www.snuipp.fr

Section SNUipp-FSU des Ardennes


Vous êtes actuellement : Actualités 

Réaction suite à l’article de l’Ardennais du 28/04 Personne n’a pu échapper ces derniers temps au battage médiatique engendré par "l’affaire de la jupe trop longue "au collège Léo Lagrange de Charleville-Mézières, suite à la publication d’un article dans L’Ardennais du mardi 28 avril.

L’ensemble des personnels de l’établissement est profondément écœuré par les procédés journalistiques qui ont été utilisés, loin de toute déontologie, outrageants et jetant le discrédit sur les valeurs défendues et le travail réalisé au quotidien au sein du collège.

Vous trouverez ci-dessous le droit de réponse qu’ils souhaitent communiquer.

Communiqué des personnels du Collège Léo Lagrange en réponse à l’article de l’Ardennais du 28 avril 2015

Les représentants des personnels du collège Léo Lagrange ont pris connaissance de l’article paru dans l’Ardennais du 28 avril. Ils sont choqués de la manière dont le journaliste, Guillaume Lévy, présente la situation sans même avoir contacté la Principale du collège, Madame Dubois.

En cette période où la laïcité et les valeurs de la République sont attaquées, fragilisées, il aurait été plus prudent de donner une vision globale du contexte sans écrire un article à charge contre notre chef d’établissement, qui reçoit depuis le début du phénomène des "jupes" le soutien des personnels du collège ..

Notre métier est d’instruire les jeunes , de leur donner les outils de connaissance et de culture nécessaires à la construction d’un esprit critique, d’un esprit éclairé qui leur permette le moment venu de faire leurs propres choix !

Laisser penser à des adolescents et à leurs familles que l’institution cherche à stigmatiser leurs modes de vie n’élèvera pas le niveau de réflexion qu’exige ce débat, notre collège situé en Réseau d’Education Prioritaire a besoin d’un climat serein et apaisé, qui favorise le vivre ensemble, pas d’une polémique nauséabonde qui tendrait à attiser la haine et la peur de l’Autre.

Réaction +

A titre personnel, il m’est impossible de ne pas réagir face à ces trois lamentables articles qu’un journaliste a écrits pour le quotidien local, trop heureux de faire de ce non-événement un tel "buzz" dans tous les médias ("Le jour de gloire est arrivé", ose-t-il twitter à la suite d’un message de BFM TV qui cherche à le contacter !)

Un journaliste, de quelque niveau soit-il, ne peut écrire n’importe quoi au nom de la liberté de la presse, juste sur une simple sollicitation. Vérifications d’informations, analyse et prise en compte du contexte et estimation de la portée et des conséquences d’un article : voilà ce que (naïvement ?) on est en droit d’attendre. A la lecture des articles, c’est à se demander si le journaliste en question n’a pas un vieux compte à régler avec l’École !

Il convient donc de rétablir quelques vérités :

NON, il n’y a aucun doute : les jupes longues ont bien été portées de manière ostentatoire ces dernières semaines au collège Léo Lagrange, et un certain nombre d’élèves porteuses de cette tenue ont bien admis la provocation. Si la jupe, même longue et noire, n’est évidement pas un objet d’ostentation de manière générale, les personnels du collège seraient-ils tous assez stupides pour enflammer un sujet aussi délicat ? Il faut s’en remettre au contexte et le constat est clair : la façon dont elle a été portée combinée au comportement en fait bien un vecteur de prosélytisme.

NON, l’élève au cœur de la polémique n’a jamais été "exclue" ni "renvoyée", mais - à l’instar de ses camarades dans le même cas - sommée d’aller se changer avant de revenir en cours. Si elle n’est pas revenue, il s’agit là d’une décision de sa famille et non d’une sanction de l’établissement, nuance non négligeable…

NON, aucun personnel du collège Léo Lagrange de Charleville-Mézières ne peut être taxé, comme on a pu le lire ça et là (à mots couverts ou pas) d’islamophobie, d’antiféminisme ou que sais-je encore… Travailler sur la tolérance, l’intégration, la différence, le "vivre ensemble" fait partie de nos préoccupations quotidiennes, et n’est possible qu’en défendant les valeurs de la République et à tout prix la Laïcité !

Journalistes de tous les médias et posteurs de commentaires en tous genres sur les réseaux sociaux se sont fait piéger et se sont trompés de terrain. Ils ont sûrement de nobles causes à défendre, qu’ils gardent leur énergie pour réagir ou lutter à bon escient ! Qu’ils nous laissent gérer, comme nous le faisons depuis de nombreuses années, le multiculturalisme et toutes les richesses et les difficultés qu’il engendre. Et malgré tous les éléments extérieurs qui viennent jeter de l’huile sur le feu, nous ne nous en sortons habituellement pas trop mal…

A bon entendeur…

Arnaud LAMBERT, professeur au collège LEO LAGRANGE

Secrétaire départemental du SNEP-FSU

co-secrétaire départemental de la FSU

 

*Top
©Copyright 2006 - Section SNUipp-FSU des Ardennes, tous droits réservés. Mentions légales