www.snuipp.fr

SECTION SNUIPP-FSU DES ARDENNES


Vous êtes actuellement : Carte scolaire / C.T.S.D 

Belle mobilisation dans les Ardennes ce jeudi 23 février à l’occasion du CDEN. 400 manifestants venus de tous le département présents devant la Préfecture.

Le Préfet qui, au départ, ne voulait recevoir aucune délégation d’écoles de collèges ou de lycées a fini par céder. Après négociation, toutes les délégations qui le souhaitaient ont pu venir s’exprimer les unes après les autres devant l’ensemble des membres du CDEN. Au total, une vingtaine de délégations (8 écoles, des membres de RASED, 9 collèges et 3 lycées) composées de 3 à 5 personnes ont pu venir exposer leurs revendications les unes après les autres devant l’ensemble des membres du CDEN. La dernière délégation a été reçue vers 16h45 et le CDEN a pu véritablement commencer un peu après 17h pour se finir vers 19h45.

Compte-rendu succint :

Les délégations des établissements se sont exprimées de façon très convaincante, montrant les dégâts que les mesures annoncées allaient amener, et démontrant que derrière des moyennes abstraites se cachent des situations souvent diverses et parfois très difficiles.

L’administration quant à elle, toute à l’obligation de trouver des postes à rendre, a montré un sens du dialogue tout particulier, dans la mesure où, après des audiences effectivement diverses et nombreuses, les modifications au projet sont en fin de compte minimes. Les mesures co-latérales telles que les suppressions de décharges n’étaient pas présentées alors qu’elles s’ajoutent souvent aux conséquences des suppressions de postes. En ce qui concerne les collèges, les élèves semblent disparaitre dans la nature sans qu’on sache comment...

Sans attendre le compte-rendu détaillé qui sera mis en ligne dès que possible, on peut tout de même donner quelques tendances de fond.

1/ Les reprises de postes sont telles que tout ce qui est hors-classe est considéré comme secondaire. Les postes de remplaçants, les postes d’intervenants langue, les RASED, sont utilisés comme réservoirs, même s’ils seront bientôt à sec.

2/ L’éducation prioritaire l’est de moins en moins. Une zone comme la Ronde Couture à Charleville ou l’école Bronnert sur le quartier de Manchester voient leurs moyens diminuer sans autre forme de procès. On glosera plus tard, dans les colloques, sur le délitement du lien social... Et en attendant les écoles voient leurs conditions de travail s’aggraver. Bonjour la motivation !

Les quelques « bougés » de la séance : Remilly Aillicourt passe en fermeture conditionnelle. L’IA attend confirmation des inscriptions prévues en mars.

Sapogne-Hannogne, au vu des contraintes, reste en fermeture conditionnelle.

Juniville est tributaire des négociations entre communes et passe en conditionnelle pour pouvoir finaliser un projet de transfert d’élèves de Neuflize.

Vouziers - Avetant passe en ouverture conditionnelle compte tenu de l’effectif prévu de 28.7 par classe mais il semblerait que les prévisions d’effectifs en maternelle soient considérées comme susceptibles d’évaporation... A suivre.

Le sac de nœuds de la séance : Le collège Frénois.

Ce fut le sujet le plus épineux de la séance dans la mesure où dans l’opération de fusion avec le collège Turenne, des moyens sont récupérés par l’administration et les moyens ZEP alloués au collège Frénois disparaissent.

L’idée de classer le nouvel ensemble en ZEP, pertinente au regard du public accueilli est très mollement envisagée par l’administration.

Quant à la reconstruction, les assurances du conseil général fondent au soleil de février ! Le représentant du CG a bien fait comprendre que le projet sur Sedan est bien de restructurer les collèges. Les organisations syndicales ont demandé une vraie concertation, mais restent dubitatives quant à sa mise en œuvre tant la tentation à profiter de l’aubaine est grande.

Un compte-rendu plus détaillé suivra prochainement.

 

*Top
©Copyright 2006 - SECTION SNUIPP-FSU DES ARDENNES, tous droits réservés. Mentions légales