www.snuipp.fr

Section SNUipp-FSU des Ardennes


Vous êtes actuellement : Actualités 

Texte action Conseil national du SNUipp-FSU 20-21 mars 2012

Les crimes odieux et inqualifiables envers trois enfants, un enseignant et trois militaires ont créé une vive émotion. Horrifié et indigné, le SNUipp-FSU condamne fermement ces actes barbares. En ce moment douloureux, avec l’ensemble de la communauté éducative, il apporte tout son soutien aux familles des victimes.

Le SNUipp-FSU a décidé, et ce depuis le début de l’année scolaire, de faire entendre ses exigences et ses propositions dans la campagne électorale et de mener les actions nécessaires dans l’unité la plus large. L’enjeu est de taille dans le contexte. Le SNUipp-FSU interpelle par écrit directement les candidats aux différentes élections afin de porter ses revendications. Le gouvernement a mené depuis 5 ans une politique libérale de destruction des services publics mettant à mal les solidarités et la cohésion sociale. Le SNUipp avec la FSU a mené nombre de batailles contre des réformes mises en place ces dernières années : Retraites, Éducation (suppression de postes avec la mise en œuvre du non remplacement d’un fonctionnaire sur deux partant à la retraite, formation,...). La situation économique et sociale, les attaques contre les droits sociaux, la Fonction publique, contre les libertés ont conduit à nombre de mobilisations dans le public comme dans le privé. Aujourd’hui, il n’y a aucune trêve syndicale en vue d’autant que, à quelques semaines des échéances électorales, le gouvernement cherche à passer en force sur plusieurs mesures. Pour le SNUipp-FSU, une réelle rupture avec la politique actuelle est une impérieuse nécessité. La poursuite de cette politique signifierait de nouvelles régressions pour les salariés comme pour les citoyens. La réélection de Nicolas Sarkozy aggraverait les attaques subies au long de son mandat. Il est de notre responsabilité syndicale de peser aujourd’hui dans la campagne, y compris par les actions revendicatives, pour faire entendre et prendre en compte notre analyse de la situation, nos exigences et nos propositions. Le SNUipp-FSU, à sa place d’organisation syndicale et en toute indépendance des partis politiques, entend le faire pleinement. Il s’inscrira avec la FSU et dans l’unité la plus large dans les rassemblements du 1er mai.

Education : changer de cap

Le budget 2012 prévoit 5 600 suppressions d’emplois dans le premier degré. A l’issue des CTSD et des CDEN, le solde entre ouvertures et fermetures de classes est largement négatif avec la disparition de 1 407 classes. L’engagement présidentiel de maintenir à la rentrée 2012 le même nombre de classes qu’en 2011 n’est pas tenu ! La quasi-disparition des RASED est également actée avec la suppression de 1 949 postes d’enseignants spécialisés et un changement important de leurs missions, engendrant diverses situations départementales comme la sédentarisation dans les seules écoles ECLAIR, la réduction du réseau à un « pôle » de circonscription, le pilotage de l’aide personnalisée, les « conseils » aux enseignants sans intervention directe auprès des élèves… Dans certains départements l’administration justifie ces réductions en manipulant les chiffres pour transformer des heures d’aide personnalisée en ETP d’aides spécialisées alors que ces aides ne sont pas du tout de même nature !

Ces suppressions s’ajoutent aux 2 500 emplois de RASED déjà effacés entre 2008 et 2011.

En 5 ans, ce sera donc près d’un tiers de l’effectif total des RASED, essentiellement des maîtres E et G, qui aura disparu des écoles. Comment prétendre dans ces conditions lutter contre l’échec scolaire ? Le SNUipp a fortement contribué au lancement d’un appel de plus de 50 personnalités pour sauver et développer les RASED, défendre une école pour tous. Il a en une semaine, recueilli plus de 30000 signatures. Parallèlement, les débats, les motions de conseil d’école, la projection du film « Un parmi les autres » se poursuivent dans les départements. Le SNUipp appelle à amplifier cette campagne ; le collectif national RASED se retrouvera le 9 mai pour définir de nouvelles actions. Il rappelle que l’aide personnalisée ne peut se substituer à l’aide spécialisée des RASED, tout comme les stages RAN. Il en demande la suppression et revendique la mise en place du « plus de maîtres que de classes ». Le SNUipp-FSU lance une enquête auprès des enseignants sur la prise en charge de la difficulté scolaire. Il en rendra compte fin mai.

S’y ajoutent la suppression de 846 postes de remplaçants, 100 de maîtres formateurs en charge de l’accompagnement des enseignants stagiaires, 143 conseillers pédagogiques et 460 postes de soutien en éducation prioritaire.

Ces nouvelles coupes claires sont inacceptables et dévastatrices pour l’Ecole d’autant qu’elles s’additionnent aux précédentes suppressions subies depuis plusieurs années. Le SNUipp-FSU demande une restitution effective des postes supprimés dès la rentrée 2012. L’obsession du non-remplacement d’un fonctionnaire sur deux aura fait des ravages. Voilà bien une politique à courte vue car le coût social de l’échec scolaire lui restera toujours trop élevé.

Sur le terrain, les enseignants qui s’engagent pour aider tous les élèves à réussir sont exaspérés. Notre école primaire a besoin de confiance. Celle-ci a été trop souvent dénigrée comme si elle portait à elle seule les causes des difficultés actuelles.

Les enseignants ont besoin d’être fiers de leur métier. Les promesses « mieux payés, mieux formés, et mieux reconnus » se sont soldées par une douche froide. Les revalorisations des premiers échelons oublient les ¾ des enseignants qui subissent même une baisse de leur salaire net avec la hausse des cotisations retraites au 1er janvier. Le SNUipp avec la FSU demande la fin du gel du point d’indice et le rattrapage de la perte du pouvoir d’achat, une revalorisation indiciaire d’urgence, l’attribution à tous de 50 points d’indice et une refonte des grilles indiciaires.

La formation initiale a été sacrifiée et une phase de négociations urgentes s’impose pour une relance dès la rentrée 2012. Les formations continue et spécialisée ont été réduites à la portion congrue. A cela s’ajoute, une pression nouvelle sur les enseignants au moyen de techniques managériales : le métier devrait se résumer dorénavant à appliquer des techniques ou autres protocoles sous le contrôle d’indicateurs douteux .

Il est grand temps de changer de cap et de transformer concrètement l’école par le biais d’une politique d’investissement qui prenne appui sur l’expertise des enseignants en leur donnant les moyens et le temps de faire du travail de qualité. C’est une urgence pour tous les élèves et enseignants de ce pays. Pour la rentrée 2012, des mesures d’urgence doivent voir concrètement le jour. Le SNUipp-FSU demande un collectif budgétaire. Pour se faire entendre, il met en débat dans la FSU et dans l’unité la plus large une initiative nationale (interpellation des parlementaires, délégations à Paris, journée nationale d’initiatives dans les départements, …). Il prend d’ores et déjà les contacts nécessaires.

Jour de carence

Depuis le 1er janvier 2012, les enseignants sont assujettis à une journée de carence en cas de congé maladie. Une fois de plus, le fait d’être malade est sanctionné par ce gouvernement. Le SNUipp-FSU, avec les autres organisations syndicales, exige la suppression de cette mesure. Il appelle les enseignants des écoles à écrire au Président de la République pour protester contre cette mesure aussi injuste qu’inefficace et en demander le retrait. Le SNUipp s’inscrit dans les initiatives de la FSU.

Evaluation des enseignants

Pour le SNUipp-FSU, une réforme, cela doit être un progrès, pas un recul. A l’évidence, celle de l’évaluation des enseignants ne répond pas à cette exigence. C’est la raison pour laquelle nous continuons de demander le retrait de ces textes. Le SNUipp-FSU dénonce toute forme d’évaluation des enseignants qui ne prendrait pas en compte la pratique professionnelle. Il s’oppose à l’alignement des carrières par le bas, au renforcement de l’arbitraire et du pouvoir hiérarchique dans l’avancement des personnels. Il s’agit d’une conception managériale porteuse de division dans les équipes sur la base de rémunérations au mérite. Si les enseignants du 1er degré souhaitent une évolution du dispositif d’inspection, le projet de réforme de l’évaluation des enseignants ne répond pas à leur attente. La nécessaire évaluation de la pratique professionnelle doit pouvoir favoriser une réelle démarche active de formation, et doit être pensée non comme un jugement mais comme un accompagnement pédagogique des équipes d’école. Le SNUipp revendique que l’avancement de carrière soit déconnecté de l’appréciation de la valeur professionnelle. Il porte l’exigence d’un rythme d’avancement unique au rythme le plus rapide pour tous. Le 8 mars, la quasi totalité des organisations syndicales boycottaient le CTM afin de protester contre ce projet. Lors de la nouvelle convocation, elles ont voté contre à l’unanimité. Ce cadre intersyndical doit être maintenu le 26 mars lors de l’examen du projet en commission statutaire du CSFPE. L’action doit se poursuivre en écrivant au ministre pour lui demander de prendre en compte ce vote et donc de retirer son projet et en s’adressant aux candidats. Le SNUipp-FSU réunira les collègues et construira avec eux la mobilisation contre ce projet.

LPC

Le système éducatif doit garantir la maîtrise d’une culture commune à tous les élèves. Le SNUipp-FSU rappelle son opposition au socle commun de la loi Fillon, au LPC et l’école du socle qui en découlent. Il s’engage dans une campagne forte contre le LPC. Il met à disposition des sections des outils pour aller au contact des collègues : 4 pages à destination de la profession ; boîte à outils pour l’animation des débats nécessaires pour faire vivre pleinement la consigne du SNUipp-FSU de ne pas renseigner le LPC et de faire signer la motion massivement par les conseils des maîtres. Le LPC numérique initialement prévu à la rentrée 2011 n’est pas à ce jour mis en œuvre dans le premier degré. Le SNUipp-FSU poursuivra sa vigilance concernant les enjeux éthiques. Il reste opposé à toute forme de fichage centralisé.

Stages de remise à niveau

Le SNUipp-FSU s’oppose à la mise en place des stages de remise à niveau, quel que soit le niveau des élèves concernés.

Évaluations 

Cette année, les évaluations CM2 et CE1 auront lieu en même temps la dernière semaine de mai. Le ministère demande à la DEPP d’organiser un protocole de suivi de la passation à la remontée des résultats pour un échantillon de 540 écoles. Le SNUipp-FSU a demandé au ministère toute la transparence sur ce dispositif et sera vigilant. Il rappelle son opposition à ces évaluations. Il a relancé les contacts avec la FCPE et les partenaires syndicaux pour une expression commune et publique. Il proposera à ses partenaires une consigne commune à ses partenaires invitant les enseignants à ne passer que les items qu’ils jugent pertinent et adaptés à la réussite des élèves. Dans de nombreux départements, de nouvelles évaluations sont apparues. Le SNUipp-FSU rappelle qu’elles ne sont pas obligatoires et interviendra auprès de l’administration contre toute pression.

ECLAIR 

En cette fin d’année scolaire, la part modulable de la prime pour les personnels en ECLAIR va être mise en place. Notre campagne pour condamner cette part variable et proposer une répartition équitable entre tous les collègues prend tout son sens. Opposé à la rémunération au mérite, le SNUipp-FSU réactive sa motion de conseil des maîtres et la renforce d’une lettre adressée à tous les DASEN demandant la répartition équitable et la consultation des CTSD sur cette prime. Ce dispositif a pour objectif d’introduire des déréglementations dans l’école. Le SNUipp-FSU dénonce l’utilisation des ECLAIR pour le profilage des postes.

Langues régionales

A l’appel de plusieurs dizaines d’associations, des manifestations sont organisées le 31 mars prochain pour que les langues régionales de France soient véritablement reconnues et bénéficient enfin un statut officiel. Le SNUipp rappelle à cette occasion que les langues régionales doivent être développées dans le Service Public pour contribuer à enrichir les pratiques linguistiques, mais aussi dans le domaine de la création et de la diffusion culturelle et de la vie sociale.

ASH

Au-delà des RASED, l’ASH subit une attaque sans précédent à l’occasion de cette carte scolaire : les postes de direction d’établissement spécialisés sont presque partout remis en cause, des postes sont supprimés dans les SESSAD, les CMPP. Avec les associations du handicap, il multiplie les interventions et expressions communes pour dénoncer les suppressions de postes dans les établissements et services.

Assistants de scolarisation

Les discussions en cours autour du décret sur ces personnels montrent que l’administration reste arqueboutée sur la « rationalisation » des ressources, privilégiant les économies au détriment de la réponse aux besoins. Le SNUipp-FSU refuse qu’une évolution nécessaire et souhaitée des missions se traduise, dans les faits, par une diminution de l’accompagnement nécessaire. Le contexte des suppressions d’emplois fait peser une lourde menace sur ce nouveau dispositif, alors même que toutes les voix (CNCPH, Rapport Paul Blanc) avaient alerté sur la nécessité de maintenir et développer l’ensemble des ressources pour la scolarisation des élèves en situation de handicap.

IUFM – Début de carrière

Un projet d’arrêté concernant un nouveau cahier des charges a été rejeté de manière quasi unanime au CNESER du 19 janvier. Dans la logique de la réforme de la formation des enseignants, ce texte s’appuie sur les différentes circulaires existantes et entérine l’abrogation du cahier des charges de 2006. La cohérence de la formation professionnelle est renvoyée à l’échelon local et aux conventions entre rectorat et académie. Le gouvernement confirme sa volonté d’utiliser les étudiants comme des moyens d’enseignement. Pour le SNUipp-FSU le ministère doit retirer son projet et remettre à plat l’ensemble de la réforme de la formation des enseignants. Avec la FSU, le SNUipp a écrit au premier ministre pour exiger la suspension en urgence de l’exigence des certifications CLES et C2i2e qui risque de mettre en difficulté un grand nombre d’étudiants admissibles aux CRPE pour la session 2012. Sur le terrain le SNUipp-FSU informera les étudiants de sa démarche et recensera les situations pour intervenir aux niveaux local et national. Le SNUipp-FSU continue son enquête auprès des professeurs stagiaires sur l’année de stage. Il rendra publiques les conclusions de cette investigation sur l’année 2 de la réforme afin de faire connaître ce dont témoignent les enseignants entrant aujourd’hui dans le métier, et pour rappeler ses exigences en matière de formation des maîtres. Suite au séminaire fédéral du 2 février dernier, le SNUipp-FSU continue la réflexion avec les autres syndicats enseignants de la FSU sur les problématiques de la formation.

Affelnet 6ème

Affelnet 6ème se met progressivement en place souvent sans que les CTSD n’aient été consultés comme leur nouvelles attributions les y autorisent (4° de l’art. 34 du décret n° 2011-184 du 15 février 2011). Au-delà des problèmes éthiques, cette mise en œuvre transfère des missions des secrétaires de circonscription et de collège vers les directions d’école. Une nouvelle fois, les directrices et directeurs d’école voient ainsi leur charge de travail s’alourdir. Le SNUipp-FSU réunira les collègues, exigera du temps pour toute tâche supplémentaire, interpellera l’administration (modèle de lettre, aux DASEN, délégations…) et continuera d’exiger des moyens pour la direction et le fonctionnement de l’école. En l’état, le SNUipp-FSU s’adressera au ministère pour qu’il demande aux recteurs et aux DASEN de libérer du temps aux directrices et directeurs d’école pour faire face à cette nouvelle mission.

SIRHEN

Ce décret concernant les données à caractère personnel des agents a été publié sans aucune concertation avec leurs organisations syndicales représentatives et sans aucune consultation d’instance de consultation (CTM). Il ne tient pas compte de la délibération de la CNIL et de ses recommandations. Le SNUipp-FSU, avec la FSU, exige que tout fichier concernant les élèves comme les personnels fasse l’objet d’une consultation des organisations représentatives et qu’il y ait toute la transparence sur l’accès aux différentes données, leurs contenus et sur la sécurité. Il renouvelle son exigence de création d’un observatoire des fichiers et des applications de l’éducation nationale. Des champs sont litigieux, notamment ceux concernant les conjoints et les enfants. Il s’adresse au ministère et à la CNIL afin d’obtenir l’ensemble des informations sur cette application ainsi que les autres applications concernant les personnels (voir ci-après) et demande à être reçu immédiatement par le ministère. Ce décret doit faire l’objet d’une consultation qui doit servir à une réécriture conforme aux exigences du service public et de la protection des libertés individuelles. Le SNUipp refuse sa mise en œuvre en l’état.

Permutations

Avec seulement 25% de satisfaction, les résultats des mutations interdépartementales sont, pour la deuxième année, déplorables. Le SNUipp-FSU s’oppose depuis 2008 aux nouvelles règles imposées par le ministère et aggravées par les politiques budgétaires. Il exige que le ministère prenne des mesures permettant de compenser ce résultat dans le cadre du mouvement complémentaire des exeat-ineat, que les règles et l’organisation des mutations fassent l’objet d’une remise à plat. Derrière ce constat et ces statistiques, des collègues sont en souffrance, perdent tout espoir. Le SNUipp-FSU les appelle à s’exprimer en utilisant la lettre au ministre. Des initiatives peuvent être prises pour les rassembler (réunions, rassemblements devant les IA...).

Droit syndical

Le SNUipp-FSU demande l’application des nouveaux droits concernant les réunions d’information syndicale (1 par trimestre). Il exige à cette occasion l’abandon du dispositif actuel qui limite ce droit dans le 1er degré. Il continue sa réflexion sur les moyens de rencontrer massivement les collègues sur le temps de service.

RetraitéEs

Dans quelques années, 30% de la population française aura plus de 65 ans et il est nécessaire de prendre en compte, notamment dans le cadre des services publics, cette évolution démographique. Dans ce contexte, la FSU a adopté le Manifeste « rajeunir les idées sur la retraite ». Le SNUipp le diffusera auprès de ses sections départementales Les retraités ne sont pas épargnés par les politiques d’austérité . Alors qu’ils sont dans l’attente d’une annonce sur la revalorisation des pensions et des retraites au 15 avril qui ne sera qu’une compensation de la perte du pouvoir d’achat, le SNUIpp exige, avec la FSU, d’assurer à tous les retraités des conditions de vie dignes à tous les âges. Il s’engagera également à ce que le débat sur la perte d’autonomie retrouve une actualité et s’appuiera sur le 4 pages fédéral pour ce faire.

Droits et liberté

RESF - 31 mars : Malgré la condamnation de la France par la Cour Européenne des Droits de l’Homme pour ses pratiques d’enfermement des enfants étrangers et les interventions du Défenseur des droits, encore aujourd’hui des enfants se retrouvent enfermés en centre de rétention. Pour dénoncer ces attaques incessantes contre les droits les plus élémentaires des enfants et des familles, RESF mobilise le 31 mars prochain pour que la loi change. Le SNUipp-FSU appelle à la réussite de cette campagne de mobilisation et d’information. ATD quart-monde : Le SNUipp-FSU s’est engagé dans l’élaboration de la plate-forme ATD « Pour construire une école pour tous ». Il la fera connaître largement dans la profession.

 

*Top
©Copyright 2006 - Section SNUipp-FSU des Ardennes, tous droits réservés. Mentions légales