouverture de négociations départementales. Aucune réponse claire ne nous est parvenue et aucun groupe de travail n’a jamais été convoqué.

L’administration entretient en son sein un système de division des personnels qui aboutit à créer plusieurs classes : celle des privilégiés qui bénéficie de l’avancement au rythme le plus rapide automatiquement, celle dont le mérite est reconnu par les cadres de la première catégorie et enfin celle qui se voit contester la qualité de son travail par des pénalités dans son avancement.

Il est toujours sidérant de constater que l’administration de l’éducation nationale qui prône l’évolution de l’évaluation des élèves qu’elle trouve humiliante maintient obstinément un système d’évaluation professionnelle de ses personnels des plus infondés et arriérés. Comment l’institution au coeur de la République justifie-t-elle ces contradictions à ses principes fondamentaux ? Celles-ci mettent en cause les discours politiques sensés la réformer. Comment les enseignants peuvent-ils y croire quand le régime auquel ils sont soumis bafoue ces principes ? Le service public d’éducation mérite mieux qu’un management par la carotte et le bâton.

Le SNUipp revendique l’avancement automatique de tous les Instituteurs et Professeurs des écoles au rythme du grand choix. Les élus SNUipp-FSU 08 à la CAPD des Ardennes

A cette déclaration, le DASEN répond : "Sans commentaire".

 

*Top
©Copyright 2006 - SECTION SNUIPP-FSU DES ARDENNES, tous droits réservés. Mentions légales