www.snuipp.fr

SECTION SNUIPP-FSU DES ARDENNES


Vous êtes actuellement : Actualités 

Retraites : Action du Mardi 15 octobre Afin de permettre la participation aux actions prévues lors de la journée interprofessionnelle du 15 octobre, la FSU a déposé un préavis de grève.

Communiqué de presse FSU

Agir pour une autre réforme des retraites ! Communiqué de presse de la FSU

Le SNUipp-FSU vous propose d’estimer l’impact du projet Ayrault sur votre situation personnelle en remplissant un tableur simplifié :

Estimez l’impact du projet Ayrault sur votre future retraite

Afin de permettre la participation aux actions prévues lors de la journée interprofessionnelle du 15 octobre, la FSU a déposé un préavis de grève.

- Midi : pique-niques délocalisés dans les différentes Unions locales (Givet, Revin, Donchery, Carignan, Sedan, ...) et à l’abord de différentes entreprises ; nous communiquerons ultérieurement les lieux définitifs.

- Puis vers 14 H 00 départ de cortèges automobiles vers Charleville, rassemblements vers 14 H 30 aux différentes entrées de Charleville puis convergence en opération-escargot vers la préfecture pour un rassemblement vers 15 H 00.

Communiqué de presse CGT, FO, FSU, Solidaire, des Ardennes

Réunies en intersyndicale lundi 7 octobre et jeudi 10 octobre, les UD CGT, FO, Solidaire et FSU, restent mobilisées pour faire du mardi 15 octobre une journée d’action et de mobilisation.

Dans les Ardennes l’action se déclinera en opération escargot en partance des différents bassins d’emplois via la préfecture (Charleville-Mézières, Givet, Revin, Mouzon, Sedan..). Les rassemblements auront lieu à partir de 12h où seront organisé des pique-niques comme devant PSA pour Charleville-Mézières.

Ensuite rendez-vous aux portes de Charleville-Mézières à 14h 30. Les cortèges se rendront ensuite à la préfecture ou une motion sera déposée chez le Préfet.

MOTION

Les organisations syndicales CGT, CGT-FO, FSU, avaient appelé à faire du 10 septembre une journée nationale d’action interprofessionnelle avec grèves et manifestations sur les questions des retraites, de l’emploi, des salaires et des conditions de travail.

Le gouvernement ne semble pas avoir tenu compte des positions de la rue et de ses manifestants, c’est pourquoi nous faisons de ce mardi 15 octobre une journée d’action de manifestations et de grève.

Les propos tenus dans la motion déposée le mardi 10 septembre restent identiques, car rien dans les textes proposés aux parlements n’augure un quelconque changement de cap.

Nous disions et nous disons :

Créer des emplois en relançant la croissance, en augmentant les salaires, en finançant les retraites et la Sécurité Sociale, c’est possible ! Le traitement et les projets concernant la réformes des retraites sont dans la continuité des précédentes réformes, elles concernent tous les régimes tant du privé que du public, elles vont poursuivre l’allongement de la durée des cotisations.

Les dispositions annoncées en matière de réparation de la pénibilité, de l’égalité femmes/hommes sont notoirement insuffisantes.

Les experts économiques reconnaissent aujourd’hui que les mesures d’austérité prônées par les gouvernements européens au nom de la compétitivité et de la réduction de la dette, renforcent la crise et nous privent des ressorts pour en sortir.

Moins de salaire, c’est moins de pouvoir d’achat, moins de consommation alors que celle-ci intervient pour plus de 40% dans la croissance.

Moins de dépenses publiques, c’est moins d’emplois utiles pour éduquer, soigner, assurer la sécurité, garantir la justice, faire de la recherche, aménager le territoire, développer et entretenir les réseaux et les infrastructures utiles à tous…..

La vraie justice sociale, c’est de répondre aux revendications des salariés et aux besoins de la population et non d’écouter les jérémiades du Medef et le diktat de Bruxelles.

Les dogmes de la réduction des déficits publics et de la baisse du « coût du travail » ne conduisent qu’à approfondir la crise. Et pourtant, force est de constater, que les gouvernements successifs continuent dans cette voie.

Le gouvernement AYRAULT-HOLLANDE, avec cette nouvelle réforme des retraites, vient d’envoyer à la jeunesse le message suivant » commencer plus tard, terminer plus tard » !

A l’âge de 30 ans la génération née en 1974 a validé 3 ans de cotisations en moins que celle née en 1950. Alors qu’elle trouve un travail plus tard, on lui demanderait de travailler encore plus longtemps : c’est double peine !

Agir pour une autre réforme des retraites ! Communiqué de presse de la FSU

Le débat sur les retraites s’ouvre aujourd’hui au parlement. Cette réforme, si elle devait être votée, renforcerait les inégalités existantes, particulièrement entre les femmes et les hommes.

C’est aussi une réforme injuste pour la jeunesse qui va devoir travailler plus longtemps et qui voit encore un peu plus s’éloigner la possibilité d’une retraite à taux plein.

Car l’allongement de la durée de cotisations à 43 annuités revient à reculer encore l’âge de départ à la retraite et à baisser le niveau des pensions des futurs retraités ! Cette baisse des pensions programmée ouvre la voie à des systèmes complémentaires par capitalisation.

La mise à contribution porte, une fois encore, essentiellement sur les salariés et les retraités puisque le gouvernement propose de compenser intégralement l’effort demandé aux entreprises.

C’est pourquoi la FSU demande aux parlementaires d’abandonner ce projet et de mettre en œuvre une autre réforme prenant en compte les revendications et propositions alternatives mobilisant de fait les questions de l’emploi et des salaires, prenant en compte le recul de l’âge d’entrée dans la vie active et notamment l’allongement de la durée des études et de la formation.

La FSU appelle les agents de la Fonction publique, avec les salariés du privé mais aussi avec les jeunes et les retraités, à se mobiliser et à participer à toutes les actions organisées dans chacun des départements : meetings, débats, réunions, actions diversifiées et multiformes... pour revendiquer une autre réforme.

La FSU appelle à la réussite, sur l’ensemble du territoire, de la journée interprofessionnelle du 15 octobre prochain afin de faire entendre aux parlementaires que la réparation des injustices, le rétablissement de la confiance dans notre système de retraites, son financement, mais aussi la prise en compte des évolutions du monde du travail nécessitent une toute autre réforme.

Les Lilas, lundi 07 octobre 2013

 

*Top
©Copyright 2006 - SECTION SNUIPP-FSU DES ARDENNES, tous droits réservés. Mentions légales