www.snuipp.fr

SECTION SNUIPP-FSU DES ARDENNES


Vous êtes actuellement : Actualités 

Grève le 12 février : C’est Vincent qui réforme, c’est nous qui payons ! Le SNUipp-FSU, la CGT Educ’action et le SNUDI-FO des Ardennes appellent à la Grève le mardi 12 février 2013. Les raisons de la grève, modalités, lettre aux parents.

Le SNUipp-FSU, la CGT Educ’action et le SNUDI-FO des Ardennes

appellent à la

Grève le mardi 12 février 2013

Pour dire :
- NON au projet PEILLON sur les rythmes,
- NON à la tutelle des collectivités territoriales.

Ils revendiquent :
- Une véritable réduction du temps de travail,
- Une augmentation générale du point d’indice,
- L’abrogation du jour de carence,
- L’abrogation du Service Minimum d’Accueil,
- L’abandon du dispositif ECLAIR, du socle commun et du LPC.

Assemblée Générale à la Bourse du travail de Charleville à 9 H 30

Rassemblement devant l’Inspection Académique (DSDEN) à 10 H 30.

JPEG - 291.2 ko
Tract commun 12 02 2013
PDF - 313.6 ko
Tract commun 12 02 2013

31 janvier : 526 grévistes dans les Ardennes ! Et le 12 FÉVRIER ? Les raisons de la grève, modalités, lettre aux parents.

Les enseignants du primaire ont répondu présents à l’appel à la grève contre le décret sur les rythmes et les mesures d’affichage du "Plus de maîtres que de classe" et de la scolarisation des moins de trois ans, pour l’emploi, les salaires et contre le jour de carence.

Partout en France, les sections SNUipp sont à la pointe de la mobilisation des personnels qui ont décidé de faire du 12 février l’étape marquante de la lutte contre le décret sur les rythmes scolaires notamment.

Dans notre département, les conseils d’école sont repoussés par injonction hiérarchique après la réunion des maires organisée par le DASEN.

Pas sans nous !

Le 12 février, le SNUipp-FSU appelle à une journée nationale de grèves, de manifestations et de rassemblements : Oui à une réforme des rythmes mais réussie pour les élèves et construite avec les enseignants.

Assemblée Générale à la Bourse du travail de Charleville à 9 H 30

Rassemblement devant l’Inspection Académique (DSDEN) à 10 H 30.

JPEG - 692.5 ko
FSC379_4pagesHD
PDF - 698.7 ko
4p_rythmes_a4

AGENDA DE TOUS LES AUTRES RDV ICI

Les rythmes :

Le SNUipp-FSU est fermement opposé à la semaine de 4 jours instituée par le décret Darcos de 2008 avec ses journées alourdies par l’aide personnalisée. Il n’est pas pour autant favorable au projet de décret actuel sur l’aménagement des temps scolaires. Celui-ci est inacceptable : il allège de manière insuffisante la journée scolaire et il n’offre aucune garantie d’un périscolaire gratuit et de qualité pour tous, écarte les conseils d’école du processus de modification des rythmes. En l’état il n’offre aucune garantie d’amélioration des conditions d’apprentissage des élèves et la réussite de tous. Dans le même temps il ouvre la voie à des dégradations certaines des conditions d’exercice du métier d’enseignant et n’apporte pas de réponse sur une nécessaire revalorisation salariale des PE notamment pour compenser les coûts engendrés par le passage à 4,5 jours. Depuis des semaines, nous n’avons cessé d’attirer l’attention du ministre sur les multiples difficultés que pose la réforme des rythmes scolaires telle qu’elle a été engagée. Nous ne revendiquons pas un statu-quo ou un retour en arrière...bien au contraire !
- Nous voulons une réforme réussie pour tous les enfants sur tout le territoire.
- Nous demandons également une réforme qui prennent en compte les conditions de vie professionnelle des enseignants.

Depuis des semaines, nous n’avons cessé d’attirer l’attention du ministre sur les multiples difficultés que pose la réforme des rythmes scolaires telle qu’elle a été engagée. Nous ne revendiquons pas un statu-quo ou un retour en arrière...bien au contraire !

Nous voulons une réforme réussie pour tous les enfants sur tout le territoire.

Nous demandons également une réforme qui prennent en compte les conditions de vie professionnelle des enseignants.

Inégalités : nous écrivons un NON

Or, à l’épreuve des travaux pratiques, c’est la grande déception. Alors que le ministre affirmait en octobre dans le journal Le Monde « qu’aucun enfant ne soit hors de l’école avant 16h30 », aujourd’hui, l’Association des maires de France précise « que l’heure de sortie de 16h30 n’était pas obligatoire et que l’organisation des activités péri-éducatives restait à la libre appréciation des élus » tout comme la gratuité. Malgré les efforts des communes, cette réforme va générer de nouvelles inégalités dans une offre éducative qui en compte déjà beaucoup trop. Quel pis-aller.

Conseil d’école : pas sans les enseignants

De même, alors que le ministre déclarait encore la semaine dernière sur France-Inter que les conseils d’école seraient consultés, aujourd’hui, sur le terrain, il n’en est rien. Horaires des écoles, durée de la pause méridienne, organisation de la sieste en maternelle, utilisation des locaux scolaires sur le temps péri-éducatif, organisation des activités périscolaires et des activités pédagogiques complémentaires, tout cela ne peut être pas être le fruit d’une décision unilatérale écartant les enseignants.

La pause méridienne : un temps pour qui ?

Souvent, les DASEN négocient avec les maires mais n’estiment pas utiles de réunir les équipes enseignantes. Comme il faut aller vite pour être prêt dès 2013, des schémas rigides d’organisation du temps scolaire surgissent dans les départements. Tous semblent vouloir imposer un allongement de la pause méridienne, parfois jusqu’à 2H45, avec une demi-heure d’activités périscolaires.

Où est l’intérêt de l’enfant pourtant vanté à coup de déclarations fracassantes ?

On peut alors se demander quelle sera la nature des activités que l’on peut offrir à des enfants en 30 minutes ? Et puis, que feront les enfants le reste du temps de midi ? De la cour de récréation ? Et ceux qui ne mangent pas à la cantine ? Et les enfants de maternelle dont les besoins physiologiques nécessiteraient qu’ils bénéficient de la sieste juste après le déjeuner ?

De même, où sont les prises en considération des conditions de vie personnelle et professionnelle des enseignants ? Dans beaucoup d’endroits, faute de locaux, il est envisagé d’utiliser les salles de classes pour ces activités du midi. Mais, alors que feront les enseignants qui sont condamnés à rester à l’école sur ce temps méridien ? Du coup, les enseignants finiront l’école à 16H 15 voire 16H30 comme avant avec le mercredi en plus. Il est inconcevable de leur imposer un allongement de leur amplitude de travail à l’école. Idem pour les animations pédagogiques dont certains DASEN annoncent déjà qu’elles auront lieu le mercredi après-midi. Enfin, le SNUipp-FSU demande toujours au ministre une revalorisation des PE.

Reporter pour une vraie réforme réussie en 2014

Face à ce bricolage insatisfaisant qui se dessine pour les enfants comme pour les enseignants, le SNUipp-FSU estime qu’il faut reporter la réforme à 2014. Le décret d’aménagement du temps scolaire doit être revu, les conseils d’école consultés. Il faut se donner le temps de penser une vraie réforme et de construire les conditions de sa réussite dans les écoles en s’appuyant sur les enseignants.

C’est sur cette plateforme que dans les départements, le SNUipp-FSU va s’adresser à ses partenaires attachés à une transformation de l’école au service de la réussite des élèves. Pas de statu quo ! Nous voulons faire bouger l’école, dans le bon sens et avec les enseignants.

Le « plus de maîtres que de classes »

Le ministre a repris à son compte notre très ancienne revendication de "plus de maîtres que de classes". Néanmoins plusieurs points laissent à penser que la mise en œuvre du dispositif risque d’être éloignée de nos attentes :
- le cadre budgétaire contraint et la partie "programmation" de la loi ;
- les situations difficiles dans de nombreux départements, dont le notre, dues aux suppressions de postes massives des dernières années ;
- la centration de ses missions sur la difficulté scolaire plutôt que sur le changement des pratiques de classes et de travail en équipe. Ce dispositif ne peut se substituer pas aux aides spécialisées qui gardent toute leur pertinence pour les élèves en grandes difficultés. Il ne doit pas y avoir de concurrence possible entre le PDMQDC et la volonté d’abaisser les effectifs des classes. Le dispositif prévu par le gouvernement ne reprend pas la proposition du SNUipp-FSU de s’appuyer sur le « plus de maîtres que de classes »pour permettre une déconnexion du temps enseignant et du temps élèves et donc une réduction du temps de travail pour les enseignants.

TOUS en GREVE mardi 12 février pour dire :

- Non à une refonte des rythmes qui accroît la pénibilité du travail des enseignants du primaire et très discutable pour les élèves,
- Non aux Activités Pédagogiques Complémentaires qui ne sont que la continuité de l’APE, en outre, sous la tutelle des collectivités territoriales,
- Pour des effectifs allégés en primaire et en MATERNELLE avec scolarisation des 2 ANS,
- Pour un « plus de maîtres que de classes » qui permette une déconnexion du temps enseignant et du temps élèves, donc une réduction du temps de travail pour les enseignants, et qui ne soit pas un substitut aux RASED,
- Pour la prise en charge de la difficulté scolaire par des RASED renforcés.

Participer au mouvement de grève :

Pour la grève du mardi 12 janvier, la déclaration d’intention est à envoyer à votre circonscription avant le samedi 9 février à minuit. Un simple mail de votre messagerie personnelle portant mention : "je, soussigné, déclare mon intention de participer à la grève du 12 février." suffit.

Rappelons, si besoin est qu’il ne s’agit pas d’un engagement et qu’il est toujours possible de changer d’avis. Si 25% des enseignants d’une école déclarent leur intention, le SMA est mis en place par la commune. Les retenues sur salaire sont faites au vu de la participation effective et non des déclarations préalables. Regrettons, pour terminer que le pouvoir actuel n’ait pas encore mis un terme à un dispositif qui ne vise qu’à rendre plus compliquée la mise en place d’un mouvement social. Mais il n’est pas interdit de penser qu’un mouvement vigoureux peut faire changer cela. Aussi.

LETTRE AUX PARENTS

Vous trouverez ci-dessous la lettre destinée aux parents pour la journée de grève du 12 février.

Modèle de lettre proposée par le SNUipp-FSU

Madame, Monsieur, Chères familles,

Le ministre a lancé une Refondation de l’école. Si la priorité à l’école primaire est enfin reconnue, celle-ci est totalement parasitée par une réforme des rythmes scolaires qui se dessine dans le flou et le désordre. Au départ, le ministre annonçait le retour de la semaine à 4,5 jours avec une journée scolaire « allégée et mieux articulée avec les temps péri-éducatifs » pour qu’ « aucun enfant ne soit hors de l’école avant 16H30 ».  A l’arrivée, la journée scolaire passerait à 5h 30 en moyenne au lieu des 6 heures actuelles, et les activités péri-éducatives lors d’une pause du midi rallongée ou après l’école vers 15H45, ne seront pas obligatoires, ni forcément gratuites pour les familles. Tout dépendra des ressources de la commune. Cette réforme générerait ainsi de fortes inégalités territoriales

Attachés à la réussite de nos élèves et au bien-être de votre enfant, nous ne sommes pas satisfaits de ce bricolage des temps scolaires et périscolaires.

Pour autant, nous ne voulons pas de statu quo. Mais, nous pensons qu’il faut donner plus de temps pour organiser une réforme des rythmes scolaires réussie pour tous les enfants et dans toutes les écoles. Nous demandons la mise en place d’une refondation de l’école construite dans la concertation , et que soient revus les programmes, que soient confortés et améliorés les dispositifs essentiels que sont les Rased et les remplaçants, la formation, les possibilités de travailler en petit groupe, les effectifs des classes, l’accueil des élèves en maternelle, l’éducation prioritaire… C’est pour ces raisons que nous serons en grève le 12 février prochain !

Bien cordialement.

L’enseignant de votre enfant.

JPEG - 918.6 ko
PAS-SANS-NOUS_A4
 

*Top
©Copyright 2006 - SECTION SNUIPP-FSU DES ARDENNES, tous droits réservés. Mentions légales