www.snuipp.fr

Section SNUipp-FSU des Ardennes


Vous êtes actuellement : Actualités 

Rapport du comité national de suivi « Plus de maîtres que de classes » : des préconisations qui peuvent être des points d’appuis. Le SNUipp FSU est intervenu sur chacun des sujets abordés dans le cadre du comité. Il a permis d’éviter des dérives et a porté sa façon de voir le « plus de maîtres ».
Le rapport final du comité de suivi « plus de maîtres que de classes », a été remis à la ministre le 29 septembre dernier. S’il ne constitue pas un cadre réglementaire, son contenu peut servir de point d’appui.

Le SNUipp FSU est intervenu sur chacun des sujets abordés dans le cadre du comité. Il a permis d’éviter des dérives et a porté sa façon de voir le « plus de maîtres ».

Il a notamment permis de préciser les points suivants :

Limiter le service partagé entre plusieurs écoles : « il convient d’éviter le saupoudrage du dispositif source de dilution du travail des enseignants et conduisant à un moindre apport pour les élèves. »

- Liberté pour les équipes de cibler le dispositif en fonction de leur projet. Ainsi, il est écrit que « la mise en œuvre de ce dispositif relève de la compétence de l’ensemble de l’équipe d’école dans le cadre du projet d’école qu’elle établit. »

 - Prévalence du projet de l’équipe pédagogique : « Le projet de l’équipe et la « co-préparation » qui en résulte, définissent les modalités d’intervention en classe les plus pertinentes, en fonction des objectifs d’apprentissage poursuivis. »

- Clarification de l’action du maître supplémentaire qui ne doit pas entrer en concurrence avec les RASED : « L’action du maître supplémentaire s’inscrit dans le quotidien de la classe et ne se substitue pas aux autres dispositifs d’aide ».

- Une formation d’équipe réaffirmée : « Il convient aussi d’associer dans ces formations les équipes d’écoles et les membres des RASED. »

- Transparence sur les affectations : à aucun moment le comité ne dit que le « plus de maîtres » est un poste à profil. Le SNUipp-FSU a pesé pour que la CAPD joue tout son rôle dans l’affectation des « plus de maîtres », et que l’équipe ait la main sur l’organisation d’un projet défini collégialement : « Les modalités et critères d’affectation sont arrêtés par l’IA-DASEN après avis de la commission administrative paritaire compétente. Lorsque l’ensemble des enseignants est affecté, la fiche descriptive du dispositif permet de déterminer en équipe d’école, l’enseignant le plus à même d’assurer les missions attendues. L’avis de l’IEN peut être sollicité lors de ces temps ».

- Une pratique raisonnée de l’évaluation du dispositif : le comité insiste sur le fait que les enseignants n’ont pas à passer leur temps à remplir des tableaux d’évaluation des élèves. Le rapport fait référence à « une pratique raisonnée de l’évaluation des élèves ». L’évaluation de l’impact du dispositif ne peut se limiter à des données quantitatives et doit aborder les dimensions qualitatives. Elle est vue avant tout comme une prise d’information sur les progrès des élèves, qui ne nécessite pas d’évaluation spécifique.

A propos de formation, le SNUipp-FSU a porté tout au long des discussions, la nécessité de temps, de formation initiale et continue pour travailler en équipe, pour permettre une analyse de pratiques et une reformulation des projets prenant en compte la réalité de l’école. Il a insisté sur l’indispensable lien avec les travaux de recherche et la nécessité de leur diffusion. Les parties rédigées dans le rapport par Goigoux et Toullec Théry/ Marlot sont à ce propos d’un grand intérêt.

Le SNUipp-FSU veillera à ce que la préconisation du comité concernant « la nécessité d’une montée en charge progressive du déploiement »  soit effective et assortie des moyens dédiés. Pour le SNUipp-FSU ce dispositif doit s’élargir à toutes les écoles pour permettre de travailler autrement.

 

*Top
©Copyright 2006 - Section SNUipp-FSU des Ardennes, tous droits réservés. Mentions légales