www.snuipp.fr

Section SNUipp-FSU des Ardennes


Vous êtes actuellement : Actualités 

La répartition des mille postes

C’est aujourd’hui, mercredi 20 juin, qu’est dévoilée au Comité technique ministériel la répartition académique des mille postes attribués au primaire au titre du plan d’urgence. Pour le SNUipp-FSU, il faut maintenant réunir les instances locales et implanter ces postes en toute transparence.

15 POSTES SONT ATTRIBUÉS POUR NOTRE ACADÉMIE DE REIMS

Création des mille postes : une priorité à inscrire dans la durée

La répartition académique des mille postes d’enseignants créés pour la rentrée 2012 dans le primaire est désormais connue. Cette étape marque un changement de cap positif pour l’école primaire qui a été asphyxiée ces dernières années et dont le taux d’encadrement des élèves reste un des plus faibles d’Europe.

Le SNUipp-FSU rappelle, et le ministre lui même l’a reconnu, que ces mille postes ne pourront pas répondre à l’ensemble des besoins d’urgence, en regard, notamment, des 5 700 suppressions qui avaient été programmées pour cette rentrée. Dès maintenant, le SNUipp-FSU demande que soient réunies les instances départementales afin que s’engage une concertation sérieuse avec les organisations représentatives : au niveau académique pour débattre de la répartition départementale de ces dotations, puis, au niveau départemental, pour discuter de l’implantation concrète de ces nouveaux postes.

Pour le SNUipp-FSU, l’affectation de ces moyens doit se traduire, en fonction des réalités locales, par des ouvertures de classes en maternelle comme en élémentaire, par des moyens affectés à l’aide à la difficulté scolaire (postes RASED), par la création de postes de remplaçants pour favoriser notamment l’accompagnement des professeurs stagiaires par des formateurs.

Ce premier effort doit être poursuivi. Les contours d’une nouvelle école ayant les moyens de s’attaquer au noyau dur de l’échec scolaire doivent se dessiner dès maintenant. Il faudra définir des priorités claires et les inscrire dans la durée : nouvelles organisations pédagogiques avec par exemple « plus de maîtres que de classes », formation des enseignants, contenus d’enseignement, fonctionnement des écoles, conditions d’exercice du métier, relations avec les parents, reconnaissance professionnelle et salariale des enseignants. Autant de sujets à revoir, autant de leviers à actionner ! L’élaboration du prochain budget devra déjà en tenir compte.

Paris, le 20 juin 2012

Répartition et déclaration du SNUIpp-FSU au CTM du 20 juin 2012

Cinquante à Nantes, vingt à Rouen, quatre-vingt à Créteil...la répartition des mille postes supplémentaires de professeurs des écoles attribués au primaire est dévoilée aujourd’hui, mercredi 20 janvier au CTM. Chacun sait bien, le ministre de l’Éducation nationale le reconnaît d’ailleurs lui même, que ce plan d’urgence ne suffira pas à couvrir l’ensemble des besoins d’une école asphyxiée. Il apportera néanmoins une première bouffée d’air dans chaque académie, en fonction de critères clairs et connus de tous, comme le SNUipp l’avait demandé. Niveau d’encadrement et augmentation attendue des effectifs d’élèves, difficultés sociales et scolaires, ruralité ont présidé à la répartition des postes.

ACADEMIES Répartition

Aix-Marseille 65

Amiens 25

Besançon 10

Bordeaux 65

Caen 20

Clermond-Ferrand 25

Corse 5

Créteil 80

Dijon 20

Grenoble 65

Guadeloupe 5

Guyane 15

Lille 30

Limoges 10

Lyon 65

Martinique 5

Montpellier 35

Nancy-Metz 10

Nantes 50

Nice 15

Orléans-Tours 40 Paris 15 Poitiers 35

Reims 15

Rennes 65

Réunion 15

Rouen 20

Strasbourg 15

Toulouse 50

Versailles 100

Total 990

10 emplois sont réservés pour Mayotte

La répartition de ces postes dans les départements va maintenant s’engager et devra tenir compte des mêmes critères prévient d’ores et déjà le SNUipp. Par ailleurs, leur implantation devra « cibler les ouvertures de classes en maternelle comme en élémentaire, les RASED, et les remplacements pour permettre notamment aux PES d’être remplacés au cours des premières semaines de la rentrée » a déclaré le secrétaire général du syndicat à l’ouverture du Comité technique ministériel. Il a aussi réitéré la demande « que toutes les instances départementales se réunissent dans le courant du mois de juin, afin que les décisions soient prises en concertation avec les acteurs de terrain. »

 

*Top
©Copyright 2006 - Section SNUipp-FSU des Ardennes, tous droits réservés. Mentions légales