www.snuipp.fr

Section SNUipp-FSU des Ardennes


Vous êtes actuellement : Actualités 

Les Ardennes, un département bananier dans le premier degré

Aux quatre coins de notre département, depuis quelques années les injonctions pleuvent sur le dos des enseignants du premier degré au mépris le plus souvent des textes en vigueur. Quelques exemples : le dernier en date : certaines écoles avaient choisi, comme les années précédentes de placer leurs deux journées de pré-rentrée avant le jour de rentrée des élèves. Rien d’anormal a priori à ce que la pré-rentrée se déroule avant la rentrée ! Et bien, pour l’année 2012/2013, on n’a plus le droit de procéder ainsi : il faut fractionner ce temps et ne reprendre le chemin de l’école qu’une journée avant les élèves, la deuxième journée devenant une journée de post-rentrée... Les motivations ? Cherchez-les dans le marc de café...

Depuis les dernières élections, le nouveau ministre de l’Éducation Nationale est revenu sur les évaluations CE1 et CM2 : les résultats doivent rester dans les écoles et servir aux enseignants. On ne pouvait être plus clair ! De nombreux IEN ont fait le forcing auprès des écoles (souvent des directeurs) pour que ces résultats soient saisis et transmis. Mais eux aussi connaissent les textes, quelles sont donc leurs motivations ? À mon avis, les vieux démons du pilotage par la performance ont la vie dure...

Certaines écoles se sont vu imposer l’organisation de la journée de solidarité (vous savez le travailler plus pour ne pas gagner plus) sur une seule journée et l’IEN a imposé le fractionnement en deux demi-journées. Or les textes prévoient que cette journée doit servir à l’élaboration du projet d’école et que c’est au conseil des maîtres de se prononcer sur l’organisation de cette journée. Et s’il me semble entendre l’argumentaire qui pourrait être mis en avant : « Il est difficile de travailler efficacement pendant six heures... », c’est parce que j’ai déjà entendu à propos des réunions que les enseignants souhaitaient placer après leur journée de classe « Les enseignants sont des êtres humains et ils ne peuvent être pleinement efficaces après une journée de travail en classe avec leurs élèves ». Et ce sont les mêmes qui ont applaudi à la création de l’APE et qui ont aidé à sa mise en place en plus des six heures de classe avec des effectifs qui ne cessent de s’alourdir ! le travail à temps partiel : alors qu’il est un droit pour tous, dans les Ardennes certains enseignants se voient écartés de l’accès à certains postes au motif qu’ils travaillent à temps partiel. Soyons clairs, il s’agit le plus souvent des postes de directeur d’école. Mais, et le SNUipp s’en félicite, les directrices ou les directeurs n’ont pas de statut particulier, ils sont des collègues comme les autres même s’ils sont inscrits sur une liste d’aptitude. Le travail à temps partiel est un droit pour eux aussi. les commissions d’entretien ou le dernier mot à la mode : elles se sont multipliées ces dernières années et, même si l’administration se défend de partialité, nous avons bien compris comment cela fonctionnait. On nous a dit qu’à l’issue de cette commission, les collègues seraient départagés au barème et c’est ce qui est fait. Mais, il est tentant d’émettre des avis en fonction des candidats que l’on a déjà choisis. Attention, je ne dis pas que les candidats retenus ne sont pas capables de remplir correctement leurs fonctions, je dis qu’ils sont cooptés parmi d’autres candidats tout aussi capables et qui ont des barèmes supérieurs.

Participation aux réunions paritaires : d’après les textes en vigueur, titulaires et suppléants peuvent siéger et donc recevoir une convocation ou une information. À partir du moment où ils ont une convocation ou une information, ils bénéficient de l’article 15 du décret sur les moyens syndicaux (Décret 2012-224 du 16 février 2012 modifiant le Décret n° 82-447 du 28 mai 1982 relatif à l’exercice du droit syndical) et ont droit à une autorisation d’absence. Le DASEN campe sur ses positions et continue de refuser l’autorisation d’absence aux suppléants. Et là encore quelle logique ! On nous oppose la nécessité de service, les IEN n’ont plus de remplaçants, alors qu’on nous serine depuis des années en Comité Technique Départemental que nous sommes trop bien dotés en moyens de remplacement. Allez comprendre...

Le mouvement intra-départemental : notre demande, entre autres, de la mise en place d’un réél second mouvement avec publication de la liste de postes vacants et nouvelle saisie de voeux n’a jamais été entendue. Il est vrai qu’elle n’est pas prévue de façon explicite dans les textes mais rien non plus ne l’interdit et elle s’est mise en place dans de nombreux départements. Nous savons par ailleurs que la DRH préférait cette pratique qui permettait de travailler en toute transparence et équité. Cela éviterait pourtant comme nous l’avons déjà vu que certains IEN ne modifient les nominations après les CAPD ou que les courriers des collègues pour solliciter des maintiens sur poste ne se multiplient alors que les règles de maintien sur poste obéissent à des règles très précises.

Cet inventaire n’est pas exhaustif et, malheureusement, il est à craindre que la liste ne s’allonge encore. Le marc de café ne m’a rien appris et c’est mon intime conviction qui me porte à penser que l’accession à certains corps de l’administration est montée à la tête d’aucuns qui semblent prendre plaisir à bien montrer qui est le chef, même s’il faut pour cela imposer à ses anciens collègues le diktat du prince. Et comme je sais qu’il est tentant et humain de renoncer à ses droits pour gagner en tranquillité, je vous renvoie à Thomas Jefferson qui disait : « Si tu es prêt à sacrifier un peu de liberté pour te sentir en sécurité, tu ne mérites ni l’une ni l’autre »

J’ajouterai que, chaque fois qu’il est possible de s’appuyer sur un texte réglementaire, il est urgent de résister. Et ce d’autant plus que pour l’administration ardennaise, il semble qu’il ne se soit rien passé le 6 mai et que tout continue comme avant, en particulier pour les évaluations.

Anne du Souich pour le SNUipp08, JUIN 2012

 

*Top
©Copyright 2006 - Section SNUipp-FSU des Ardennes, tous droits réservés. Mentions légales