www.snuipp.fr

Section SNUipp-FSU des Ardennes


Vous êtes actuellement : Actualités 

RÉDUCTION ET ALLONGEMENT DE CYCLE.... Nouvelle vague de papiers en perspective... Avec la note d’information n°4 arrive une nouvelle injonction concernant les redoublements ou passages anticipés. Dans le tout le département, c’est une procédure de contrôle a priori des décisions des écoles qui semble se mettre en place en place, avec pour corollaire un surcroît de travail....

La note d’information N°4 précise les modalités des redoublements et des passages anticipés ( rebaptisés réduction ou allongement de cycles )..

Elle précise :
- Les propositions du conseil des maîtres sont adressées aux parents ou au représentant légal pour avis ; ceux-ci font connaître leur réponse dans un délai de quinze jours. Passé ce délai, l’absence de réponse équivaut à l’acceptation de la proposition. Le conseil des maîtres arrête alors sa décision qui est notifiée aux parents ou au représentant légal. Si ceux-ci contestent la décision, ils peuvent, dans un nouveau délai de quinze jours, former un recours motivé, examiné par la commission départementale d’appel prévue à l’article D. 321-8.

Et plus loin...

Qui décide de l’opportunité du maintien d’un élève ou de son passage anticipé ? C’est le maître de la classe qui est à l’origine de la proposition. Celle-ci est discutée en Conseil des maîtres de cycle et ce dernier la soumet aux parents. En cas de désaccord avec les parents, ceux-ci ont la possibilité de déposer, dans un délai de quinze jours, un recours auprès de la Directrice académique. Je vous rappelle que cette possibilité d’allonger ou de raccourcir d’un an la durée d’un cycle, sur l’ensemble de la scolarité primaire, n’est offerte qu’une seule fois, les élèves devant entrer au collège à 12 ans au plus tard. Dans des cas particuliers, et après avis de l’inspecteur chargé de la circonscription du premier degré, un second redoublement ou un second saut de classe peuvent être décidés.

Les textes sont assez clairs et déjà assez mal vécus par les collègues qui voient souvent leurs décisions contestées - alors que depuis longtemps ils essaient de limiter au maximum les redoublements qui sont des armes à un coup - dans la mesure où les parents qui le souhaitent peuvent refuser les mesures proposées, et ont, en fin de compte, le dernier mot.

Fallait-il, en plus instaurer un contrôle a priori des décisions de redoublement ? L’avis de l’IEN n’est requis que pour une deuxième dérogation au cours normal du cycle.

Les Inspections demandent à nos collègues de leur adresser un dossier franchement lourd, comportant finalement les éléments du dossier scolaire et même parfois des renseignements confidentiels tels que le QI des enfants. On nous rétroquera que les documents demandés doivent de toute façon être élaborés et qu’il ne s’agit que de formaliser. Oui, mais la forme, c’est justement ce qui coûte le plus de travail ! Si ce sont les conseils des maîtres qui décident, qu’on les laisse travailler. En cas de recours, il sera toujours temps de rentrer dans les détails. Si ce sont les IEN qui décident, alors qu’on nous le dise, mais ce n’est pas encore le cas, que l’on sache.

Le SNUIPP 08 sera vigilant sur l’utilisation des dossiers qui ont déjà été communiqués et demande le retour à une procédure normale : décision donnée au conseil des maîtres dans le respect de la législation. Le SNUIPP 08 sera au côté des collègues qui refuseraient de se plier à cette injonction qui dépasse largement le cadre des obligations de service.

Pour conclure, disons que tout cela ne se poserait même pas si le système s’orientait véritablement vers la prise en compte du rythme de travail de chaque élève dans le cadre d’une école où la notion même de redoublement n’aurait plus de sens.

Dans le cadre actuel où évaluations, compétences et autres tentent de mettre en case chaque élève en vue d’une normalisation, jugée souhaitable, ce n’est pas du tout possible.

Nombre de nos collègues de CP sont pris dans un dilemme douloureux lorsqu’un enfant n’a pas le niveau suffisant en lecture pour passer en classe supérieure. Comment justifier un passage alors que la fin de CE1 s’accompagne d’une sanction, et dans le même temps comment justifier un maintien alors que cela ne pourra plus se reproduire d’ici au CM2 ? Mais Chut ! Silence dans les rangs ! Débattre dans la profession n’a pas cours sous l’actuel pouvoir....

 

*Top
©Copyright 2006 - Section SNUipp-FSU des Ardennes, tous droits réservés. Mentions légales