www.snuipp.fr

SECTION SNUIPP-FSU DES ARDENNES


Vous êtes actuellement : Infos carrière / C.A.P.D (C.A.P.N.) 

CAPD 5 juin : Re -... Le SNUipp-FSU et le SE-UNSA quittent la séance > MOUVEMENT : Le projet de résultats à titre officieux

La CAPD s’est réunie le 5 juin.

Le SNUipp-FSU et le SE-UNSA ont quitté la séance en raison du non respect des pratiques départementales. Le DASEN a maintenu sa position quant à l’application d’une règle non négociée et contraire aux pratiques.

Nous mettons à la consultation le projet de mouvement reçu en document de travail.

Aucune modification n’est intervenue pendant l’étude des propositions d’affectation lors de la suite de la séance.

Ces résultats sont en très grande majorité le fruit de l’application de nos règles. L’arrêté final devrait leur être fidèle. Ils sont conformes au projet du DASEN quant à la chaîne due au mouvement des CPC que nous avons contestée et qui concerne 9 collègues.

Consultez le site du snuipp 08 (http://08.snuipp.fr) en vous munissant du code personnel fourni avec notre dernier bulletin (n° 181 ).

Le DASEN confirme qu’il n’y a aucune obligation de procéder aux rémontées des résultats des évaluations CE1 et CM2 aux circonscriptions. Cf. Déclaration préalable du SNUipp-FSU - CAPD des Ardennes du 5 juin 2012 ci-dessous.

Accès personnalisé (ou par ville) aux résultats du mouvement

Munissez vous de votre code personnel

NB : Les résultats ne sont, évidemment définitifs qu’après réception de l’avis officiel.

Statistiques

Sur 485 participants :
- 170 collègues ont obtenu un voeu soit 35 %,
- 317 sont maintenus sur leur poste,
- 169 restent sans poste. Ses résultats confirment l’échec des modalités de gestion des opérations du mouvement intradépartemental issue de la loi mobilité. Alors que l’objectif mis en avant était de voir plus de collègues nommés à titre définitif, le taux de satisfaction, depuis leur mise en œuvre, a toujours été inférieur à ce qu’il était auparavant.

Déclaration préalable du SNUipp-FSU - CAPD des Ardennes du 5 juin 2012

Monsieur le Directeur académique,

Cette CAPD est l’occasion pour le SNUipp-FSU de réaffirmer son attachement aux règles nationales et son opposition aux libertés prises au mépris de ces règles.

Cette CAPD se tient après des échéances électorales nationales, dont le résultat indique clairement l’expression d’une forte aspiration à un changement de politique économique et sociale mais aussi éducative. Pour l’école, une nouvelle période s’ouvre avec de nouvelles perspectives. Des mesures d’urgence pour la rentrée scolaire devraient être annoncées très prochainement. Une loi d’orientation et de programmation est prévue pour décembre ou janvier. Pour le SNUipp-FSU, le nouveau cap affiché n’est pas le fruit du hasard. Ces dernières années, dans les départements, enseignants et parents engagés avec les organisations syndicales dans la défense de l’école ont gagné la bataille d’opinion pour faire de l’école une priorité.

Et maintenant, tout commence. Pour le SNUipp-FSU, le projet de « refondation de l’école » annoncée par le nouveau ministre doit se traduire par des transformations réelles de l’école afin de relever les défis de la démocratisation et de l’égalité.

Pour faire avancer l’école, rien ne doit se faire sans les enseignants. Au contraire, il faut leur redonner de la confiance et de la reconnaissance afin qu’ils retrouvent la fierté de bien faire leur métier. Pour transformer l’école, il faut s’appuyer sur l’expertise des enseignants, rétablir des rapports hiérarchiques basés sur la confiance et le dialogue, améliorer les conditions de travail et revaloriser les salaires.

Le ministère a confirmé, concernant les évaluations nationales CE1 et CM2, la suppression de l’obligation de remontée des résultats, écartant ainsi leur exploitation nationale. Il les réserve à une utilisation pédagogique au sein de la classe et de l’école. Pour le SNUipp-FSU, aucune ambiguïté ne subsiste. Les directeurs et les enseignants n’ont plus à saisir les résultats dans l’application nationale. Les résultats des évaluations restent au niveau de l’école. La phase de remontée doit être supprimée à tous les niveaux : circonscription, département, national. L’exploitation dans les écoles et le suivi de ce travail par les IEN ne doivent pas engendrer de quelconques opérations de remontée. Au cours du CTA du 25 mai, à la question du SNUipp sur la transmission des résultats et en présence des quatre Directeurs académiques, le recteur a été très clair : il n’y a pas d’obligation de remontée des résultats, c’est une possibilité qui est offerte. Si l’équipe décide de transmettre, il n’y aura pas d’exploitation des résultats à un autre niveau. Le recteur a précisé que ces évaluations ne devaient servir qu’à la mise en place de remédiation. Le SNUipp-FSU a rappelé lors de la CAPD du mardi 29 mai que cet engagement s’appliquait à tous les départements et à toutes les écoles, alors qu’un message venait de parvenir à plusieurs écoles demandant la remontée des résultats pour le 25 mai ! Malgré cela, des messages continuaient d’arriver dans les écoles en fin de semaine rappelant la nécessaire remontée à la circonscription. On observe là les effets de la nouvelle gouvernance, des habitudes ont été prises, souvent empreintes d’autoritarisme.

Le dialogue social s’est profondément dégradé ces dernières années et doit retrouver toute sa grandeur et ses vertus. Le paritarisme est remis en cause tant sur la forme – le refus de nous entendre sur l’exclusion de la participation des suppléants en est une preuve – que sur le fond – la rédaction d’une "Note spéciale mouvement intra-départemental des personnels enseignants du premier degré - rentrée 2012" en contradiction avec le "Dossier d’information - Gestion des personnels enseignants du premier degré" dont l’élaboration est le fruit des discussions avec les représentants du personnels" Le SNUipp-FSU demande que le paritarisme retrouve tout son sens et sa place dans le fonctionnement de notre ministère, des rectorats et des directions départementales.

Le SNUipp-FSU continuera d’agir pour le respect de l’équité et la transparence afin que les enseignants soient des professionnels reconnus, fiers de pouvoir bien faire leur travail au service de la réussite de tous les élèves.

SNUipp-FSU des Ardennes

COMMUNIQUE DE PRESSE SE-UNSA - SNUipp 08

Les organisations syndicales SE-UNSA, SNUIPP et SNUDI FO ont de nouveau été amenées à protester le mardi 5 juin, lors de la CAPD de repli, contre le non-respect des règles départementales du mouvement et la non prise en compte des avis des commissions d’entretien sur les postes spécifiques (conseillers pédagogiques).

Pour mémoire, ces commissions d’entretien pour les postes à profil particulier on été imposées par l’administration contre notre avis à l’époque. Et maintenant, c’est l’administration qui ne respecte pas ce qu’elle a elle-même mis en place.

Le SE-UNSA et le SNUIPP ont décidé de quitter une nouvelle fois la CAPD puisque le Directeur Académique n’a pas entendu les représentants du personnel demandant à respecter la première version du mouvement qui nous convenait en tous points.

Lors d’une audience avec le SE-UNSA le vendredi 1er juin 2012, le DASEN avait laissé entendre que des propositions nouvelles seraient faites à l’ensemble des partenaires sociaux le mardi 5 juin 2012.

La seule proposition qui nous a été faite est de se ranger à l’avis du DASEN et d’entériner la version 2 proposée par l’administration, que nous connaissions déjà et que nous ne pouvons accepter.

Les organisations dénoncent une parodie de dialogue social et une gestion opaque des personnels.

Elles ne cautionneront pas des pratiques contraires aux intérêts de la Profession et des collègues.

 

*Top
©Copyright 2006 - SECTION SNUIPP-FSU DES ARDENNES, tous droits réservés. Mentions légales