www.snuipp.fr

SECTION SNUIPP-FSU DES ARDENNES


Vous êtes actuellement : Actualités 

Grève mardi 12/02- AG : 9h30 Bourse du travail - R.D.V. : 10h30 devant l’I.A. Nous dirons : NI BRICOLAGE sur les rythmes (décret Peillon), NI STATU QUO (décret Darcos) : POUR une réécriture du décret et une réforme réussie en 2014

Le SNUipp-FSU, (syndicat majoritaire représentant près de 50% des enseignants français du primaire) a pris ses responsabilités en appelant à la grève le 31 janvier et dès le 1er février pour le 12 essentiellement sur la question des rythmes.

Un préavis a donc été déposé nationalement par le SNUipp ainsi que par les 4 autres fédérations de l’éducation présentes, aux côtés de la FSU, à la réunion du 28 janvier : CGT-CNT-FO & Solidaires.

Dans les Ardennes (crédités de 3 sièges sur 7 en CAPD), nous avons œuvré (et nous oeuvrons encore) au rassemblement le plus large possible sur nos (vos) revendications communes avec toutes les organisations du 1er degré.

LES MOTIFS DE LA GRÈVE ?

Avec la CGT Educ’action et le SNUDI-FO des Ardennes, nous avons appelé à la Grève le mardi 12 février 2013 pour dire :

NON au projet PEILLON sur les rythmes et NON à la tutelle des collectivités territoriales->vos conseils d’écoles doivent être entendus !

Nous revendiquerons donc l’abrogation du décret Peillon puis sa réécriture en 2014 pour une véritable amélioration des conditions de travail de nos élèves et des enseignants.

Bien-entendu, nos organisations continuent à combattre ensemble les mesures néfastes du gouvernement précédent que la majorité actuelle n’a pas encore retirées en demandant l’abandon immédiat du :
- Service Minimum d’Accueil
- Dispositif ECLAIR, socle commun et LPC
- Jour de carence
- Gel du point d’indice qui doit être augmenté

ET LA REFONDATION ? Qu’en pense le SNUipp ?

Le SNUipp-FSU a souligné quelques aspects positifs sur des thèmes portés dans cette loi de refondation

- priorité à l’éducation avec la création de postes,

- apparition des termes « laïcité, égalité homme/femme, solidarité »,

- réaffirmation du rôle de la maternelle (scolarisation des moins de 3 ans, grande section intégrée à part entière dans un cycle maternelle),

- retour de la formation des enseignants,

- retour de l’idée de sectorisation pour favoriser la mixité,

- l’introduction des maîtres surnuméraires, ce qui, en soi, peut-être une mesure intéressante.

Mais il ne faut pas qu’elle se fasse au détriment d’un allègement des effectifs et ne correspond PAS au mandat historique du SNUipp-FSU. En effet, ce dispositif doit permettre la déconnexion du temps élèves et du temps de travail enseignant.

D’autres nombreux points de désaccord ont conduit la FSU à s’abstenir lors du vote au CSE. Le SNUipp-FSU estime que cette Refondation n’est absolument pas à la hauteur des attentes des enseignants pour une meilleure École au service de la réussite de tous les élèves. Ce projet de loi tel qu’il est écrit n’est pas de nature à changer concrètement les choses dans les écoles, car il s’inscrit dans une certaine continuité des mesures du gouvernement précédent.

Le SNUipp souhaite donc une véritable rupture avec les orientations mises en œuvre précédemment pour lutter contre les inégalités scolaires et faire réussir tous les élèves :

- baisse des effectifs,

- réduction du temps de service,

- temps supplémentaire pour travailler en équipe,

- emplois pérennes non précaires (EVS,AVS),

- programmes adaptés,

- réimplantation et développement des RASED,

- éducation prioritaire,

- formation continue sur le temps scolaire…

Pour le SNUipp, la modification des rythmes scolaires n’est donc ni l’urgence, ni la priorité des enseignants. Il faut se donner le temps de penser une vraie réforme et de construire les conditions de sa réussite en 2014.

 

*Top
©Copyright 2006 - SECTION SNUIPP-FSU DES ARDENNES, tous droits réservés. Mentions légales