www.snuipp.fr

Section SNUipp-FSU des Ardennes


Vous êtes actuellement : Carte scolaire / C.T.S.D 

Rythmes à Charleville : résultats définitifs des votes des conseils d’école sur la proposition de la ville La consultation des conseils d’école extraordinaires est terminée : le SNUipp vous a fait part quotidiennement des résultats mis à jour ainsi que de vos propositions alternatives. Le SNUipp-FSU réclame toujours le retrait du décret Peillon afin d’écrire un autre texte dans le cadre de discussions pour l’amélioration de nos conditions de travail.
Après des semaines pendant lesquelles le SNUipp a annoncé des hypothèses dont les dernières qui se confirment, consulté et communiqué en toute transparence, la ville a transmis sa proposition aux écoles . Ce feuilleton est bien une illustration d’un des méfaits du décret Peillon où le périscolaire tente de dicter sa loi au scolaire.

Comme l’annonçait depuis un certain temps le SNUipp-FSU 08, unique syndicat à avoir abordé ce sujet en instances (CTSD, CDEN), la ville propose une organisation dérogatoire (avec des journées>5h30).

La ville souhaiterait des NAP de 15h à 16h 30 : en maternelle lundi-jeudi / en élémentaire mardi-vendredi.

La proposition d’allongement de la pause méridienne a bien été mise sur la table mais la municipalité l’a écartée suite à notre lettre ouverte à M. le Maire de Charleville-Mézières. La ville invoque la "qualité de vie professionnelle des enseignant-e-s de maternelle qui ont exprimé leur désaccord". Certes, mais le SNUipp avait également alerté sur les conséquences néfastes pour les élèves de tous âges et les décloisonnements en maternelle.

Les résultats définitifs viennent de tomber : les dernières écoles dont nous attendions les résultats se sont TOUTES prononcées CONTRE la proposition de la ville


- CONTRE : 24
- Votes de parité (autant de POUR que de CONTRE) : 2
- POUR : 3

Les propositions alternatives qui recueillent le plus de votes favorables sont du type : 8h30-11h45 (Pour ne pas trop réduire la pause méridienne dans des écoles avec 2 services de cantines, la municipalité indique qu’il faudrait débuter la classe un peu plus tôt ou allonger légèrement la matinée du mercredi matin (Ex : 8h30-11h50 ?) et affirme que si rien n’émerge, l’ancien modèle d’horaires reste.

Rappel de nos remontées qui indiquaient déjà en milieu de semaine : 17 CONTRE 3 POUR et 2 abstentions.

Au total, plus d’une cinquantaine de collègues de 23 écoles carolomacériennes (5 maternelles, 10 primaires, 8 élémentaires) ou remplaçants avaient donné leur avis :
- une telle proposition (2x6h/2x4h30) serait rejetée par 93,5% des enseignants (Horaires irréguliers, deux journées sans allègement, temps de sieste réduit...),
- des horaires scolaires du type : 8h30-11h45/13h30-15h30 (qui répondent également à l’objectif de la municipalité de fin des activités à 16h30 en cas de NAP de 3x1h) recueilleraient, pour l’heure, 60,5% d’avis favorables (15% pour 2h de pause méridienne et 24,5% pour 1h30 , 100% CONTRE son allongement)

MERCI à TOUTES et TOUS de votre participation à notre enquête !

Bien-sûr, comme nous l’écrivions précédemment, cette réforme provoque une large insatisfaction, et ce n’est pas une réduction de la pause méridienne d’un quart d’heure (de 10 ou 20 min) qui permettra une amélioration des conditions de travail dans les écoles mais d’abord une autre dotation que le retrait de 20 postes dans les Ardennes.

PDF - 2 Mo
Propositions de la ville de Charleville-Mézières NAP
Nouvelle organisation soumise au vote des conseils d’écoles car elle impacterait les horaires scolaires

Les Inspecteurs de Charleville invitent les directeurs et enseignants à présenter en Conseil d’école cette proposition en même temps que d’autres qu’ils auraient élaborées (avantages et inconvénients). Le conseil d’école est amené à :

- donner son accord dans les écoles où cette proposition prévoit la possibilité de NAP en même temps que le temps scolaire contre laquelle les conseils d’écoles "primaires" (élémentaires + maternelles) ont un droit de veto en vertu de l’article L216-1 - loi 2013-595 du 8 juillet 2013 du code de l’éducation.

Bref, il suffit qu ’UN conseil d’UNE école PRIMAIRE de la ville émette un désaccord pour que la proposition de la municipalité ne puisse pas être mise en oeuvre.

- donner son avis (circulaire du 6 février 2013)

- présenter d’autres propositions que les enseignant-e-s sont donc invité-e-s à formuler (même circulaire)

Un vote à bulletin secret sur chaque proposition numérotée aura lieu : favorable, défavorable, abstention pour chacune.

Comme nous vous l’avons indiqué après le dernier CDEN, M. le Recteur n’a donné aucun accord sur la proposition de la ville. Il a simplement renvoyé les élus au ... Directeur Académique afin qu’ils lui soumettent cette proposition. Celle-ci, qui prévoit des journées supérieurs à 5h30, est dérogatoire donc doit être "justifiée par la particularité du projet éducatif territorial et offrir des garanties pédagogiques suffisantes" (Décret n° 2013-77 du 24 janvier 2013) ; il revient enfin au DASEN d’accepter ou non.

Celui-ci reste maître du temps scolaire, et tranchera à l’issue des votes et des propositions alternatives des conseils d’école (sur lesquelles les IEN émettent également un avis) et après consultation du prochain CDEN. (Rappel du CTSD : le DASEN a également adressé un courrier à la municipalité rappelant que le seul supérieur hiérarchique des directeurs est l’IEN)

D’ici là, le SNUipp vous invite à débattre et à réfléchir à des modalités d’actions pour faire entendre la voix des enseignants.

 

*Top
©Copyright 2006 - Section SNUipp-FSU des Ardennes, tous droits réservés. Mentions légales