www.snuipp.fr

SECTION SNUIPP-FSU DES ARDENNES


Vous êtes actuellement : Actualités 

Déclaration du SNUipp lors du CTM Vous trouverez ci-dessous la déclaration du SNUipp lors du CTM du 16 avril.

Suite à cette déclaration la DGRH a indiqué qu’un bilan des chantiers métiers allait être fait avec les organisations syndicales.

Concernant plus particulièrement la multiplication des postes à profil dans certaines académies, elle considère que l’on ne peut modifier les règles en cours de mouvement et renvoie donc la question au bilan des chantiers métiers.

CTM du 16 avril

Déclaration SNUipp-FSU

Ce jour, nous souhaiterions vous alerter sur deux sujets à la croisée du fonctionnement de l’école et de la situation des personnels. Les mutations intra départementales des enseignants tout d’abord. Depuis 2008, les barèmes et les règles départementales du mouvement ont été remis en cause. Ceux-ci avaient été élaborés au fil du temps dans la concertation avec les représentants des personnels et en fonction des réalités départementales, dans un souci d’équité et de transparence.

Le cadrage national - via la note de service relative à la mobilité des enseignants du premier degré - parfois renforcé par celui de l’académie, a imposé un certain nombre de contraintes : impossibilité d’émettre des vœux lors d’une deuxième phase de saisie, obligation de vœux géographiques, extension des postes à profil comme actuellement dans l’académie de Bordeaux et de Montpellier où les Recteurs s’exonèrent des règles définies nationalement par la circulaire mobilité suite au chantier métier (p.9 partie III.2.2.B sur les affectations spécifiques hors barème) pour les postes en REP + comme pour la direction d’école. Tout cela réduit considérablement les possibilités de mutations au niveau départemental, déstabilisant une opération clé de la vie professionnelle des enseignants du premier degré. Les principes d’équité et de transparence sont mis à mal.

Ces contraintes doivent être levées. Les règles imposées par le ministère doivent évoluer. C’est le sens de la campagne de pétition que nous venons de lancer auprès de la profession qui demande le retour à des règles permettant des « mouvements départementaux au plus proche des vœux des enseignants ». Deuxième sujet, la direction d’école : une des conclusions du même chantier portait sur la nécessité de simplifier les tâches des directrices et directeurs d’école. Or, la phase départementale de concertation, annoncée entre novembre 2014 et mai 2015, n’a pas été engagée dans tous les départements. A ce jour, nous constatons que dans 28 départements aucune discussion n’a encore débuté. Dans 26 autres l’unique réunion qui s’est pour l’instant tenue est restée sans suite. A quelques mois de la rentrée, ce dossier apparaît donc au point mort. Un véritable choc de simplification doit avoir lieu à la rentrée prochaine.

Partout, nous demandons la tenue des GT et la finalisation de protocoles académiques de simplification promis. Si cet engagement n’était pas tenu, nous n’excluons pas d’appeler directrices et directeurs à mettre en place leur propre protocole de simplification administrative.

 

*Top
©Copyright 2006 - SECTION SNUIPP-FSU DES ARDENNES, tous droits réservés. Mentions légales