www.snuipp.fr

Section SNUipp-FSU des Ardennes


Vous êtes actuellement : Carte scolaire / C.T.S.D 

Carte scolaire : nouveau projet (CTSD du 3 février) et Départ(s) en stage CAPA-SH L’ensemble des organisations syndicales ayant émis un vote défavorable lors du CTSD du 26 janvier, un nouveau a été re-convoqué ce vendredi 3 février matin pour étudier les mesures de carte scolaire 1er degré (ouvertures/ fermetures). Le détail des mesures ci-dessous.

Cette carte scolaire est indigne. Elle est le résultat d’une volonté de réduire les services publics et du budget. Nous ne pouvons plus travailler convenablement. Toutes les écoles sont littéralement étranglées.

Nous devons nous serrer les coudes, concernés ou pas par les fermetures, car si on ne change pas de logique, nous serons touchés les uns après les autres.

La solidarité entre tous est nécessaire. Dans une logique de défense des seules écoles touchées, tout ce qui sera gagner, le sera à la marge et sur le dos d’autres écoles.

Que les écoles touchées souhaitent être entendues est tout à fait normal, dans ce cas, contactez-nous si vous désirez notre soutien et accompagnement, et essayons de rassembler l’ensemble de la profession et des acteurs concernés pour faire entendre la nécessité d’un autre budget.

Rendez-vous à la réunion d’information syndicale, mercredi 15 février de 8h45 à 11h45, au 48, rue Victor Hugo à Charleville-Mézières.

Informez-nous de votre participation.

Préparation de la rentrée 2012 – Carte scolaire – Compte-rendu des C.T.S.D des 26 janvier et 3 février 2012.

Les prévisions d’effectif pour le premier degré font état d’une baisse de 407 élèves pour la rentrée 2012. Au Comité Technique Académique du 20 janvier, Monsieur le Recteur a fait part de la répartition des emplois entre les départements de l’Académie, soient 43 retraits pour les Ardennes (sur 153 reprises au niveau académique pour le premier degré).

Le C.T.S.D étudiant les mesures de carte scolaire 1er degré s’est tenu le 26 janvier. L’ensemble des organisations syndicales ayant émis un vote défavorable, il a été reconvoqué le vendredi 3 février au matin.

Dans les écoles, la prévision d’une perte de 407 élèves, à la rentrée prochaine dans les Ardennes (si tant est qu’elle se confirme), ne peut pas justifier la suppression de… 43 postes ! Avec cette saignée qui s’ajouterait à celles, déjà douloureuses, des années précédentes, comment l’engagement gouvernemental de ne fermer aucune classe hors démographie peut-il être tenu ? En abandonnant ce qui reste de la scolarisation des enfants de moins de 3 ans passée de plus de 50% en 2000 dans le département à moins de 16 % aujourd’hui. En continuant à s’attaquer aux moyens de remplacement et de formation continue : - 7 postes. En poursuivant la purge des postes d’aide spécialisée aux élèves les plus en difficulté (R.A.S.E.D) : - 3 postes. En laissant se resserrer l’écart entre les taux d’encadrement des écoles de RRS et les autres. Bref, en délaissant les plus fragiles. En multipliant les cours à plusieurs niveaux dans les écoles et ainsi en dégradant les conditions d’étude des élèves et les conditions de travail des enseignants.

Comment réduire les inégalités scolaires dès le plus jeune âge dans de telles conditions ?

Comme d’habitude une certaine confusion a régné lors des réunions du C.T.S.D. Les mesures étudiées en groupe de travail ont évolué par rapport à l’étude en séance. La balance entre les fermetures et les ouvertures, normalement, devant être égale à – 43, faisait et fait toujours état d’un nombre de reprises supérieur à la commande du Recteur. L’I.A conserve traditionnellement une marge de manœuvre pour d’éventuelles ouvertures tardives. Mais ces postes créés pour le « suivi des effectifs » étant déjà intégrés dans les ouvertures, la balance fait état d’une double marge de manœuvre. Nous regrettons ce manque de précision qui amène à un certain "marchandage" quant aux mesures à arrêter. Cela ressemble fort à un os à ronger que donne l’Administration comme faire valoir au dialogue social.

Voilà ce que sont les résultats concrets de l’idéologie du non remplacement d’un fonctionnaire sur deux partant à la retraite qui saigne notre institution sous le prétexte fallacieux des « nécessaires économies » à faire dans les dépenses de lÉtat quand du côté des recettes, le quinquennat qui s’achève aura été celui des plus faramineux cadeaux fiscaux aux classes les plus aisées. Que représente l’« économie » d’à peine un milliard pour trente mille fonctionnaire supprimés quand la même année la réduction de l’impôt sur la fortune coûte plus de deux milliards au budget de l’État ? Quelle aberration cela représente-t-il, dans un contexte de crise économique, de supprimer le versement de milliers de traitements qui seraient directement réinjectés dans le circuit économique quand les impôts non prélevés sur les classes les plus riches iront alimenter les bulles spéculatives financières et immobilières ?

PDF - 175.1 ko
Carte Scolaire 3 février2012
Nouveau projet d’ouvertures et de fermetures

Les organisations syndicales présentes ont de nouveau émis un vote défavorable : 0 pour - 9 contre.

- Réunion d’Information Syndicale CARTE SCOLAIRE - MOUVEMENT - INEAT/EXEAT

Mercredi 8 février de 13 h 45 à 16 h 45 Mercredi 15 février de 8 h 45 à 11 h 45 au local du SNUipp, 48, rue Victor Hugo (Mohon) Ch.-Méz.

- C.D.E.N. le jeudi 23 février.

-  Départ en stage ASH (sous réserve et par ordre préférentiel de départ)

1. 1 Directeur S.E.G.P.A et établissements spécialisés

2. 2 Option D

3. 1 Option F

4. 1 psychologue

 

*Top
©Copyright 2006 - Section SNUipp-FSU des Ardennes, tous droits réservés. Mentions légales